Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

5 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique, Ludwig van Beethoven, Ludwig van Beethoven, Challenge Classics et 24 bits / 44.1 kHz - Stereo
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2016 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
Et voici le deuxième volume de l’intégrale des Concertos pour piano de Beethoven par le jeune soliste néerlandais Hannes Minaar, accompagné du non moins néerlandais Jan Willem de Vriend et le tout aussi néerlandais Orchestre Symphonique des Pays-Bas. Puissance se marie ici avec une forte dose de légèreté, quasiment d’humour pour ces deux concertos de la première maturité du compositeur. Pourquoi diable nos amis donnent-ils d’abord le deuxième, puis le premier concerto ? C’est qu’en réalité, cela correspond à la chronologie, les numérotations étant une affaire de première édition… de plus, mieux vaut commencer avec le plus tendre Deuxième et terminer avec le mercurien Premier. Pour mémoire, Hannes Minaar (*1984) a suivi entre autres l’enseignement d’Alfred Brendel et Menahem Pressler, puis a été lauréat des Concours de Genève et du Reine Élisabeth, avant de commencer une carrière qui l’a d’emblée mené à se produire avec rien moins que le Concertgebouw d’Amsterdam, ainsi qu’à La Roque-d'Anthéron, au Gewandhaus de Leipzig, et jusqu’à Tokyo. Pour son intégrale des Sonates pour piano et violon de Beethoven, Diapason précisait que l'interprétation du pianiste « par le naturel et la fantaisie, rappelle le jeune Friedrich Gulda ». Une imposante carte de visite ! © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 3 novembre 2017 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2018 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
Troisième volume de l’intégrale des trios de Beethoven par le Trio Van Baerle – dont le nom est tout simplement emprunté à la rue dans laquelle les trois musiciens se sont musicalement croisés la première fois ! L’ensemble s’est déjà distingué avec plusieurs récompenses internationales (Concours de Lyon, de Munich, du Concertgebouw) et s’est perfectionné auprès de Menahem Pressler ; ses engagements l’ont déjà conduit à se produire entre autres au Musikverein de Vienne, au Barbican de Londres, à la Cité de la musique de Paris ou la Philharmonie de Cologne : un beau palmarès déjà. Voici donc les deux Trios de l’Op. 70, écrits au cours de l’année 1808, celle qui a vu naître les Cinquième et Sixième Symphonies ou le Quatrième Concerto. Et pourtant, ce sont de vraies œuvres de musique de chambre, sans la moindre impression symphonique. Le compositeur y met en avant chacun des trois solistes, sans subordination aucune. En complément de programme, les Variations Op. 44 des années 1800. Pour certains, le thème (qui n’est pas nommé dans la partition) pourrait être de Beethoven, pour d’autres il serait emprunté à un opéra de Dittersdorf alors assez célèbre. Qu’importe le flacon… Pour cet enregistrement, le Trio Van Baerle utilise un piano moderne mais à cordes parallèles ; sur les pianos de concert d’aujourd’hui, généralement, les cordes des graves et du registre moyen se croisent, de sorte que les sonorités se brouillent un peu plus, alors qu’un instrument à cordes parallèles, prenant exemple sur les pianos du XIXe siècle, offre une sonorité plus différentiée. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Challenge Classics

Hi-Res Livret