Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
Ce programme rapproche deux grands compositeurs français, séparés de près de deux siècles, qu’il ne viendrait pas à l’idée de réunir spontanément. Mais la liberté d’esprit du pianiste islandais l’entend autrement, qui, pour son troisième album chez Deutsche Grammophon, a voulu mettre en évidence leurs affinités comme leurs contrastes à la lumière de leur apport innovant dans la pensée musicale de leur temps. « Je me gratte la tête en me demandant pourquoi la musique de Rameau n'est pas davantage jouée. Entre la qualité, l'inventivité et l'imprévisibilité, il n'y a jamais d'élément de formule dans ces pièces », déclare Víkingur Ólafsson. En associant instinctivement ces caractéristiques de style à celles propres de Debussy, il a décidé d‘en faire un album : « Je veux montrer Rameau comme un futuriste et souligner les racines profondes de Debussy dans le baroque français – et dans la musique de Rameau en particulier. L’idée est que l’auditeur oublie presque qui est qui, en écoutant l’album ». Debussy, qui n’a cessé de défendre la tradition française en l’opposant à la musique allemande, aimait d’ailleurs les lignes à la fois décoratives et complexes de ce compositeur baroque à l’esprit bien français comme le sien. Idée de départ à l’élaboration de ce programme habilement construit, la transcription pour piano de Debussy du Prélude à sa Cantate La Damoiselle l'introduit. À l’image du visuel de l’album, Víkingur Ólafsson se veut suggestif jusque dans l’accent qu’il donne aux voix polyphoniques, soutenu dans Rameau par une pulsion rythmique sans faille (presque trop…), dans un halo de pédale ou de réverbération (ou les deux) qui uniformise le timbre du piano. © Qobuz / GG 
HI-RES15,11 €17,49 €(14%)
CD10,79 €12,49 €(14%)

Classique - Paru le 27 mars 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Entre l’Estonie d’Arvo Pärt, la Lettonie de Pēteris Vasks et l’Ecosse natale de James MacMillan, cet album explore ces musiques chorales venues du Nord au tournant des années 1970-80. Une écriture extraordinairement nouvelle dont les résonances stratosphériques n’ont que faire des conservatismes de la liturgie ou du sérialisme ambiant. Elles incarnent les aspirations spirituelles de bon nombre des compositeurs d’aujourd’hui, une dimension qui n’a pas plus échappé à leurs contemporains qu’au valeureux directeur musical du Clare College de Cambridge, Graham Ross. Un album subliment chanté, à découvrir de toute urgence. © harmonia mundi
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Le dernier album de l’ensemble Les Basses réunies nous plonge dans le monde fantasmagorique du Trattado de Glosas (littéralement « Traité de la glose ») publié par Diego Ortiz, témoignage unique de la musique instrumentale de la Renaissance espagnole mêlant poésie, profondeur, inventivité et virtuosité. Publié en 1553 à Rome à la fois en espagnol et en italien, ce traité propose une série de variations pour plusieurs instruments. Dans le second volume, intégralement enregistré sur cette production, on trouve une succession de Ricercares (forme musicale typique du XVIe siècle basée sur le procédé de l’imitation) d’une rare richesse mélodique et rythmique, qui trouvent leur source dans des pièces de danse alors populaires tels que les passamezzo antico et passamezzo moderno, le ruggiero, la folia et romanesca. L’interprétation de ce deuxième livre alterne les deux musiciens principaux, Bruno Cocset et Guido Balestracci, auxquels viennent se joindre basses de viole, orgue, clavecin et vihuela (guitare baroque espagnole). Le travail de relecture de ce répertoire réalisé par Les Basses réunies est intimement lié à l’organologie, à travers la redécouverte d’instruments disparus et recréés pour l’occasion sur la base de la peinture de l’époque (en particulier les toiles du Greco) et d’un ensemble de gravures représentant des musiciens et des instruments rares et parvenus jusqu’à nous souvent dans un piteux état. L’œuvre pionnière et visionnaire de Diego Ortiz, à la fois instrumentiste, compositeur et théoricien, préfigure l’art de la « diminution » (ornementation d’une mélodie) qui régnera sur toute la musique italienne de la Renaissance. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Arcana

