Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 23 juin 2017 | Ricercar

Hi-Res Livret
Si Johannes Tinctoris (1435-1511) est reconnu aujourd'hui comme l'un des théoriciens de la musique les plus réputés de son époque, il est également un observateur passionné des pratiques musicales de la Renaissance. Après ses études à Orléans, il s'établit à Cambrai, à Liège puis à Naples, où ses talents de compositeur fleurissent, alors qu'il sert Ferdinand d'Aragon et se charge de l'instruction musicale de la princesse Béatrice. Ce programme retrace son parcours à travers sa production très variée : chansons françaises et italiennes, mouvements de messes, pièces instrumentales. © Arcana/Outhere
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 juin 2017 | Seattle Symphony Media

Hi-Res Livret
Si l’immense chef-d’œuvre qu’est Three Places in New England de Charles Ives est raisonnablement bien représenté dans le domaine discographique – Tilson Thomas, Dohnanyi, Howard Hanson pour l’une des plus anciennes, Andrew Davis, Ormandy, Andrew Litton, David Zinman – il en va tout autrement pour l’Orchestral set n° 2 – Dohnanyi et Davis, c’est plus ou moins tout –, ainsi que la symphonie New England Holidays, certes enregistrée par Bernstein et Tilson Thomas, mais c’est le bout du monde. Dommage pour ces deux derniers ouvrages, qui mériteraient tout autant les feux de la rampe. Bon, il est vrai que la symphonie New England Holidays semble un singulier assemblage de quatre mouvements que l’on pourrait croire assez hétéroclites : le premier, Washington's Birthday, se limite à un orchestre de chambre, Decoration Day revient à l’orchestre symphonique normal, The Fourth of July le mouvement le plus complexe, fait appel à trois groupes instrumentaux dont un ensemble de percussions, et finalement Thanksgiving and /or Forefathers Day recourt au grand orchestre avec chœurs et orgue. Saluons donc ce nouvel enregistrement signé de l’Orchestre de Seattle et son chef Ludovic Morlot, qui offrent au public une nouvelle vision de cette musique aussi génialissime que trop rarement donnée, surtout de ce côté-ci de l’Atlantique. © SM/Qobuz
17,99 €
11,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 2 juin 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2017 | CD Accord

Hi-Res Livret
La vie de Bartłomiej Pękiel, l’un des principaux compositeurs baroques polonais, reste voilée de mystères. On ne connaît ni le lieu ni sa date de naissance, et seules des découvertes musicologiques récentes ont permis de fixer avec un brin de certitude sa mort en 1666. Ce que l’on sait, par contre, c’est qu’il fut longtemps actif dans ce qui s’appelait alors la république des Deux Nations, autrement dit la Pologne-Lithuanie qui perdura de 1569 jusqu'à la partition de la Pologne en 1795 lorsque la Russie, la Prusse et l’empire d’Autriche se partagèrent le territoire et ses richesses. En 1653 après une quinzaine d’années comme vice-Kapellmeister, Pękiel accéda enfin au poste convoité de Kapellmeister du roi de Pologne. La chose ne dura hélas pas, puisqu’en 1655 l’invasion suédoise de Varsovie dispersa la cour – et donc ses musiciens – à travers la région. Cracovie, Vienne, on ne sait pas trop où il atterrit, jusqu’en 1658 où on retrouve sa trace à Cracovie, au poste de directeur de la chapelle de la cathédrale Wawel.Les œuvres de Pękiel présentées sur cet album illustrent les deux tendances stylistiques suivies par les musiciens d’église en ces temps : d’une part le style concertant moderne (stile moderno) et d’autre part le style ancien (stile antico) qui se réfère à la tradition de la polyphonie de la Renaissance tardive. Dans le premier giron, moderne, on peut cataloguer la messe concertante La Lombardesca et la Missa a 14, les deux seules messes du compositeur dans le style moderne qui nous sont parvenues. De bout en bout, La Lombardesca brille de mille feux kaléidoscopiques dûs aux incessants jeux de contrastes de masses instrumentales et vocales, l’essence même du style concertant. Le second style, antique, est représenté par la Missa paschalis et les deux messes senza le cerimonie, autrement dit des ouvrages sans destination liturgique spécifique.En complément de ces œuvres sacrées, l’album propose quatre pièces instrumentales de Pękiel : une fugue pour clavier et trois canons, hélas les seuls exemplaires de sa musique instrumentale qui nous soient parvenus. On pourrait légitimement s’étonner qu’un organiste émérite comme Pękiel, à une époque de grand développement de la musique purement instrumenale, n’a pas plus écrit dans ce sens, mais il faut se souvenir que l’attribution principale des musiciens de la cour des Vasa auprès de la cathédrale de Cracovie était d’écrire des œuvres purement vocales ou, à la limite, des ouvrages vocaux avec accompagnement instrumental. L’Ensemble Baroque de Wrocław qui nous offre ces chefs-d’œuvre a été fondé par Andrzej Kosendiak – son meneur depuis toutes ces années – se concentre plus particulièrement sur le répertoire baroque polonais, assez négligé, dans tous les genres de la musique de chambre jusqu’à l’oratorio et la cantate sacrée. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2017 | Orchid Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2017 | Priory Records

