Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 août 2019 | Passacaille

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Voilà des enregistrements de concert qui offrent un démenti cinglant à la réputation de lenteur du grand Otto Klemperer. L’image du vieil homme hémiplégique dirigeant les symphonies de Beethoven avec une lenteur sépulcrale est balayée ici par ces deux versions de concert de la Symphonie n° 101 dite « L’Horloge » de Haydn et de la Symphonie n° 4 de Brahms enregistrées en concert à Munich en 1956 et 1957, à la tête de l’excellent Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, un des meilleurs d’Allemagne. Ce Haydn-là est mordant et joyeux à souhait. Le Presto initial s’élance avec une alacrité pétillante qui donne le ton à tout l’album. Ce qui nous rappelle combien Otto Klemperer était, dans sa jeunesse, un chef toujours sur les barricades pour défendre la musique contemporaine et les grands œuvres du répertoire avec un sens du style où la grandeur le disputait à la vivacité. Sa conception de la Quatrième Symphonie de Brahms alterne une certaine massivité (Allegro giocoso) à une versatilité des tempos que n’osent plus les chefs d’aujourd’hui. Le Finale, par lui savamment construit, souligne la filiation entre Brahms et les grands contrapuntistes de l’histoire de la musique, le couronnement de cette écriture étant la citation d’une cantate de Bach et l’utilisation d’une passacaille sur laquelle s’échafaude tout ce magistral morceau. Pris dans un tempo relativement modéré en son début, le mouvement s’achève, comme Brahms l’indique sur sa partition (Più Allegro), dans un tourbillon fatal et libérateur. © François Hudry/Qobuz
HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Evidence

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Cantus Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | Ambronay Éditions

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 13 avril 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Par un chassé-croisé organisé par les impénétrables voies du marché, un pianiste français enregistre tous ses disques en Angleterre (Jean-Efflam Bavouzet chez Chandos) alors qu’un pianiste anglais, Paul Lewis, enregistre les siens pour le label français harmonia mundi. Ils partagent tous les deux un véritable amour pour Haydn. Si le Français enregistre des sonates du compositeur autrichien depuis ses débuts, Paul Lewis a attendu d’avoir assimilé les trente-deux Sonates de Beethoven et celles de Schubert pour revenir à la source même de ce répertoire. Pour son premier album consacré uniquement à Haydn, il a choisi quatre sonates, 32, 40, 49 et 50, lui permettant de déployer tout son registre expressif en délaissant une fois pour toutes le côté dépréciatif de « Papa Haydn » dont on a trop longtemps affublé ce génial inventeur de musique. Sous les doigts de Paul Lewis la musique de Haydn n’est pas celle d’un précurseur, aussi génial soit-il, mais bien celle d’un classique viennois qu’il interprète avec une grande échelle de nuances, une sonorité fluide d’une belle beauté plastique, faisant chanter le clavier en soulignant le côté espiègle et joyeux de Haydn aussi bien que sa mélancolie passagère. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | L'Encelade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 22 septembre 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Dans le cadre de l’Académie du Jardin des Voix qui se tient environ tous les deux ans depuis le début de ce siècle, une demi-douzaine de jeunes chanteurs soigneusement sélectionnés bénéficient d’une formation intensive et personnalisée dispensée par William Christie et Paul Agnew. Le Jardin des Voix offre également à ces jeunes talents l’occasion d’effectuer avec Les Arts Florissants une grande tournée internationale, dont voici un enregistrement réalisé – en public, s’entend – en mars 2017 à Melbourne en Australie. Cette année, le programme, une sorte d’immense « pasticcio », explorait le monde de l’opéra italien, ou plutôt en italien, puisque certains compositeurs – en l’occurrence Haendel, Haydn et de Waert – n’appartenaient pas à la sphère transalpine, mais l’italien était alors la langue préférée pour la scène. Le choix de William Christie s’est porté pour moitié sur le premier baroque, pour moitié sur la toute fin de l’époque ou même des premiers classiques. Outre le plaisir de découvrir des arias extraits de grandes raretés lyriques de ces compositeurs, on découvre bien évidemment les jeunes pousses de la scène de demain. Rappelons que parmi les « anciens » du Jardin des Voix, cuvée 2007, l’on compte par exemple Soya Yoncheva. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2016 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
Haydn et Ligeti, voilà un couplage discographique que peu de musiciens ont osé ; c’est donc ce que fait le pianiste Shai Wosner qui juxtapose trois Concertos, deux de Haydn et l’un de Ligeti, ainsi que des Capriccios des deux personnages. Plusieurs aspects les relient, en vérité : leur héritage magyar – les quelque trente années que Haydn passa auprès de la cour des Esterházy ont laissé d’évidentes traces hongroises en tout genre –, leur position dominante de grand pédagogue incontournable de leur époque, sans oublier leur plaisir à la facétie et à l’humour ! Alternant entre XVIIIe et XXe siècle, le pianiste israélien – disciple d’Emanuel Ax – ne laisse à l’auditeur que le temps de changer son écoute jusqu’à ce que l’on convienne qu’entre les deux compositeurs, la filiation est des plus évidentes. Ligeti est en réalité l’un des derniers élèves de Haydn ! © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 29 janvier 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
De Haydn, on connaît très bien celui pour trompette, raisonnablement les deux pour violoncelle, un tout petit peu l’un des concertos pour piano, et puis… c’est tout. Pourtant, le brave homme composa au moins une quarantaine de concertos, voire bien plus encore mais sans doute beaucoup ont-ils été perdus ou recyclés. La majorité furent conçus pour les solistes de l’Orchestre de Esterházy, dont ceux pour violon qui s’adressaient au Konzertmeister Luigi Tomasini, celui pour cor honorant le célèbre corniste Joseph Leutgeb pour qui Mozart avait conçu ses propres chefs-d’œuvre. Voici donc un florilège de concertos en tout genre de Papa Haydn, des ouvrages datant pour la plupart des années 1760 à 1780, que vient couronner l’une de ses plus intenses symphonies, la 83e dite « La Poule » – l’une des Parisiennes –, un sommet de l’art symphonique de Haydn qui invente, invente, invente : des tournures, des rythmes, des harmonies, des surprises en tout genre. Le dorénavant célèbre ensemble Il Pomo d’Oro, habituellement spécialisé dans le répertoire d’opéra baroque et classique, s’offre ici une incursion de grande tenue dans les domaines symphonique et concertant. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 23 octobre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
Après un premier disque consacré à ce qu’il appelait lui-même des « petites sucreries », le déjà célèbre jeune violoncelliste français Edgar Moreau se lance maintenant non pas dans les grands concertos du répertoire, mais dans une sorte de deuxième palier : des concertos baroques ainsi qu’un Haydn et un Boccherini, l’idéal tremplin vers, sans nul doute, d’autres enregistrements d’œuvres toujours plus amples. Sage, très sage conception de la part de ce musicien à qui la célébrité – après un Premier prix au Concours Rostropovitch à l’âge de quinze ans - n’est vraiment pas montée à la tête. Avec un ensemble baroque de taille humaine, Il Pomo d’Oro, il explore donc les œuvres que Vivaldi, Graziani, et Platti pour l’ère baroque, Haydn et Boccherini pour le langage plus tardif. Un jeu d’une magnifique transparence, duquel la virtuosité semblerait presque bannie tellement il est naturel et sensible. Un musicien à suivre de près… si ce n’est déjà fait ! © SM/Qobuz
HI-RES10,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1958 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 11 septembre 2015 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret

Classique - Paru le 1 janvier 1900 | BnF Collection

Livret
Téléchargement indisponible
HI-RES10,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1900 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2014 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret
Alexandre Tharaud aime passionnément le Québec qui le lui rend bien. Fruit de cette amitié réciproque, cet album, enregistré à Montréal et publié par ERATO, est habilement sous-titré "Jeunehomme" (jeu de mots entre la destinataire du Concerto et notre pianiste français, éternel jeune homme). Il juxtapose un concerto de Mozart à un concerto de Haydn, réunion assez rare et un brin risquée au disque, car la comparaison est toujours favorable à Mozart, maître incontesté du Concerto pour piano. Entre les deux, Tharaud dialogue avec Joyce DiDonato dans la sublime aria "Ch'io mi scordi di te", véritable dialogue amoureux et mini-concerto pour piano avec voix. Original dans sa démarche ce disque est aussi une parfaite réussite musicale. FH
HI-RES11,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1961 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES11,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1962 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Quatuors - Paru le 10 mars 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret + Vidéo Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
C’est pour les dévotions du Vendredi saint à Cadiz que Haydn écrivit ses Sept Dernières Paroles du Christ, en 1786/1787. La tâche de composer un “oratorio” purement instrumental comprenant sept mouvements lents et contemplatifs n’est pas des plus aisées ; mais le résultat est une œuvre sublime, d’une grande noblesse, dont les transcriptions de Haydn pour diverses formations, dont le quatuor à cordes, jouissent depuis d’une popularité jamais démentie. Un véritable “oratorio” instrumental, joué ici par un Cuarteto Casals en état de grâce et dont l'interprétation est d'une gravité à la fois élégante et spirituelle. SH