Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 5 juin 2020 | Mirare

Hi-Res Livret
La maîtrise absolue de Chopin dans la « petite forme » (préludes, ballades, nocturnes, mazurkas, impromptus, études, polonaises) a souvent occulté ses œuvres aux plus vastes proportions, telles les trois sonates pour piano et celle pour violoncelle et piano souvent accusées de n’être « que » des pièces, souvent géniales mais disparates, mises bout à bout. Pourtant, en les examinant de plus près, plusieurs musicologues se sont trouvés en présence de pièces soigneusement architecturées et aussi abouties que les modèles classiques de Haydn ou de Beethoven. Pour ce récital Mirare, le jeune et brillant pianiste russo-lituanien Lukas Geniušas jette de nouveau son dévolu sur Chopin, dont l’enregistrement des vingt-quatre Etudes (chez Dux Records) avait été couvert d’éloges en 2013. Il avait récidivé deux années plus tard avec un album monographique consacré à la Sonate n° 2 en si bémol mineur et du Concerto en mi mineur publié par l’Institut Chopin de Varsovie (Narodowy Instytut Fryderyka Chopina). Fidèle à son compositeur fétiche – il a étudié à l’École de Musique Frédéric Chopin de Moscou – Lukas Geniušas nous offre cette fois un bouquet d’onze Mazurkas précédant la Troisième Sonate, telle une majestueuse allée de tilleuls conduisant à une belle demeure. On y retrouve sa grande technique au service d’une sensibilité lui permettant d’exprimer ce que la musique de Chopin a de plus secret et de plus subtil. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Paraty

Hi-Res Livret
Amour toujours ! La rime bien belle contient son lot de promesses et de désillusions. C’est ce que nous raconte le dernier album de Brigitte Lesne et son ensemble Alla Francesca. Chanteuse, animatrice d’ensembles comme Discantus, Brigitte Lesne voue sa vie à la musique médiévale dont elle est devenue l'une des meilleures spécialistes. Elle se produit également dans diverses formules en récitals en s'accompagnant elle-même de différents instruments, harpes médiévales et percussions. Un long chapelet de chants sacrés et profanes défile ici dans un mélange qui peut nous surprendre mais dont le Moyen Âge était particulièrement friand. Ainsi, un même thème, celui de « l’Homme armé » par exemple, peut traverser ces temps troublés en revêtant des paroles différentes, voire être inclus dans l’ordinaire d’une messe. Ce parcours musical et poétique oscille entre monodie et polyphonie à une époque où se forme peu à peu la musique classique occidentale. C’est tout un jeu intellectuel s’appuyant sur des textes latins ou vernaculaires qui va imprégner les formes musicales de cette époque lointaine : chansons, rondeaux, motets ou textes narratifs. C’est aussi l’ouverture sur l’infini des variations de la carte du tendre et de l’univers amoureux. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Aparté

Hi-Res Livret
Sainte Théodosie de Tyr refuse l'amour d'Arsène, fils du gouverneur, car elle préfère se vouer à Dieu : pour avoir offensé les puissants, elle endurera de nombreux tourments, qui mèneront à sa mort. Alessandro Scarlatti narre son martyre dans un oratorio tantôt violent, tantôt lumineux, et dissèque les passions humaines à travers une fresque saisissante. Interprété avec talent par les quatre solistes, Emmanuelle de Negri, Emiliano Gonzalez Toro, Anthea Pichanick et Renato Dolcini, en compagnie des fougueux musiciens des Accents dirigés par l'archet de Thibault Noally, ce drame musical ébranle par sa force dramatique et la beauté du chant. © Aparté
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Paraty

