Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Musique de chambre - Paru le 29 septembre 2017 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
HI-RES7,70 €15,99 €(52%)
CD5,50 €11,49 €(52%)

Concertos pour clavier - Paru le 3 novembre 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Qobuzissime
Nés tous les deux à Genève, la ville natale de Jean-Jacques Rousseau, Louis Swizgebel et Thierry Fischer font une brillante carrière mondiale, notamment au Royaume-Uni. Ce premier enregistrement avec orchestre du jeune pianiste sino-helvétique le place d'emblée aux côtés des élus. Sa fine musicalité, alliée une imagination de chaque instant, la simplicité avec laquelle il aborde les deux premiers Concertos de Beethoven forcent l'admiration. Avec la parfaite complicité de Thierry Fischer à la tête des magnifiques instrumentistes de l'Orchestre Philharmonique de Londres , ce Beethoven là sonne juste. Il est jeune, joyeux et impertinent. Après un album consacré à la musique de chambre de Brahms et un autre en récital, ce troisième disque paru sous le label APARTE confirme un talent qui semble touché par la grâce et le naturel, sans aucune esbroufe ni recherche expressive superflue, avec un art du chant souverain. FH
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 10 novembre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] le pianiste suisse Oliver Schnyder joue un merveilleux instrument historique, un Bechstein de 1921 ayant appartenu à Wilhelm Backhaus, entouré de l'Orchestre symphonique de Lucerne et du chef américain James Gaffigan. [...] Un enregistrement qui a parfaitement digéré les acquis de la révolution baroque, avec un orchestre affûté et une sonorité pianistique cristalline (le mouvement lent de "L'Empereur"), une approche vive aux excellents tempi, qui fait merveille dans le Concerto n° 1 [...] (Classica, mars 2018 / Yannick Millon)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Symphonies - Paru le 7 octobre 2014 | SDG

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 septembre 2016 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Long de six mouvements – ce qui n’est déjà pas commun –, le Treizième Quatuor, ce chef-d’œuvre de l’ultime Beethoven, terminé en décembre 1825, s’achevait initialement avec ce qui est dorénavant connu sous le nom de « Grande Fugue », car devant l'incompréhension du public et sur insistance de son éditeur, le génial sourd se résolut à séparer la fugue du reste du quatuor et composa à l'automne 1826 un finale de substitution qui resta sa dernière œuvre achevée. Certes, on a ainsi récupéré un finale de Beethoven supplémentaire, mais d’aucuns pourraient considérer que le geste initial était délibéré ; voilà pourquoi le Quatuor Edding a pris la décision de présenter ce 13e Quatuor avec la fin d’origine, à savoir la fugue. Tous les équilibres tels qu’on les conçoit de nos jours s’en trouvent subitement modifiés, ainsi qu’on peut l’imaginer. Une sorte de grand voyage généralement plutôt tranquille et pondéré, qui se termine dans cet immense tumulte, quelle aventure musicale… Tout à l’opposé de sa trajectoire artistique, le Quintette pour piano et vents de 1796 représente les premières explorations du jeune génie, génial déjà, jeune encore dans sa conception raisonnablement « classique » et haydnienne de l’architecture. Ainsi juxtaposés, ces deux ouvrages, distants de trente ans, soulignent le chemin parcouru. Fondé en 2007, le Quatuor Edding joue sur instruments d’époque et surtout selon les techniques et modes alors en vigueur. La différence de sonorité est encore plus sensible pour le Quintette, avec des instruments à vent utilisés du temps de Beethoven, accompagnés par un fortepiano. C’est l’ensemble Northernlight qui officie pour cet ouvrage. © SM/Qobuz« [...] Les Edding parviennent à conserver dans le Quatuor n° 13 et la Grande Fugue une légèreté polyphonique et un caractère perpétuellement chambriste. À la démonstration de force, ils préfèrent la finesse de jeu, la subtilité des nuances et des couleurs, la précision des articulations, laissant les silences s'exprimer. [...] Les Edding font oublier l'exécution instrumentale pour ne garder que l'expression musicale pure, sans fioritures ni égotisme : un dépouillement dont ne resterait que la substantifique moelle musicale, celle qui livre le plus directement possible l'écriture beethovénienne [...]. Les musiciens de Northernlight poursuivent dans le quintette la même démarche. Grâce au pianoforte qui ne s'impose jamais, nous entendons bien un quintette mettant les vents à l'honneur [...] les instruments d'époque nous ravissent par leurs timbres et modelé d'une séduction rare.» (Classica, décembre 2016 / Antoine Mignon)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 11 septembre 2012 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 novembre 2017 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« [...] On a plaisir à découvrir cette nouvelle lecture sur le vif captée par Decca. Argerich compose ici pour la première fois avec une approche intermédiaire, ni traditionnelle ni vraiment à l'ancienne, tant Ozawa a su rééquilibrer son approche des classiques viennois vers des rythmes plus aiguisés et une pâte sonore aérée, merveilleusement ciselée, au point qu'on croirait entendre pendant l'introduction orchestrale du premier mouvement une sérénade mozartienne. Plutôt que de corseter la pianiste, cette approche lui inspire une véritable communauté d'esprit et même quelques libertés dans le phrasé et le rubato. Un vent de fraîcheur, un authentique plaisir de jouer, un immense sourire irriguent cette interprétation. [...] (Classica, mars 2018 / Yannick Millon)
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Classique - Paru le 1 septembre 1978 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions 4 étoiles Classica
HI-RES10,50 €19,49 €(46%)
CD7,50 €13,99 €(46%)