Hi-Res Livret
Le violoniste Giuliano Carmignola et le violoncelliste Mario Brunello : l’un figure parmi les plus grands interprètes de Vivaldi et de Bach ; son récent enregistrement des Sonates & Partitas a été qualifié par le magazine "Gramophone", comme « un évident premier choix parmi les enregistrements de ces oeuvres sur instrument ancien » ; quant à son ami de toujours Mario Brunello, celui-ci fut acclamé pour sa réinterprétation personnelle de ce même célèbre recueil sur le violoncelle piccolo (A469). Accompagnés par l’ensemble milanais Accademia dell’Annunciata, les deux musiciens nous offrent un programme expérimental particulièrement original. Inspirés par les trois doubles concertos pour violon et violoncelle existants de Vivaldi – instrumentarium inhabituel dans la littérature concertante du XVIIIe siècle –, ils revisitent les doubles concertos de Vivaldi et de Bach (pour ce dernier, les célèbres concertos BWV 1043 pour deux violons et BWV 1060 pour violon et hautbois), transposant le deuxième solo une octave plus bas pour le violoncelle piccolo. S’appuyant sur des preuves musicologiques et historiques, la démarche révèle avant tout leur plaisir de travailler ensemble sur un projet innovant. Le résultat offre une occasion unique d’apprécier ces célèbres pièces sous de nouveaux atours. © Arcana
HI-RES19,49 €
CD9,99 €

Musique chorale (pour chœur) - Paru le 1 septembre 1980 | Gimell Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 20 mars 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
Le point de départ du troisième enregistrement que Barbara Hannigan réalise pour Alpha est une œuvre de Gérard Grisey (1946-1998) qui lui tient particulièrement à cœur : « J’ai conçu les Quatre Chants pour franchir le seuil, écrit le compositeur, comme une méditation musicale sur la mort en quatre volets : la mort de l’ange, la mort de la civilisation, la mort de la voix et la mort de l’humanité. (...) Les textes choisis appartiennent à quatre civilisations (chrétienne, égyptienne, grecque, mésopotamienne) et ont en commun un discours fragmentaire sur l’inéluctable de la mort ». Luigi Nono (1924-1990) est un compositeur engagé. Saisissante monodie, véritable cri déchirant pour soprano solo, Djamila Boupacha – dont Picasso a également fait un portrait au fusain – s'immerge dans l'histoire de la combattante algérienne, torturée par des parachutistes français pendant la guerre. Toujours en « chanté/dirigé » avec ses amis du Ludwig Orchestra, Barbara Hannigan complète ce dyptique du XXe siècle avec une symphonie classique du maître du genre, Joseph Haydn, qui lui aussi traite du thème de la Passion et dont elle donne une interprétation très intense et très personnelle. © Alpha Classics
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Arturo Toscanini considérait l'orchestration par Ravel des Tableaux d’une exposition de Moussorgski comme un véritable "traité d’instrumentation", au même titre que celui écrit par Berlioz : destinée aux mêmes effectifs instrumentaux que ceux de La Valse, la partition de Ravel s’est rapidement imposée devant toutes ses concurrentes, aussi nombreuses soient-elles. Dans l’esprit de François-Xavier Roth, La Valse et les Tableaux d'une exposition se rejoignent au sommet de ce que le compositeur a pu destiner à l’orchestre symphonique de son temps… c’est-à-dire, tel que nous le restituent aujourd’hui Les Siècles, avec les "couleurs d’origine" ! © harmonia mundi
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avant Versailles, l'épicentre du pouvoir au Royaume de France était le Louvre, véritable théâtre de cérémonials, où la musique se devait de briller par sa magnificence. Durant le règne de Louis XIII, l'air de cour et le ballet mobilisent l'élite de compositeurs tels que Moulinié, Guédron et Chancy. Le plus réputé d'entre eux, Boesset, fera évoluer l'air polyphonique hérité de la Renaissance vers une conception plus intime : avant les fastes à venir à l'ombre du Roi-Soleil, un éventail de miniatures délicatement ciselées s'offre aujourd'hui à nos oreilles grâce aux talents réunis des musiciens de l'Ensemble Correspondances. © Harmonia mundi
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2020 | Cypres

