Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Paraty

Hi-Res Livret
Amour toujours ! La rime bien belle contient son lot de promesses et de désillusions. C’est ce que nous raconte le dernier album de Brigitte Lesne et son ensemble Alla Francesca. Chanteuse, animatrice d’ensembles comme Discantus, Brigitte Lesne voue sa vie à la musique médiévale dont elle est devenue l'une des meilleures spécialistes. Elle se produit également dans diverses formules en récitals en s'accompagnant elle-même de différents instruments, harpes médiévales et percussions. Un long chapelet de chants sacrés et profanes défile ici dans un mélange qui peut nous surprendre mais dont le Moyen Âge était particulièrement friand. Ainsi, un même thème, celui de « l’Homme armé » par exemple, peut traverser ces temps troublés en revêtant des paroles différentes, voire être inclus dans l’ordinaire d’une messe. Ce parcours musical et poétique oscille entre monodie et polyphonie à une époque où se forme peu à peu la musique classique occidentale. C’est tout un jeu intellectuel s’appuyant sur des textes latins ou vernaculaires qui va imprégner les formes musicales de cette époque lointaine : chansons, rondeaux, motets ou textes narratifs. C’est aussi l’ouverture sur l’infini des variations de la carte du tendre et de l’univers amoureux. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mai 2020 | Paraty

Hi-Res Livret
Le parcours de Nicholas Ludford (ca. 1490-1557), autrement orthographié Nycolace Ludfoorthe, ne fait aujourd’hui aucun mystère. Ce fils d’un musicien de la Fraternité de Saint-Nicholas était destiné dès le plus jeune âge à une belle carrière dans la musique. Contrairement à d’autres musiciens de son temps partis étoffer leur curriculum vitae en de lointaines contrées, notre compositeur fait son chemin dans le périmètre très restreint de Westminster, centre politique et ecclésiastique de Londres et de l’Angleterre à la Renaissance. Si Nicholas Ludford bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt, notamment grâce aux travaux et aux enregistrements de David Skinner, certaines de ses œuvres restent encore à découvrir. Moins exubérantes que les Messes Lapidaverunt Stephanum ou Benedicta, les Lady Masses dédiées à la Vierge, et prévues pour être chantées dans les petites chapelles des grandes institutions ecclésiastiques, attirent par leurs singularités. Parmi les onze messes complètes qui nous sont parvenues de Nicholas Ludford, les sept messes contenues dans le manuscrit British Museum MSS Roy. App. 45-48 méritent une attention spécifique. Elles constituent, par exemple, le seul cycle complet de messes votives à la Vierge pour tous les jours de la semaine conservé en Angleterre ; elles comportent des Alleluya et des Séquences pour lesquelles la musique anglaise n’a que peu d’exemples polyphoniques ; elles sont fondées sur des cantus firmus d’un intérêt remarquable appartenant à un répertoire connu sous le nom de « squares » ; et elles sont construites selon le principe de l’"alternatim", avec des alternances de sections solistes et de sections à trois voix. © Paraty
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 mai 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 mai 2020 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res