Duos - Paru le 9 septembre 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
Les dix Sonates pour piano et violon (car c’est sous cette singulière appellation qu’elles furent initialement publiées) datent de la première maturité de Beethoven ; 1798 à 1803 pour les neuf premières, 1812 pour la dernière. Étonnante conception – sans doute une affaire d’éditeur, qui ne voulait pas effrayer les violonistes amateurs – pour ces œuvres dont la plupart sont de véritables double concertos sans orchestre, en particulier la sonate « A Kreutzer » (conçue initialement pour le violoniste George Bridgetower avec qui Beethoven se fritta peu après, puis dédiée à Rodolphe Kreutzer qui la trouva inintelligible… hasards de l’Histoire qui accorde à un chef-d’œuvre le nom d’un obscur personnage qui ne le mérite certes pas !) dont on connaît l’ampleur carrément symphonique. Au violon pour cette intégrale, Pierre Fouchenneret, un disciple de Charlier, Erlih et Starker, partenaire privilégié de grands noms tels que Hortense Cartier- Bresson, Marielle Nordmann, Roland Pidoux, Henri Demarquette, Maurice Bourgues, Marc Coppey, le Quatuor Ébène, Eric Le Sage, Xavier Phillips, Sarah Nemtanu et Romain Descharmes – ce dernier tenant la partie de piano ! Saluons la magnifique réalisation, enregistrée en public au théâtre de Cherbourg, de ce jeune et brillant duo qui a su revisiter les dix Sonates de Beethoven avec ferveur et passion. © SM/Qobuz« [...] Cette intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven est défendue de manière très convaincante. Pierre Fouchenneret et Romain Descharmes y font montre d'un classicisme et d'un équilibre de chaque instant. [...] Les deux Français adoptent un ton intériorisé et très subtil mettant bien en valeur les inflexions par un raffinement des nuances et une expression toujours maîtrisée. Le style lumineux apporté aux trois élégantes Sonates Op. 12, la souplesse de toucher du pianiste et la limpidité du jeu du violoniste comme la respiration et la qualité d'intonation présentent un Beethoven épanoui et sensible, d'une tendresse en demi-teinte. Attentif de bout en bout, Romain Descharmes apporte au clavier une variété de couleurs et répond à la pureté de ton de l'archet de Pierre Fouchenneret. [...] Cette belle contribution mérite sans conteste le détour.» (Classica, novembre 2016 / Michel Le Naour)