Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 1 février 2019 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Un programme schumannien peu commun. Version révisée du Concert sans orchestre, la Grande Sonate (n° 3) est une œuvre difficile à appréhender. [...] Le troisième mouvement, son épicentre, consiste en des variations sur un thème de Clara Wieck, parfois présentées à part. Jean-Efflam Bavouzet se meut avec aisance dans ces pages porteuses d'un doux poison. [...] Superbe ! [...] Bavouzet, en conclusion, trouve le ton juste des fuyants Chants de l'aube, moment de lucidité avant que le compositeur ne rejoigne les ténèbres, et recueil précieux — ne serait-ce que pour l'étreignante quatrième pièce. Un Schumann d'une remarquable facture. » (Diapason, avril 2019 / Bertrand Boissard)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | Chandos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Piano solo - Paru le 6 juillet 2018 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 étoiles de Classica
« L'esprit de Haydn est ravivé dans cette intégrale dont les six premiers volumes ont déjà été chaleureusement accueillis dans nos colonnes. Ce septième offre, lui aussi, une abondance d'idées intelligentes et de couleurs pétillantes à travers cinq sonates rarement entendues. [...] Bavouzet souligne la densité de l'écriture de ces sonates dont les dimensions symphoniques et la complexité polyphonique impressionnent. [...] un Haydn poétique et puissant. » (Classica, septembre 2018 / Melissa Khong)
29,99 €
19,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 janvier 2018 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de son d'exception
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2017 | Chandos

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2017 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 mars 2017 | Chandos

Hi-Res Livret
Le Orchestral Set No. 2, autrement dit « suite orchestrale n° 2 » (même si l’ensemble n’a rien d’une suite classique) est le titre qui a été donné à un ensemble de trois pièces de Charles Ives, écrites entre 1915 et 1919. Comme le First Orchestra Set, bien plus connu sous le titre Three Places in New England, le Second Set ne fut pas conçu comme une entité, mais assemblé dans sa forme actuelle à partir de trois pièces individuelles. Est-ce parce qu’il ne porte pas de titre évocateur (« Trois endroits en Nouvelle-Angleterre », ça sonne si bien !), ou parce que les pièces sont d’un abord plus ésotérique, toujours est-il que ce second reste méconnu. On y trouve beaucoup de réminiscences personnelles de Ives, assez états-uniennes dans l’esprit : les réunions de jeunes lors de camps d’été à vocation religieuse, les groupes de musique militaire, les cloches des églises au lointain, les hymnes chantées par les congrégations avec quelques fausses notes, un orgue de barbarie… Et surtout, à son habitude, Ives n’hésite pas à superposer le tout, pour un génialissime foutoir organisé qui est sa marque de fabrique. Pour continuer avec ces caps d’été, la Troisième Symphonie de Ives porte précisément le nom de Camp Meeting. Écrite entre 1904 et 1908 (Ives mettait toujours un temps fou à achever ses œuvres, en partie parce qu’il les retravaillait mille fois, en partie aussi parce que son métier d’assureur lui prenait tout son temps !), elle ne renie pas ses inspirations religieuses ; elle valut au compositeur le Prix Pulitzer cuvée 1947, une fois qu’elle fut créée par Lou Harrison à la baguette. Pour refermer l’album, Andrew Davis à la tête de l’Orchestre de Melbourne a choisi l’une des plus imposantes œuvres de Charles Ives, la Quatrième Symphonie dont l’effectif et la difficulté exige par moments trois chefs d’orchestre, ainsi qu’un pianiste soliste des plus solides – en l’occurrence, Jean-Efflam Bavouzet. L’ouvrage a été écrit entre 1910 et 1920, mais ne fut créé en entier qu’après la mort du compositeur, en 1965, par rien moins que Stokowski. © SM/Qobuz
44,99 €
29,99 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month
Troisième et dernier volume de l’intégrale des Sonates de Beethoven par Jean-Efflam Bavouzet. On notera que le pianiste a choisi de les présenter chronologiquement, de sorte que cet ultime opus discographique contient les ultimes opus pianistiques du compositeur. Des chefs-d’œuvre conçus entre 1804 pour la 22e et 1822 pour la 32e, "l’Opus 111" dont il n’est pas même besoin de dire qu’il est de Beethoven… Bavouzet déploie à la fois un lyrisme de tous les instants et un éventail de sonorités qui rend justice à l’ampleur de la tâche, tout en évitant la démonstration de virtuosité digitale – qui n’est pas du tout le propos de Beethoven, et il l’a magistralement compris. Voilà une intégrale qui fera sans nul doute date dans les annales des « trente-deux », et la critique internationale ne s’est pas retenue de la saluer à sa juste valeur, dès le premier volume d’ailleurs. © SM/Qobuz« [...] Par ses phrasés équilibrés, son sens de l'architecture, sa légèreté d'accent et d'articulation, son usage parcimonieux de la pédale, son extrême précision dans les nuances dynamiques, sa transparence un rien "abstraite" et aiguisée dans l'éclairage de la texture, le jeu de Bavouzet rayonne de probité et de connivence : il nous tend la main et laisse parler le compositeur. [...] Classicisme et romantisme, ombre et lumière, action et contemplation trouvent, au terme de l'odyssée, leur vrai rapport beethovénien dans une Sonate op. 111 personnelle et remarquable de limpidité.» (Diapason, juin 2017 / Patrick Szersnowicz)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2016 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
La grande particularité de cet enregistrement signé Jean-Efflam Bavouzet de ces deux concertos de Mozart est que, pour le KV. 453, les deux cadences sont de sa plume. Dans un style délicieusement entre-deux-guerres, il dévie lentement vers Jean Françaix, Jean Wiener ou Francis Poulenc, ou encore vers Ravel auquel il fait un très, très subtil clin d’œil à la fin de la cadence du mouvement lent, avec le même glissement d’un demi-ton vers le haut lorsque revient l’orchestre… mais que l’auditeur se rassure, l’album propose une singularité tout à fait originale et utile. En effet, pour quiconque préfère quand même les cadences originales de Mozart, le découpage est tel que, à l’aide d’une playlist, il lui est loisible de choisir la fin bavouzettienne ou la fin mozartienne, de manière à profiter d’une écoute ininterrompue selon le menu qu’il s’est choisi. Cela dit, Ravel ayant rendu hommage à Mozart dans le mouvement lent de son Concerto en sol, il n’est que justice que l’hommage lui soit retourné. Les tempi choisis restent mesurés d’un bout à l’autre des concertos, sans excès, sans lourdeur, cette grande fraîcheur qui tranche est bienvenue. Bavouzet l’est mais inutile d’en rajouter une couche… En complément de programme, l’excellente Manchester Camerata nous offre l’une des « Symphonies salzbourgeoises » du même Mozart, un divertimento pour cordes de jeunesse pourtant d’une insondable profondeur. © SM/Qobuz« [...] En parfaite connivence avec un orchestre aux sonorités précises et colorées, Jean-Efflam Bavouzet propose des lectures impétueuses et élégantes. Avec un plaisir raffiné, il communique à ces partitions une franche bonne humeur, jamais simpliste dans le propos, notamment dans les mouvements lents, empreints d'onirisme et de tendre mélancolie. Les textures sont aérées, les lignes mélodiques ciselées avec une lisibilité proche de l'épure.» (Classica, février 2017 / Jean-Noël Coucoureux)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Il serait vraiment grand temps que Gabriel Pierné, que l’on considère avant tout comme un grand chef d’orchestre du tournant du XXe siècle, et accessoirement comme un compositeur « talentueux-mais-qui-n’a-rien-inventé », soit remis à l’honneur. Oui, il n’a rien inventé au sens où Debussy ou Stravinski ont ouvert d’immenses brèches et s’y sont engouffrés. Mais, comme un Dukas, comme un Roussel, deux de ses quasi-exacts contemporains, il a su développer un langage puissamment personnel alliant respect des influences anciennes, considération pour ses pairs plus hardis – d’autant qu’en tant que chef, Pierné assura la création ou la diffusion de nombre de leurs chefs-d’œuvre –, et développement de sa propre vérité mélodique, harmonique et orchestrale. Voici enregistrés des œuvres de 1886 (à peine après son séjour à la Villa Medicis donc) à 1919, quand il était déjà célèbre : des œuvres pour orchestre seul, jouées par le BBC Philharmonic – dont les magnifiques Paysages franciscains que tout orchestre devrait inscrire dare-dare à son répertoire –, des œuvres pour piano et orchestre jouées par Jean-Efflam Bavouzet, et quelques pièces pour piano seul pour compléter l’album. On remarquera immédiatement l’ample évolution de l’écriture de Pierné, de la Fantaisie-ballet de 1886 aux Paysages de 1919, et l’on remarquera surtout qu’il était loin d’être sourd aux nouveautés de son temps ; mais il en intègre certains apports, pas d’autres, selon sa sensibilité. Réhabilitons Pierné ! © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 30 juin 2015 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 27 janvier 2015 | Chandos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 octobre 2014 | Chandos

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Classique - Paru le 4 février 2014 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month
Voilà un album splendide à ajouter aux quelques intégrales déjà disponibles des Concertos pour piano de Prokofiev, car Jean-Efflam Bavouzet s'impose sans peine au sommet de la discographie. Voilà un piano tantôt fluide (tema con variazioni du Concerto no 3), tantôt percussif (finale du Concerto no 2), toujours passionnant de rythmes étourdissants et de sonorités multicolores, grâce à la technique éblouissante du pianiste français qui lui permet de se jouer de toutes les extravagances d'écriture du pianiste-compositeur que fur Prokofiev. Gianandera Noseda est un partenaire constamment à l'écoute et qui sait soigner et faire sonner le riche orchestre du compositeur russe. Un régal et la preuve que ces 5 Concertos ne sont pas qu'une démonstration digitale, mais des partitions qui ont, au même titre que les Concertos de Rachmaninov, singulièrement enrichi le répertoire pianistique du XXe siècle. Prise de son aérée et précise qui contribue grandement à notre bonheur. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 avril 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Pianiste Maestro - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Jean-Efflam Bavouzet poursuit son intégrale avec le volume 5 des sonates pour piano de Joseph Haydn ! Une série de plus en plus captivante qui s'installe désormais comme incontournable. Un véritable classique !
29,99 €
19,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Après s’être investi dans Ravel, le pianiste français nous laisse une intégrale parfaitement homogène. Toute une gamme de couleurs et d’atmosphères certes,mais aussi du nerf et de la force, comme pour nous rappeler que Debussy n’est pas un compositeur évanescent ou invertébré. Cette intégrale est à ranger aux côtés des meilleures et la prise de son rend parfaitement justice à la belle matière sonore et au piano imaginatif de Jean-Efflam Bavouzet. FH
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 4 septembre 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Après avoir reçu un Choc de Classica de l'année 2010, Jean-Efflam poursuit son intégrale des Sonate de Haydn chez Chandos. Un projet ambitieux que le pianiste mène avec la passion et l'envie de convier les oreilles du vingt-et-unième siècle à découvrir les trésors de cette musique sublime.
26,99 €
17,99 €

Piano solo - Paru le 1 mai 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Le pianiste Jean-Efflam Bavouzet revient chez Chandos avec un nouveau projet : enregistrer l'intégrale des sonates de Beethoven, dans l'ordre chronologique. Chaque volume se présentera sous forme de triple album et ce premier numéro de la série présente tout naturellement les sonates des années 1790. Ce projet s'inscrit dans la continuité de la série Haydn de Jean-Efflam Bavouzet, toujours en cours, deux projets qui vont de pair et qui affirment le pianiste comme l'un des meilleurs interprètes du répertoire classique. Une totale réussite !