Hi-Res Livret
Le parcours de Nicholas Ludford (ca. 1490-1557), autrement orthographié Nycolace Ludfoorthe, ne fait aujourd’hui aucun mystère. Ce fils d’un musicien de la Fraternité de Saint-Nicholas était destiné dès le plus jeune âge à une belle carrière dans la musique. Contrairement à d’autres musiciens de son temps partis étoffer leur curriculum vitae en de lointaines contrées, notre compositeur fait son chemin dans le périmètre très restreint de Westminster, centre politique et ecclésiastique de Londres et de l’Angleterre à la Renaissance. Si Nicholas Ludford bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt, notamment grâce aux travaux et aux enregistrements de David Skinner, certaines de ses œuvres restent encore à découvrir. Moins exubérantes que les Messes Lapidaverunt Stephanum ou Benedicta, les Lady Masses dédiées à la Vierge, et prévues pour être chantées dans les petites chapelles des grandes institutions ecclésiastiques, attirent par leurs singularités. Parmi les onze messes complètes qui nous sont parvenues de Nicholas Ludford, les sept messes contenues dans le manuscrit British Museum MSS Roy. App. 45-48 méritent une attention spécifique. Elles constituent, par exemple, le seul cycle complet de messes votives à la Vierge pour tous les jours de la semaine conservé en Angleterre ; elles comportent des Alleluya et des Séquences pour lesquelles la musique anglaise n’a que peu d’exemples polyphoniques ; elles sont fondées sur des cantus firmus d’un intérêt remarquable appartenant à un répertoire connu sous le nom de « squares » ; et elles sont construites selon le principe de l’"alternatim", avec des alternances de sections solistes et de sections à trois voix. © Paraty
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Une traversée de la mer d’Iroise aux Caraïbes. Inspiré par la poésie de Dominique Lambert et d’Aimé Césaire comme par le sculpteur Nito Dariel, Benoît Menut déploie dans ce premier album pour harmonia mundi une ode à l’océan et à la nature : une invitation à un voyage aussi contrasté qu’inédit, conduit par les talents réunis de l’Ensemble Syntonia et de deux partenaires de choix ! © harmonia mundi
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
Pour son premier album monographique, Johan Farjot propose un programme de pièces courtes, pour un à huit instruments (New York City, pour double quatuor de saxophones). Dans ce mélange de concision et de magie, on retrouve l’essentiel de ses préoccupations de compositeur. Perpetuum mobile, ostinatos, imitations, questions et réponses serrées : la plupart des pièces révèlent ici sa prédilection pour les "systématismes". Mais s’il apprécie les symétries, il les préfère légèrement tronquées. S’il répète, c’est pour introduire des modifications, même infinitésimales. Ses horloges se détraquent, ses obsessions sont minées de l’intérieur par les décalages. S’il goûte les climats non modulants, il les pimente volontiers de rencontres de notes acides. Et plus généralement, s’il a recours à des éléments de vocabulaire stylistique déjà exploités par ses prédécesseurs, sa façon de les combiner n’est jamais conventionnelle. Compositeur pétri d’influences, il est original par sa façon de couler une sève américaine dans un creuset typiquement français. Quand il compose pour une formation, Farjot écrit toujours en connaissance de cause. Non pas contre, mais toujours pour l’instrument. D’où sa prédilection pour les cordes à vide, qui magnifient les instruments à archet et leur donnent une couleur ancestrale ; d’où, également, sa tendance à toujours rechercher le confort digital, l’idiosyncrasie organologique. Dans toutes ses pièces, la contrainte instrumentale est une source d’expressivité accrue, un stimulant à l’imagination. On dirait qu’il a fait sien ce mot que l’on attribue à l’Oulipo : « la contrainte libère ». © Karol Beffa/Klarthe
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Neuklang

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 24 mai 2020 | LB Records

Hi-Res
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 22 mai 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Si Roland de Lassus fait preuve d’une vitalité débordante dans sa musique profane, il en est tout autrement dans sa musique sacrée : les douze motets réunis dans cet album (composés pour la plupart dans les dernières années) expriment une profonde mélancolie et montrent combien le compositeur sait exploiter non seulement des procédés stylistiques de toute sorte, mais aussi un art de la rhétorique des plus astucieux. Une palette expressive menée de main de maître par Daniel Reuss ici à la tête de l'ensemble Cappella Amsterdam ! © harmonia mundi
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Opéra - Paru le 22 mai 2020 | Aparté

