Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 30 août 2019 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 mars 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or
Au lendemain d’un album consacré aux concertos pour violoncelle et symphonies de C. P. E. Bach (Diapason d’Or, ffff Télérama, etc.), les musiciens de l’Ensemble Resonanz poursuivent leur exploration très personnelle de la musique orchestrale du XVIIIe siècle. Personnelle ? Parce que depuis plusieurs années, sous la direction d’un chef aussi inspiré que le maestro Riccardo Minasi, l’ensemble a relevé le défi de jouer avec toute la maîtrise du geste baroque des instruments “montés" à la moderne (violons, altos et basses sur cordes métal). Quarante ans après ce qu’on a appelé “la révolution baroque”, quel plaisir de redécouvrir ces neuf mouvements d’orchestre littéralement habités par la divine parole du Christ en croix — une science de la rhétorique pour laquelle Joseph Haydn n’avait pas d’égal ! © harmonia mundi
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | CAvi-music

Hi-Res Livret
On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu et la formule est également valable en musique. La notoriété de Joseph Haydn était si grande au XVIIIe siècle qu’une grande quantité d’œuvres lui a été attribuée à une époque où la propriété intellectuelle et le droit d’auteur n’existaient pas. L’affaire se corse avec Michael Haydn, son frère cadet, par ailleurs excellent compositeur admiré (et quelquefois plagié) par Mozart et qui est resté dans l’ombre de son prestigieux aîné, à moins qu’il ne doive justement à ce dernier d’avoir survécu à l’oubli…la question reste sans réponse. Les attributions de ce nouvel album sont donc incertaines, mais les œuvres très intéressantes, tel ce Concerto pour cor de chasse en ré majeur, sans doute de Joseph, auquel les tournures mélodiques font immédiatement penser. Une autre perle de cet enregistrement, réalisé à Prague en 2017 par l’habile corniste Přemysl Vojta accompagné du Haydn Ensemble sous la direction de Martin Petrak, est la découverte d’un double Concerto pour cor et trombone, attribué à Michael. Le XVIIIe siècle était très friand de ces découvertes instrumentales et le mélange des deux timbres est savoureux. Joseph était au service des princes Estherházy dès 1761, alors que Michael occupait le même poste à la Cour de l’archevêque de Salzbourg dès 1763, époque où il s’est lié avec le jeune Mozart. Si les styles des deux frères se ressemblent et s’expriment dans l’esthétique musicale de leur époque, ils se distinguent toutefois tous les deux de la production ambiante par une forte personnalité et une expression personnelle qui est parvenue à émerger au-delà des tracas quotidiens d’une vie de laquais au service de maîtres exigeants et quelquefois bornés. Né à Brno, en République Tchèque en 1983, Přemysl Vojta se produit en soliste dans toute l’Europe. Il est actuellement le cor solo de l’Orchestre de la WDR de Cologne. En 2010, il a remporté le premier prix du concours international ARD, puis le prestigieux Prix Beethoven de Bonn l’année suivante. Avec les pianistes Tomoko Sawano et Tobias Koch, il a réalisé plusieurs enregistrements de musique de chambre unanimement remarqués par la presse musicale germanique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 13 juillet 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Oui, oui, les trois Trios n° 15, 16 et 17 de 1790 furent originalement conçus pour flûte, piano et violoncelle et non pas les présents hautbois, piano et basson ; mais l’on sait combien en ce temps, les œuvres destinées aux grands amateurs – londoniens en l’occurrence – pouvaient aisément être confiées à tant d’autres instruments, mélodiques pour l’un, de basse pour l’autre, alors pourquoi pas cette délicieuse et pastorale combinaison ! Quant au Trio de Wilhelm Friedemann Bach, il est d’une genèse encore plus singulière. Écrit avant 1740, il est noté sur un ensemble de feuillets sur lesquels figurent des essais contrapuntiques de Jean-Sébastien et de son fiston ; de l’écriture de Wilhelm Friedemann se trouve une Sonate à deux flûtes et clavier, qui a été ici transcrite pour un hautbois – la main droite du piano prenant la partie de seconde flûte. Le basson suit la ligne de basse. Le reste de l’album, consacré encore au même fiston ainsi qu’au plus célèbre Carl Philipp Emanuel, reprend également des œuvres conçues pour d’autres formations mais ici habilement redistribuées au trio que forment le hautboïste Maurice Bourgue, la pianiste Kimiko Imani et le bassoniste Sergio Azzolini – selon le principe de la transcription si habituel en ce XVIIIe siècle. © SM/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 22 juin 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES13,41 €
CD8,91 €

Classique - Paru le 26 mars 2018 | Melodiya

Hi-Res Livret
Une seule tête avec deux corps, c’est en ces termes que la pianiste Ludmilla Berlinskaya évoque le duo très fusionnel qu’elle forme avec son mari, le pianiste français Arthur Ancelle à la ville comme aux pianos. Leur complicité a produit plusieurs enregistrements pour le label russe Melodiya avec des œuvres de Tchaïkovski, Prokofiev, Liszt et Saint-Saëns. Changement total pour ce dernier album proposant une nouvelle fois Arthur Ancelle en solitaire. Après un premier disque en solo consacré aux quatre Ballades de Chopin et aux œuvres pour piano de Dutilleux, le voici dans trois sonates de Joseph Haydn dont on ne dira jamais assez l’importance dans l’histoire de la musique, comme inventeur des formes et d’un nouveau langage s’émancipant du baroque pour fonder ce qu’on appellera le classicisme. Les Sonates n° 30 et 31 datent toutes deux de 1768 et frappent par la nouveauté de leur conception, le disque se termine avec l’ultime sonate de Haydn (n° 62) composée en 1794 et qui ouvre la porte d’un monde nouveau, servant largement de modèle au jeune Beethoven. Arthur Ancelle, qui s’est longuement questionné sur les enjeux de cette musique, en fait ressortir à la fois tout le mordant, l’humour, la nouveauté, la virtuosité ébouriffante, l’humour quelquefois totalement débridé et l’expression de sentiments mêlés de noblesse et de mélancolie. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 30 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 30 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Quatuors - Paru le 17 mars 2017 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« C'est par ce sixième volume, intégralement consacré à Haydn, qu'Audite clôt sa prodigieuse série dédiée aux enregistrements du Quatuor Amadeus réalisés pour la RIAS entre 1950 et 1969. Inédites au disque, ces bandes ont enrichi de façon considérable la discographie du légendaire ensemble. Elles nous sont d'autant plus précieuses qu'on y découvre trois quatuors (Op.9 n°3, Op.20 n°5, Op.33 n°2) dont ils n'ont pas laissé de trace officielle au disque. Bien que, dans ces témoignages de jeunesse (1951-1952), leur expression n'ait pas encore atteint son plein épanouissement, on y reconnaît déjà (presque) tout ce qui fera la légende des Amadeus : le vibrato de Brainin, leur science de l'agencement des voix et leur volupté instinctive à faire chanter les lignes, tout comme ce zeste d'impatience qui donne une formidable impulsion à leurs archets. Ces enregistrements ne présentent pas encore la touche d'abandon et de liberté si caractéristiques de leur maturité, mais déjà une poésie divinement organisée et une suprême justesse de goût. [...] » (Diapason, juillet-août 2017 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 10 mars 2017 | Klarthe

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 11 novembre 2016 | CAvi-music

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 4 novembre 2016 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 16 janvier 2015 | CAvi-music

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 juillet 2009 | Cavendish Music

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 juillet 2009 | Cavendish Music

Hi-Res