Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 22 juin 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret
Dernier disciple du légendaire Ivan Moravec, Jan Bartoš compte désormais parmi les plus remarquables pianistes de la relève tchèque. Des études également avec Leon Fleisher et Alfred Brendel, un beau palmarès de récompenses internationales, et le voilà désormais dans le grand circuit des concerts aux quatre coins de la planète, du Rudolfinum de Prague au Mozarthaus de Vienne, en passant par Carnegie Hall et la Juilliard, avec des orchestres comme la Philharmonie tchèque ou le Philharmonia de Prague. Après un premier album de concertos de Mozart avec Jiří Bělohlávek, un second d’œuvres en solo de Smetana, Schumann et Talich (oui, oui, le fameux chef d’orchestre Václav Talich, également compositeur), le voici avec Beethoven : deux sonates parmi les moins célèbres pour commencer – quasiment une mise en doigts –, puis la monumentale Appasionata, suivies des non moins monumentales 32 Variations qui, en à peine onze minutes, semblent ouvrir un dictionnaire complet de l’art pianistique du génial sourd. Après quelques Bagatelles qui, bien que minimalistes, sont autant de traits de génie, Bartoš referme son album avec le triomphe absolu qu’est la 32e et dernière Sonate. Le jeune pianiste sait parfaitement décliner toutes les facettes de l’ouvrage, tout en évitant soigneusement « d’en faire trop ». © SM/Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Musique de chambre - Paru le 7 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 21 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Comme l’a fait autrefois son illustre collègue Dietrich Fischer-Dieskau, le jeune chanteur tchèque (il a trente-cinq ans) Jan Martiník enregistre Winterreise (« Voyage d’hiver ») de Schubert, un cycle que notre imaginaire associe souvent à des chanteurs en pleine maturité, voire dans la seconde partie de leur carrière. Après avoir participé à divers concours internationaux, Jan Martiník a commencé une carrière « à l’ancienne », étant en troupe dans des maisons d’opéras comme celles de Prague, du Kömische Oper de Berlin puis du Volksoper de Vienne. Il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre son métier et de se familiariser avec le répertoire en abordant des rôles en conformité avec son propre développement vocal. C’est ainsi que, par exemple, Martiník s’est confronté d’abord à Masetto, passage obligé de tous les jeunes barytons avant d’aborder Leporello, rôle qui précède à son tour celui de Don Giovanni qu’il chantera probablement un jour. Magnifiquement soutenu par le piano éloquent de David Mareček, le jeune chanteur tchèque à la voix robuste, puissante et ductile, nous offre une vision simple et modeste de ce voyage sans retour. Sa diction parfaite nous mène tranquillement au cœur du drame, un sentiment encore accentué par sa voix si chaleureuse et son timbre encore juvénile qui rendent le désespoir encore plus cruel. Le ton est donné par la splendide photographie en noir et blanc de la pochette, montrant les deux artistes de dos, au cœur d’un paysage glacé près d’une tombe misérable, image romantique qu’un peintre comme Caspar David Friedrich n’aurait sans doute pas reniée. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique de chambre - Paru le 21 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Viktor Kalabis (1923-2006), l’un des personnages les plus considérables de la musique tchèque du XXe siècle, composa quelque quatre-vingt œuvres, très majoritairement instrumentales – pas le moindre opéra, presque pas de mélodies ni de pièces chorales –, dont bon nombre pour son épouse, la célèbre claveciniste Zuzana Růžičková. Son répertoire symphonique et concertant a été défendu avec ardeur par de grands noms tels que Rozhdestvensky, Sawallisch, Jiří Kout, Mácal, Ančerl, Václav Neumann, Manuel Rosenthal ou Herbert Blomstedt, pour n’en citer qu’une petite poignée. Ainsi que l’expliquait le compositeur lui-même, son but était de créer de la musique ancrée dans son pays, à destination de l’auditeur exigeant. Bien qu’il tirât son inspiration des classiques du XXe siècle, Kalabis sut forger son propre style, loin de certaines techniques imposées par une certaine avant-garde : sa propre alternative néo-romantique, presque néoclassique. Au-delà de l’intégrale de son œuvre pour piano prévue pour 2019, le pianiste Ivo Kahánek et quelques autres instrumentistes de la scène tchèque ont enregistré ses trois sonates en duo : violoncelle, clarinette, violon. La première, pour violoncelle et piano, reflète sans doute les tragiques événements qui vinrent illuminer puis assombrir la Tchécoslovaquie en 1968 – le Printemps de Prague, suivi de l’écrasement par les troupes communistes du Pacte de Varsovie, qui ouvriraient deux décennies de féroce répression politique, sociale et humaine. Le ton de la Sonate pour clarinette et piano de 1969, cela semble évident, n’est pas sans lien avec la sensation d’impuissance et de frustration. Par contraste, la Sonate pour violon et piano de 1982 paraît ouverte vers un futur plus favorable à l’esprit et à la liberté, avec son langage lumineux et mélodieux. Sans nul doute, la musique de Kalabis, jusqu’à sa disparition en 2006, a suivi de près les événements, turbulents s’il en est, de toute sa vie d’adulte. © SM/Qobuz
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Musique de chambre - Paru le 21 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 5 octobre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 19 octobre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
"De quoi vivent les hommes ?" Tel est le titre de cet opéra-pastoral qui fut composé en 1951/52 aux Etats-Unis, sur un livret anglais du compositeur d'après la nouvelle de Tolstoi "Là où est l'amour, là est Dieu" (1885), et créé à la télévision de New York en mai 1953. Puis il fut représenté pour la première fois le 31 juillet 1954 à Interlochen dans le Michigan. C'est donc à Belohlavek que l'on doit son premier enregistrement discographique. En voici l'argument : dévasté par la douleur de la perte de sa femme et de ses enfants, Martin Avdeitch, cordonnier de métier, se réconforte dans la lecture de la Bible. Durant un rêve, il voit Jésus qui lui fait la promesse de venir lui rendre visite le lendemain. En attendant cette rencontre, l'homme recueille une pauvre mère avec son enfant, offre un thé à un soldat, prend la défense d'un enfant que sa grand-mère dénonce comme voleur. Le soir, il entend à nouveau la voix de Jésus qui lui dit : "Ne m'as-tu pas reconnu ?". « [...] le compositeur veut davantage de joie que de prêche : "il faut chanter ça comme une chanson populaire, sans pathos." Jiri Belohlavek ne trahit pas sa volonté. Bien aidé par les lumineuses Martinu Voices de Lukas Vasilek et une Philharmonie tchèque qui, dans la grande salle du Rudolfinum, s'adapte parfaitement aux dimensions de ce théâtre intime, il peint une miniature vivante et superbement imagée. Entièrement tchécophone, le plateau colore l'anglais d'inflexions qui ajoutent au cachet de ce premier enregistrement. Rien à redire à la prestation d'Ivan Kusnjer, toujours à même de trouver le registre expressif qui convient. [...] Belohlavek pare la Symphonie n° 1 (1942) de nouveaux atours, après une première gravure sous un ciel orageux (Chandos) et un remake anglais éclairé de l'intérieur (Onyx). [...] » (Diapason, janvier 2019 / Nicolas Derny). Disparu en 2017, le chef tchèque n'aura pas eu le temps d'enregistrer la nouvelle intégrale programmée des symphonies de Martinu. © Qobuz (GG)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Mélodies - Paru le 8 février 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« La soprano Martina Janková et deux amis nous guident sur les chemins d'Europe centrale empruntés (ou rêvés) par Bohuslav Martinů. [...] Le timbre fruité de Martina Janková, dont la maturité vocale paraît plus épanouie que jamais, la subtilité de Tomáš Král, qui joue aussi bien des syncopes de la musique que des accents toniques de la langue, et l'attention inventive d'Ivo Kahánek, cheville ouvrière de l'entreprise, font des miracles dans toutes les miniatures du bouquet, dont les parfums embaument chaque écoute. [...] Si Les gars de Zvolen nous valent le duo le plus irrésistible du disque, La riche bien-aimée gagne beaucoup à donner également la parole au jeune homme désabusé. Le baryton soupire encore avec un dépit idéalement senti dans L'Amoureux abandonné et L'Amoureux triste. [...] En solo ou en duo, les chanteurs mâtinent cette musique de la mélancolie qui lui colle à la peau. Et le tact de Kral nous tire des larmes dans Eh montagne ou Mon Dieu, que dois-je faire. Bouleversant voyage.» (Diapason, avril 2019 / Nicolas Derny)
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 29 mars 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
Le compositeur tchèque Viktor Kalabis est un des acteurs principaux de la vie musicale praguoise jusqu’aux évènements de 1968 qui vont précipiter sa chute. Évincé de son poste de directeur de la Radio Tchécoslovaque de Prague suite à l’intervention des troupes soviétiques, il se voue complètement à la composition dès 1972. C’est après la Révolution de velours de 1989 qu’il peut relever la tête et reprendre des fonctions officielles. Grand admirateur de son compatriote Bohuslav Martinů, il est aussi dans la sphère d’influence de compositeurs comme Bartók, Honegger et Stravinski. Kalabis est avant tout un symphoniste, auteur de cinq symphonies et d’une dizaine de concertos pour divers instruments. Ce premier enregistrement intégral de sa musique de piano fait suite à un album consacré à trois sonates de Kalabis, ainsi qu’à un disque très remarqué consacré à des œuvres symphoniques qui a reçu les récompenses des revues Classica (France) et Gramophone (Grande-Bretagne). C’est grâce à la ténacité de son épouse, la grande claveciniste Zuzana Růžičková, disparue depuis, que cette série d’enregistrements a pu voir le jour. Ce nouvel opus regroupe un travail de cinquante ans de création, depuis la première sonate d’après-guerre jusqu’aux miniatures écrites à la lisière de notre XXIe siècle. On retrouve du début à la fin les qualités de Kalabis, avec ce mélange d’extrême rigueur qui s’éloigne des schémas traditionnels tout en utilisant un contrepoint très savant, avant d’atteindre l’épure au travers d’un style de plus en plus personnel. Diplômé de l’Académie des Arts de Prague, le pianiste Ivo Kahánek a également étudié avec Christian Zacharias et Alicia de Larrocha. Actuellement, il se consacre surtout aux musiciens de son pays pour le label Supraphon, et collabore régulièrement avec la Radio-Télévision Tchèque. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Trios - Paru le 29 mars 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res
HI-RES2,54 €
CD1,69 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res