Hi-Res Livret
Élisabeth Duparc, surnommée « La Francesina » – la petite française –, fut l’une des cantatrices phares des dernières œuvres de Haendel. Pour sa voix légère et agile, le maître composa pas moins de douze rôles principaux, aussi prestigieux que Semele, Michal (Saul) ou encore Nitocris (Belshazzar). De sa vie on ne sait rien : ne restent que les œuvres de Haendel pour témoigner de son talent et de son aura. Ils revivent ici par la voix brillante et virtuose de Sophie Junker, accompagnée par Le Concert de l’Hostel Dieu de Franck-Emmanuel Comte : tantôt espiègle ("Myself I shall adore"), tantôt pénétrante ("In sweetest harmony they lived"), la soprano ressuscite son modèle et creuse magnifiquement toutes les nuances du génie handelien. Cet enregistrement rend ainsi hommage à la muse française du plus anglais des compositeurs allemands. © Aparté
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 22 mai 2020 | Silent Beat Records

Hi-Res
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
Dès leur rencontre au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Stéphanie-Marie Degand et Violaine Cochard ont développé une complicité musicale : les Six sonates pour clavecin obligé et violon de Johann Sebastian Bach se sont rapidement imposées comme leur répertoire de prédilection. Ces œuvres (à l'exception de la Sixième) sont d'inspiration corellienne – sur le modèle de la « sonata da chiesa » : alternance de quatre mouvements lent-vif-lent-vif. Bach y mêle la rigueur du contrepoint d'Allemagne du Nord au cantabile italien alternés avec des mouvements rapides quasiment tous fugués. Un enregistrement qui célèbre ces trente ans d’amitié et de passion commune pour la musique ! © Nomadmusic
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Audax Records

Hi-Res Livret
Après une exploration intense et approfondie des répertoires méconnus, les membres de l'Ensemble Diderot présentent ici un sommet de la musique de chambre française au XVIIIe siècle, dont ils donnent une nouvelle lecture enrichie de leur vaste connaissance du genre de la sonate en trio. Six pierres précieuses, polies consciencieusement par quatre des têtes aujourd'hui les plus stimulantes de la musique ancienne. © Audax Records
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Klarthe

Hi-Res
Silas Bassa surprend aujourd'hui avec ce nouvel album, sans doute le plus personnel et qui prend sa source dans la puissance dégagée de ses deux précédents. Compositeur et interprète de chacune des dix pièces présentées dans cet album, l'artiste y dévoile un univers fascinant, à la fois très actuel et résolument atemporel, méditatif et fougueux. De la rêverie sensuelle à la rage combative en passant par le dialogue intérieur, la danse, le drame ou la fantaisie, Silas Bassa fait feu de toutes ses émotions et ne cesse d'ouvrir des espaces poétiques. © Klarthe
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Philharmonia Records - Opernhaus Zürich

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Duos - Paru le 15 mai 2020 | Paraty

Hi-Res
Ce premier enregistrement du Duo Aurore nous offre un aperçu éclectique des répertoires brésilien et argentin des XXe et XXIe siècles pour deux pianos. Le titre de cet album, "Iguaçu", fait référence aux magnifiques chutes d’eau, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco, qui se trouvent à la frontière entre les deux pays. Souvent inspiré par la musique populaire, ce répertoire est riche en variations harmoniques et rythmiques. Des œuvres connues comme Libertango de Piazzolla ou O Trenzinho do Caipira de Villa-Lobos dialoguent avec des pièces récentes comme Nação No. 2, du compositeur brésilien Hércules Gomes. © Paraty
HI-RES17,99 €
CD13,49 €
Day

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Silent Beat Records

Hi-Res
HI-RES14,39 €
CD10,79 €

Classique - Paru le 13 mai 2020 | iMD-Art et Musique

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 8 mai 2020 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret