Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES119,99 €
CD79,99 €

Piano solo - Paru le 8 janvier 2005 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
HI-RES44,95 €
CD29,95 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2019 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2007 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2012 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | BIS

Hi-Res Livret
C’est sur une copie moderne d’un Pleyel de 1830 – plus précisément l’Op. 1555 du célèbre facteur, dont l’original est actuellement conservé au Musée de la Musique de Paris – que Ronald Brautigam a décidé de nous faire redécouvrir quelques Lieder sans paroles (devenus « Romances sans paroles » selon la traduction officielle, mais ce sont bien des Lieder dans leur conception) de Mendelssohn. Redécouvrir, oui, car dans cette sonorité, les équilibres n’ont rien à voir avec ce qu’offre – ou n’offre pas – un piano moderne, pas plus que les possibilités de conduite mélodique et de résonance du son. Il a choisi les quatre derniers cahiers (sur huit que Mendelssohn a écrits, mais dont seuls six furent publiés de son vivant), même si le septième cahier Op. 85, posthume donc, rassemble des pièces dont certaines sont antérieures à celles qu’offre le cahier précédent, l’Op. 67 de 1845. On découvrira dans ces quatre fois six miniatures tout l’art de la concision du compositeur, ainsi que sa belle virtuosité toujours au service de la musique et jamais des seuls doigts. Brautigam complète son enregistrement avec les six Pièces de Noël, que le compositeur entendait publier en 1846 mais la maladie puis la mort l’empêchèrent de mener à bien son projet ; c’est sa veuve qui les offrit à la postérité peu après : c’est là le Mendelssohn le plus intime, le plus serein. On entendra aussi quelques pièces isolées, considérées comme des romances sans paroles, mais qui ne furent jamais rassemblées en recueil. Ce qui n’enlève rien à leurs immenses qualités ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 6 octobre 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ce n’est hélas pas souvent que la musique de Mendelssohn pour violoncelle et piano trouve les faveurs des interprètes ; réjouissons-nous donc qu’un violoncelliste de la trempe de Christian Poltéra, flanqué de Ronald Brautigam (qui joue une copie moderne d’un Pleyel de 1830), nous donne l’occasion de retrouver ces perles du répertoire. Oui, la série des Variations concertantes de 1829 reste encore très classique de conception, mozarto-beethovenienne sans nul doute, mais Mendelssohn sait magistralement mettre à égale contribution les deux musiciens, et la virtuosité de tous les instants – instrumentale et architecturale – reste un de ces miracles à la Mendelssohn tels que les admirait tant un Schumann. Quant aux deux sonates – la Première de 1839, la Seconde et dernière de 1843 –, elles représentent le summum de l’originalité dont était capable le compositeur alors qu’on lui reproche si souvent, hélas – et bien à tort –, de trop rester dans le droit chemin. La Seconde Sonate, en particulier, présente de constantes surprises, autant dans l’écriture instrumentale du violoncelle que dans le développement rythmique et harmonique. Voilà du meilleur Mendelssohn, superbement défendu par des artistes impliqués jusqu’à la moelle. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 2 septembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Qualifiées à juste titre de pasticcios, ces pages juvéniles empruntent leurs thèmes à divers compositeurs, tels CPE Bach, Raupach, Schobert [...] Mozart y réalise des exercices de transcription et d'admiration, derrière lesquels filtrent cependant de belles qualités d'écriture et un talent dans l'art d'agencer et d'orchestrer le matériau emprunté. [...] Brautigam et Willens ne cherchent jamais à parer ces partitions d'un voile de sérieux, préférant éclairer leurs facettes insouciantes, joyeuses et rêveuses. [...] La subtilité de la direction de Willens crée un tissu orchestral raffiné et coloré, luxueux écrin au sein duquel les sonorités délicates du pianoforte s'épanouissent librement. » (Classica, décembre 2016 / Jean-Noël Coucoureux)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 octobre 2013 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 3 février 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
« Après une intégrale des sonates, des bagatelles, des variations et autres pièces, Ronald Brautigam termine son parcours Beethoven sur pianoforte par les monumentales Variations Diabelli. Il obtient de son instrument, une copie d'un Conrad Graf de 1822, une infinité de nuances, toujours assujetties au pas aérien de la valse sur laquelle se bâtit l'édifice des 32 variations. Une lecture originale, directe et émouvante.» (Classica, juin 2016)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2011 | BIS

Hi-Res Livret
Constante source de plaisir, l'exploration au pianoforte de l'oeuvre de Ludwig van Beethoven par Ronald Brautigam chez BIS se distingue par un équilibre souverain, des phrasés majestueux, à la fois amples et d'une grande simplicité. Ce jeu à la fois intelligent et délié convient idéalement aux petites miniatures expérimentales que sont les Bagatelles, partitions majeures dans le corpus beethovénien, car témoin vivant de l'esprit visionnaire et en ébullition du Maitre de Bonn.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2011 | BIS

Hi-Res Livret
Ce disque de Ronald Brautigam est le premier d'une série consacrée au Concertos pour piano de Mozart, sur une copie de pianforte de 1795, avec le Concerto n° 9 "Jeunehomme", et le Concerto n° 12, et son interprétation imaginative révèle les différentes facettes du style de Mozart.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 1 janvier 2010 | BIS

Hi-Res Livret
Ludwig van Beethoven : Concerto pour piano n°4 Op. 58 - Concerto pour piano Op. 61a (adaptation du Concerto pour violon Op. 61) / Ronald Brautigham, piano - Orchestre symphonique de Norrköping - Andrew Parrott, direction
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 avril 2008 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 26 mars 2013 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 juillet 2008 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2011 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 mai 2010 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2012 | BIS

Hi-Res Livret