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Novum

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Novum

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 21 avril 2017 | Toccata Classics

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | Centaur Records, Inc.

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Le 2 juin 1640, un cortège funèbre, imposant et silencieux, se rendit à la Sint-Jacobskerk d’Anvers. Le défunt n’était autre que le peintre le plus célèbre de l’époque baroque, Peter Paul Rubens, et il semble acquis – amples recherches musicologiques à la clé – que la messe de requiem chantée par le chœur de la cathédrale en cette occasion devait être une œuvre à huit voix, comprenant un Dies irae imprimé à Anvers vingt-huit ans auparavant et écrit par le compositeur italien Orazio Vecchi. Car parmi toutes les messes publiées ou disponibles à Anvers en ce temps, seule la Missa pro defunctis de Vecchi, initialement publiée en Italie par Phalèse en 1612 (avec d’autres messes du compositeur et la Missa In illo tempore de Monteverdi, artiste important dans le contexte de la carrière de Rubens qui commença à la cour de Mantoue où il travaillait aux côtés du musicien), mérite une considération particulière dans le cadre de ces funérailles. L’album offre la messe dans son intégralité, ainsi que des œuvres liturgiques de quelques autres musiciens ayant vécu ou travaillé dans la région au cours de l’existence de Rubens : La Hèle, Ruimonte et Lobo. L’ensemble belge Graindelavoix, une dizaine de solistes vocaux rompus aux modes du chant de l’époque, officie. Et vous assistez ici, d’une certaine manière, aux funérailles de Rubens. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Glossa

Hi-Res Livret
Daniel Reuss, directeur musical de la Cappella Amsterdam, signe ici une lecture – à la tête, en plus du chœur, de l’Orchestre du XVIIIe siècle (fondé en 1981 par le défunt Frans Brüggen, et à la mémoire de qui cet album est dédié) – profondément « chorale », car on peut argumenter que le rôle principal de l’ouvrage est, en effet, tenu par le chœur. Les mélomanes habitués aux visions très orchestrales, courantes dans le passé, seront sans doute étonnés, agréablement nous le pensons, d’entendre cette œuvre dépouillée d’une partie du surpoids orchestral à la faveur d’une tendresse chorale et vocale. Le quatuor de solistes – Carolyn Sampson, Marianne Beate Kielland, Thomas Walker et David Wilson-Johnson – se fond avec intelligence dans le tout, sans que personne ne cherche à se mettre en avant. Une version à recommander. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Carus

