Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

220 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique et Channel Classics Records
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 28 novembre 2002 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« Les Pièces de clavecin en concerts sont-elles la partition de Rameau la plus enregistrée ? C'est très probable. [...] tous les grands clavecinistes ont chéri un recueil où leur instrument se taille la part du lion et jouit d'une écriture formidablement bien sonnante à condition d'en maîtriser les codes – Rameau précise d'ailleurs dans sa préface que la partie de clavier se suffit à elle-même et invite à la jouer seule. [...] Seize pièces hautes en couleurs : cahier idéal pour le concert comme pour le disque. C'est par cette porte qu'il faut découvrir Rameau et entrevoir ses opéras. [...] Trevor Pinnock, dans cet enregistrement, revient à un compositeur dont il avait marqué la discothèque trente ans plus tôt. [...] Quand il se décide enfin à graver les Pièces en concerts, son Rameau n'a pas changé d'un poil et n'a pas pris une ride. Un clavecin opulent et subtil, classique non par sa réserve mais par sa confiance dans chaque effet. [...] Pinnock a réuni deux coloristes hors pairs. À la viole, Jonathan Manson, expert dans les métamorphoses que lui demande Rameau (tantôt basse d'orchestre résonante et un peu "grasse", tantôt ténor svelte). Au violon, luxe suprême, Rachel Podger. [...] » (Diapason)
HI-RES27,00 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 17 décembre 2004 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2011 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 9 octobre 2013 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 25 janvier 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 février 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 28 février 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 avril 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Née en 2004, Serena Wang a enregistré ce programme à l'âge de neuf ans. « Lorsque nous en avons fini avec tous les poncifs habituels ("phénomène", "surdouée", "prodige") et que nous écoutons "en aveugle" (sans connaître l'interprète), il nous faut admettre la maturité et l'intelligence musicale de la pianiste [...] Il n'est pas question d'une enfant surdouée, mais d'une personnalité musicale qui a, d'instinct, assimilé l'esthétique des pièces qu'elle joue.» (Classica, octobre 2014 / Stéphane Friédérich)
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 septembre 2014 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quelques célébrités – Frescobaldi et Gabrieli (même si ce dernier appartient plutôt à la Renaissance tardive : disons qu’il sert de mentor imaginaire aux autres) –, beaucoup de compositeurs plus rares, voire inconnus au premier bataillon baroque italien, voilà ce que nous propose ce beau CD. Les inconnus en question s’appellent Giovanni Fontana, Marco Uccellini, Dario Castello, Antonio Bertali, Biago Marini, Giovanni Meali et même une dame, Isabella Leonarda, tous actifs au cours du XVIIe siècle auprès des diverses cours qui parsemaient l’Italie en ce temps. S’il est un point commun à toutes leurs œuvres, c’est le style fantasque, inventif, virtuose, contrasté à l’extrême, un véritable théâtre instrumental. Accompagnant la violoniste Rachel Podger, le claveciniste Marcin Świątkiewicz joue sur une copie d’un instrument italien datant du tout début du XVIIe siècle : sonorité transparente, dans un tempérament baroque qui donne tout son piment à cette musique chatoyante de chromatismes et de folies. © SM/Qobuz
HI-RES27,00 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 10 mars 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Record of the Month
"Rachel Podger remonte aux sources du concerto vivaldien avec L'estro armonico, dont elle nous offre la nouvelle référence. [...] Il souffle sur cette version un vent d'audace juvénile, sans académisme ni démesure. L'équilibre rêvé entre... invention (estro) et harmonie (armonico). [...] Fascinant. " (Diapason, avril 2015 / Roger-Claude Travers) Nommez un inconditionnel admirateur des concertos de L’estro armonico de Vivaldi… Eh oui, c’est bien lui : rien moins que Jean-Sébastien Bach qui, sur les douze concertos de la collection, en transcrivit six pour divers instruments. Témoignage d’une évidente révérence du Kantor pour son illustre contemporain vénitien. La célébrité internationale lui était venue d’un coup en 1711 lorsqu’un éditeur amsterdamien publia ces douze concertos, sous le titre que l’on connaît, après que Vivaldi lui eut envoyé ses manuscrits au cas où – on peut en inférer que ce sont des ouvrages écrits au cours des quelques années précédentes, sans volonté particulière d’en faire un cycle, mais que Vivaldi devait considérer comme ses meilleurs et les plus aptes à convaincre un éditeur international. La cohérence stylistique entre les douze concertos, en réalité, est une vue de l’esprit ; tous les concertos de Vivaldi pour formations équivalentes ont le même parfum, même si (pour contredire vous-savez-qui selon qui Vivaldi avait écrit six cent fois le même concerto) ils sont à chaque fois un nouveau miracle d’invention et d’originalité. Voici ce monument sous les doigts de Rachel Podger, qui fut longtemps premier violon de l’English Concert avant de prendre la co-direction de l’Orchestra Of The Age Of Enlightment, et de fonder l’ensemble Brecon Baroque qui l’accompagne ici. Impeccable. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Le nouvel album du chef d'orchestre hongrois Ivan Fischer chez Channel Classics est dédié à l'une des symphonies les plus complexes de Gustav Mahler, son ultime symphonie achevée (1909-1910), la Neuvième. Il a déjà enregistré les 1ère, 2è, 4è, 5è et 6è. Avec son orchestre aux timbres si particuliers, sa direction subtilement architecturée, Ivan Fischer poursuit une intégrale de l'oeuvre malhérienne parmi les plus passionnantes des dernières années. Un opus immanquable !