Hi-Res
Chaque nouvel album de l’Ensemble Huelgas dirigé par Paul van Nevel est attendu comme une gourmandise rare et précieuse grâce à des exécutions extrêmement soignées, dans une intonation chorale quasi parfaite. La découverte d’un répertoire souvent inédit est également la source d’un bonheur aussi intellectuel qu’émouvant. Paul van Nevel continue de nous surprendre avec cette Messe des morts en cinq parties, composée par Simone de Bonefont, tout à fait délectable. L’histoire a retenu très peu d’éléments à propos de Simone de Bonefont (ou Simon de Bonnefond) qui fut chanoine et chantre de la cathédrale de Clermont-Ferrand (capitale historique de l’Auvergne et aujourd’hui chef-lieu du département du Puy-de-Dôme en France). Seuls ont été publiées cette Missa pro mortuis (Paris, 1556) en même temps qu’une anthologie de chansons à quatre voix. L’étonnante richesse de l’écriture polyphonique et l’extraordinaire maîtrise du contrepoint de ce Requiem semblent englober toutes les caractéristiques des techniques franco-flamandes de l’époque et représentent un des points forts du style vocal polyphonique de la Renaissance. La puissance de cette interprétation captée en concert nous offre un instant d’une lumineuse tranquillité. Cette admirable exécution est complétée par quatre compositions de compositeurs franco-flamands que le discret maître de chapelle auvergnat connaissait peut-être. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | Ricercar

Hi-Res Livret
La musique, comme la peinture ou le cinéma, est un des plus sûrs moyens de voyager dans le temps et de revivre un passé quelquefois lointain. C’est la proposition de L’Achéron, un consort de violes fondé en 2009 par François Joubert-Caillet composé de musiciens aux origines variées dont le nom fait référence au fleuve mythologique (L’Achéron) traversé par Orphée pour rejoindre Eurydice. Leur dernier album rend hommage à Thomas Mace, chantre et éditeur d’un vaste ouvrage théorique publié à Londres en 1676. Divisé en trois parties, c’est un véritable « Monument du consort », un précis de musicologie avant la lettre, illustrant plusieurs siècles de musique en Europe et donnant des détails très précis sur la manière de jouer les divers instruments. François Joubert-Caillet et ses musiciens ont conçu une sorte de concert imaginaire autour des compositeurs évoqués dans cette publication. L’influence italienne y est omniprésente, de nombreux musiciens ayant partagé leur carrière entre l’Italie et l’Angleterre. « Mises en regard, la variété d’écriture et de couleurs de ces pièces montre à quel point ce répertoire de consort de violes peut être aussi monumental qu’intime, aussi impressionnant que touchant, peignant une Harmonie universelle, une voûte céleste où vibrent les plus hautes idées et émotions humaines, une musique morale et spirituelle nourrissant cœur et esprit ». © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Glossa