Hi-Res Livret
23,99 €
15,99 €

Classique - Paru le 10 février 2017 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice
Un coffret de deux disques consacré au répertoire liturgique luthérien de Martin Luther à Heinrich Schütz. Le premier disque est consacré à des compositions liturgiques spécifiques à la liturgie luthérienne : Deutsche Messe, Deutsches Magnificat, Deutsche Passion (la première passion polyphonique allemande de Joachim von Burck) et même une reconstitution d’un Deutches Requiem au départ de compositions polyphoniques qui utilisent les mêmes textes que ceux que Brahms utilisera pour son propre Deutsches Requiem. Le deuxième disque propose une sélection de motets qui seront repartis selon le plan de l’année liturgique, de l’avent à la trinité. Ces pièces polyphoniques sont dues à de nombreux compositeurs (Martin Luther, Andreas Hammerschmidt, Michael Praetorius, Joachim von Burck, Christoph Bernhardt, Heinrich Schütz, Thomas Selle, Melchior Franck, Caspar Oth- mayr, Michael Altenburg, Samuel Scheidt, Johann Hermann Schein, Johann Walter...). L’or- ganiste Bart Jacobs qui complète ce programme avec quelques pièces d’orgue de compositeurs du XVIIe siècle. (Texte label)« [...] L'ensemble de Lionel Meunier n'a décidément pas volé son nom ! Vox Luminis apporte à ces polyphonies, tantôt simples, tantôt denses, une texture chorale translucide et une "parole musicale" limpide. [...] Les œuvres pour orgue qui émaillent le programme n'appellent aucune réserve : Bart Jacobs, sur les orgues de Gedinne (Notre-Dame de la Nativité) et Ciboure (Saint-Vincent), déclame avec brio des compositions particulièrement contrastées [...] L'organiste accompagne d'ailleurs la plupart des motets sur ces deux instruments avec une intelligence et une invention contrapuntique confondantes.» (Diapason, juin 2017 / Denis Morrier)
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | Genuin

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Preis der deutschen Schallplattenkritik
« Grand absent de la discographie, l'orgue du XVe siècle reste une réalité de papier. Et pour cause : à part quelques tuyaux ou éléments de buffet intégrés à des instruments ultérieurs, on ne trouve aucun survivant ou quasi de l'époque [...] On mesure alors l'événement que représente la construction d'un orgue d'inspiration tardo-médiévale, dont ce disque est une présentation en même temps qu'un appel aux fonds pour la deuxième tranche ! Reconstituée dans la nouvelle église de l'Université de Leipzig d'après des informations données par Praetorius, sa composition épurée a inspiré à Daniel Beilschmidt un récital abondant. [...] L'ensemble est servi par une interprétation aussi agile qu'inventive. [...] La rencontre de l'instrument avec les cloches est pleinement réussie [...] un disque singulièrement coloré.» (Diapason, juin 2017 / Xavier Bisaro)
26,99 €
17,99 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 février 2017 | Archiphon

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 6 janvier 2017 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Ce n’est que très récemment que l’on a redécouvert Petrus Wilhelmi de Grudencz (1392-après 1452), qui vécut le plus clair de sa vie dans l’État monastique des chevaliers teutoniques, maintenant la Pologne du Nord. Il semblerait qu’il ait aussi évolué dans la sphère du roi de Germanie Frédéric III, au titre de membre de la chapelle royale. On perd sa trace en 1452 à Rome, alors qu’il assistait sans doute au couronnement dudit Frédéric III comme empereur romain germanique. Voici nombre de ses œuvres vocales, données par des voix d’hommes accompagnées par les flûtes, le clavicymbalum (un ancêtre du clavecin), le luth et la vièle ; des pièces dans le style que l’on connaît de cette fin de Moyen Âge, celui de Dufay et autres. L’album propose également quelques pièces de contemporains nordiques Petrus Wilhelmi, en particulier son collègue Johannes Turout actif auprès de la même cour, Nicolaus de Radom et l’inévitable lot d’anonymes – anonyme ne rimant pas du tout avec ennuyeux, on vous assure ! © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 2 décembre 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Award - Gramophone Editor's Choice - Prise de son d'exception - 5 Sterne Fono Forum Klassik