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 29 mai 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« Ce programme est signé par les Néerlandaises Dana Zemtsov (alto) et Cathelijne Noorland (piano). Ce duo confère une élégance exquise à la Sonate d'Henri Vieuxtemps, une expressivité à la Suite d'Ernest Bloch, une virtuosité ailée à la Carmen Fantasy sur des airs de Bizet transcrite par Milhail Kugel et une émotion retenue à la brève Mélodie dans le style ancien d'Evgeni Zemtsov (aïeul de l'altiste). Une incursion d'une belle musicalité dans un répertoire qui sort des sentiers battus.» (Classica, décembre 2015)
HI-RES27,00 €
CD17,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Les Sonates du Rosaire de Heinrich Ignaz Franz von Biber (1644-1704), cycle formé de quinze sonates pour violon avec basse continue et d'une passacaille pour violon seul, s'inscrivent dans un mouvement de création au XVIIe siècle, qui faisait la part belle à l'audace, à l'expérimentation, à l'exploration et à l'approfondissement de techniques instrumentales parmi les plus ardues – un courant rendu possible par les avancées instrumentales, directement exportées d'Italie, et qui trouva alors un terreau particulièrement propice en Europe centrale, avec Schmelzer, et quelques autres, puis dans la génération suivante, Westhoff ou bien sûr Biber. Les Sonates du Rosaire exigent du soliste une sérieuse capacité à l’abstraction : en effet, la plupart sont écrites selon le principe de la « scordat[t]ura », c’est à dire qu'une ou plusieurs cordes du violon sont accordées différemment de l’habituel sol-ré-la-mi. La partition ne correspond alors donc pas à ce que l’on entend, puisque les cordes désaccordées deviennent transpositrices. Autrement dit, certaines notes sonnent comme ce qui est écrit, d’autres différemment, selon la corde imposée par le compositeur. L’instrumentiste doit donc faire le même effort que vous devriez faire si une partie des touches de votre clavier d’ordinateur donnaient d’autres lettres que ce qui est écrit dessus, mais qu’il vous fallait faire comme si de rien n’était. Et ce, dans le but de modifier la sonorité de l’instrument, de permettre certains accords différents, de pouvoir utiliser des cordes à vide différentes des habituelles. Biber nous propose ici une musique infiniment déroutante, des sonorités parfaitement inouïes, des harmonies incongrues, un étonnant cheminement harmonique et mélodique qui le met tout à fait à part dans le monde baroque qui, en cette fin des années 1670, n’y comprit pas grand-chose, de sorte que l’ouvrage tomba dans l’oubli avant de connaître une éclatante résurrection au début du XXe siècle. C'est la violoniste anglaise Rachel Podger, véritable star de l'instrument baroque, qui, après ses incursions chez Mozart, Bach, Vivaldi, et quelques autres compositeurs importants des XVIIe et XVIIIe siècles, toutes auréolées de récompenses et autres succès, révèle ici les trésors enfouis de ce chef-d'œuvre. Entourée de quelques brillants amis instrumentistes (dont Marcin Świątkiewicz aux claviers et qui s’est distingué dans un excellent opus Müthel paru chez BIS il y a quelques mois, et le gambiste Jonathan Manson, un co-équipier régulier pour la violoniste et Trevor Pinnock), Podger exploite avant tout la poésie narrative du recueil, en distillant des phrasés d’une grande élégance et déployant une sonorité envoûtante. Une expérience authentiquement mystique ! © Qobuz« Dès les premières notes de l'Annonciation, elle saisit la partition et alerte l'auditeur du mystère à venir par des guirlandes de triples croches agitées comme un signal. La violoniste britannique parcourt les quinze stations de ce chemin sacré avec un aplomb sidérant et une technique magistrale qui lui permet de surmonter les embûches d'une partition difficile. Les passages en doubles cordes et polyphoniques sont ainsi maîtrisés comme rarement mais cette aisance insolente permet aussi d'apporter aux épisodes contraints — à variations, et libres, à caractère improvisé — comme aux nombreuses danses, une souplesse de phrasé et une éloquence de tous les instants, de l'abattement à l'espoir. [...] Il serait injuste de ne pas saluer les complices de Rachel Podger qui doivent souvent croiser son archet dans d'intenses moments d'écriture en imitation.» (Classica, décembre 2015 / Philippe Venturini)
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 4 décembre 2015 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 avril 2016 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Après avoir travaillé avec le Collegium Vocale de Gand, l'Orchestre baroque d'Amsterdam, le Concert des Nations de Jordi Savall, L'Arpeggiata de Christina Pluhar, Il Fondamento, sous la direction de personnalités telles que Philippe Herreweghe, Ton Koopman, Frans Brüggen, Gustav Leonhardt, René Jacobs, Reinard Goebel, Ivor Bolton ou Paul McCreesh, la soprano néerlandaise Johannette Zomer a décidé de fonder son propre ensemble baroque : le Tulipa Consort, né en 2013. C’est avec cette phalange qu’elle nous propose ici un tout premier disque, consacré à Vivaldi, avec des ouvrages sacrés : oratorios, motets, psaumes, le tout entrecoupé de sinfonias tirées d’autres pièces sacrées lorsque, par exemple dans le cas de Judita triumphans, l’ouverture a été perdue. Un fort beau florilège d’un Vivaldi que l’on connaît tout de même moins, et c’est bien dommage car il sait à merveille mettre en valeur la voix, et celle de Johannette Zomer épouse à merveille ce style si particulier et attachant. © SM/Qobuz