Hi-Res Livret
En proposant les Leçons de ténèbres de François Couperin dans l’interprétation des Nouveaux Caractères dirigés du clavecin par Sébastien d’Hérin, Glossa présente non seulement l’un des sommets de l’art vocal sacré du baroque français mais célèbre encore une longue association avec des musiciens captivants. Ces Leçons de ténèbres sont en effet chantées par la grande soprano Caroline Mutel, co-fondatrice de l’ensemble et par la mezzo-soprano Karine Deshayes dont la pyrotechnie vocale peut s’admirer dans ses nombreux enregistrements dédiés à la musique française du XIXe siècle ainsi que dans un immense répertoire allant du baroque au contemporain en passant par le « bel canto » pur. De fait, Deshayes fut l’une des premières artistes à collaborer avec l’ensemble dès sa fondation et interpréta déjà par le passé, avec Mutel et d’Hérin, les trois Leçons de ténèbres nouvellement enregistrées. Les lamentations et leçons de ténèbres monodiques venues d’Italie furent recueillies en plein XVIIe siècle par de nombreux compositeurs français, François Couperin entre autres, qui les fusionnèrent en imaginant les fameux « Goûts réunis ». Ses trois Leçons de ténèbres ayant survécu datent de 1714 et donnent aux chanteuses l’occasion de refléter les textes poignants des Lamentations de Jérémie. Avec Couperin, l’émotion culmine sans doute dans l’exigeant duo de la Troisième Leçon. Tout en se centrant ces dernières années sur l’opéra baroque – The Fairy Queen de Purcell et Les Surprises de l’Amour de Rameau, publiés chez Glossa, ainsi que des albums dédiés à Leclair, Colin de Blamont, Campra ou Rousseau –, Les Nouveaux Caractères ont conservé leur passion pour la musique instrumentale : des œuvres de François et de son oncle Louis offrent ici un écrin à ces joyaux vocaux. © Glossa
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Ambronay Éditions

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Anna Danilevskaia et ses acolytes nous plongent au cœur de Florence en 1350. On raconte que par une chaude matinée de l'année 1389, dans un jardin florentin, Francesco degli Organi, célèbre virtuose de l'organetto, accepta un pari : il devait faire taire les oiseaux par la beauté de son jeu d'orgue. Également compositeur, ce multi-instrumentiste fut acclamé dans toute la ville de Florence non seulement pour ses prouesses musicales mais aussi pour ses compétences rhétoriques et ses vues philosophiques. Ce parfait représentant de l’humanisme naissant, dit aussi Francesco Landini, devait porter à son apogée la musique de son époque, en compagnie d’autres compositeurs comme Lorenzo da Firenze, Andrea Stefani et Giovanni da Firenze. Un voyage vocal et instrumental envoûtant au cours duquel vous pourrez découvrir ou redécouvrir la musique de ces grands maîtres florentins du Moyen Âge. © Ambronay Editions« Désormais incontournable dans la musique médiévale, Sollazzo rafle un troisième Diapason d'or avec son parcours dans le Trecento florentin.» (Diapason, avril 2020) 
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique concertante - Paru le 3 avril 2020 | Alpha

Hi-Res Livret
La nuit peut être propice à des états d’âme bien différents et quelquefois successifs. C’est ce que nous suggère la soprano française Véronique Gens dans son dernier album mettant musicalement en scène quatre variations nocturnes de l’âme : l’amour, l’ailleurs, l’angoisse et la fête. Réalisé au cours de l’été 2019 dans la belle Salle Philharmonique de Liège avec l’ensemble I Giardini (quintette pour cordes et piano), ce programme est entièrement consacré à la musique française avec un clin d’œil introductif à Guillaume Lekeu, histoire de rendre hommage au pays hôte de cet enregistrement. On y trouve des mélodies vocales ou instrumentales tour à tour mélancoliques, langoureuses ou sensuelles signées Fauré, Berlioz, Massenet, Saint-Saëns ou Franz Liszt avec une touche de découvertes dues à Alexandre Dratwicki, musicologue et directeur scientifique du Palazzetto Bru Zane, partenaire de cet enregistrement. La nuit s’imprègne de parfums orientaux avec Saint-Saëns et même de couleur avec La Vie en rose, la célèbre rengaine dont le texte fut écrit en partie par Edith Piaf qui en fit un succès mondial. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD12,49 €

Opéra - Paru le 20 mars 2020 | Prima Classic

Hi-Res Livret
Révélée lors du Festival de Salzbourg 2009 sous la baguette de Riccardo Muti, la soprano lettone Marina Rebeka chante sur toutes les grandes scènes du monde. Très appréciée dans le répertoire de Mozart et Rossini, elle est aussi une Violetta (La Traviata) aujourd’hui très réputée. Son incarnation de Norma a triomphé à New York ou Milan, comme à Trieste et à Toulouse. Après plusieurs collaborations dans le cadre de diverses intégrales (La Clemenza di Tito de Mozart sous la direction de Yannick Nézet-Seguin ou La Bohème (Puccini) dans le cadre d’un live du MET) et quelques récitals (Mozart), la voici dans le répertoire français qu’elle aborde sans aucun accent et avec une grande conviction sur son nouvel album, « Elle », publié sur le label Prima Classic créé…par elle-même. Accompagnée par le modeste mais excellent Orchestre Symphonique de Saint-Gall (Suisse) dirigé par Michael Balke, la Rebeka a choisi des airs de Charpentier (Louise), Massenet (Hérodiade, Le Cid, Manon, Thaïs), Gounod (Faust, Roméo et Juliette) et Debussy (un extrait de la cantate L’Enfant prodigue). Son timbre pulpeux et la parfaite conduite de sa ligne vocale fait merveille également dans ce répertoire. Mais cette rebelle n’aime pas chanter les mêmes choses plusieurs fois, elle préfère garder ses rôles trois ans au maximum au grand désespoir des directeurs d’opéras. Ce sont les grands rôles verdiens que Marina Rebeka vise maintenant, Leonora (Il Trovatore), Elena (I Vespri sicilianni) et, plus tard, Aïda. La Habanera qu’elle présente sur ce nouveau récital laisse à penser qu’elle sera un jour une très grande Carmen. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Château de Versailles Spectacles

Hi-Res Livret
Échappés par miracle aux destructions révolutionnaires, les deux clavecins conservés au château de Versailles représentent les deux factures instrumentales les plus prisées en France sous l’Ancien Régime : un grand clavecin construit en 1628 par Ruckers à Anvers, « ravalé » (c'est-à-dire augmenté dans son étendue selon les usages français) et un Blanchet de 1746, archétype de la grande facture parisienne du XVIIIe siècle sous le règne de Louis XV. Ils sont joués ici pour la première fois en duo. Connu pendant longtemps pour une seule oeuvre, les fameux Elemens, Jean-Féry Rebel (1666-1747) se révèle peu à peu comme un des compositeurs les plus flamboyants et les plus inventifs de son temps. Sa suite des Caractères de la Danse obtient un succès foudroyant à la cour. Magnifiquement complices, les deux clavecinistes Loris Barrucand et Clément Geoffroy proposent ici des arrangements pour deux clavecins de quelques célèbres « Suites de symphonies » de Rebel et Joseph Bodin de Boismortier (1689-1755), d’après certaines de leurs pièces de danses et extraits de leurs propres tragédies lyriques. On y trouve la suite tirée d’Ulysse de Rebel, assortie des Caractères de la Danse et des Elemens déjà nommés. Boismortier est représenté par son Premier Ballet de Village, Les Plaisirs Champêtres et une suite extraite de la pastorale Daphnis et Chloé représentée pour la première fois à l’Académie Royale de Musique (futur Opéra de Paris) en 1747. Cet album, fruit de trois ans de travail et de dix ans de complicité, jette un regard insolite sur des œuvres profondément marquées par la danse et la pantomime. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 13 mars 2020 | Passacaille

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €17,99 €(50%)
CD5,99 €11,99 €(50%)

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES6,49 €
CD5,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 1962 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2020 | Onyx Classics

Hi-Res Livret