Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

523 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique, Johann Sebastian Bach et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - À paraître le 25 octobre 2019 | Berlin Classics

Hi-Res
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - À paraître le 18 octobre 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - À paraître le 11 octobre 2019 | Château de Versailles Spectacles

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 11 octobre 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - À paraître le 4 octobre 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - À paraître le 4 octobre 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - À paraître le 4 octobre 2019 | Zefir Records

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Les disques de l’organiste japonaise établie en Suisse Kei Koito sont toujours fébrilement attendus, tant son approche est originale et excitante, sans parler du choix judicieux et scrupuleux des instruments. Pour ce nouvel album, elle a choisi le splendide orgue reconstruit en 1691 par Arp Schnitger sur la base d’un instrument plus ancien pour la Martinkerk de Groningen, aux Pays-Bas. C’est grâce au travail exceptionnel de ce facteur d’orgue allemand que l’orgue baroque d’Allemagne du Nord a pu atteindre son apogée. Restauré trois cents ans plus tard par Jürgen Ahrend, c’est un des plus célèbres orgues baroques du Nord de l’Europe. Kei Koito nous propose ici une approche fascinante de l’œuvre de Bach qu’elle aime considérer en trois parties distinctes : les pièces libres, les arrangements de chorals et les transcriptions. Ces trois grands volets de l’oeuvre de Bach sont magistralement représentés ici par des préludes et fugues à travers diverses tonalités. Suivent plusieurs chorals arrangés par Bach pour des registrations colorées. Ce disque se termine par le Trio en sol mineur, BWV 584 qui est une habile transcription d’un air de cantate. Ce nouvel album, enregistré en juin 2018, nous remplit d’allégresse grâce au jeu si inventif de Kei Koito et aux sonorités franches, claires et parfois insolites de ce superbe instrument magnifiquement enregistré par Jean-Daniel Noir qui a réalisé également la direction artistique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | Audax Records

Hi-Res Livret
Avec ce programme, la flûtiste à bec Anne-Suse Enßle nous invite au Café Zimmermann où elle imagine un virtuose de la flûte qui, au cours d'un voyage, attise la passion de Jean-Sébastien Bach pour les transcriptions de ses propres œuvres et de celles d'autres compositeurs. Accompagnée par Reinhard Führer au clavecin, elle présente ainsi un fascinant kaléidoscope des traditions de musique de chambre et des différents styles nationaux au XVIIIe siècle. © Audax
HI-RES14,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 19 septembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Musique concertante - Paru le 13 septembre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Autour de la pièce maîtresse qu’est le Concerto funebre de Karl Amadeus Hartmann, composé en 1939 en résistance au régime nazi, Patricia Kopatchinskaja a construit un programme intitulé Temps et Éternité. Avec la Camerata Bern – dont elle a pris la direction artistique –, elle trace un chemin de mémoire qu’elle éclaire depuis son violon. Les œuvres s’égrènent à la façon d’un chapelet syncrétique où les chants traditionnels (Kol Nidre, Elijahu Hanawi, une prière polonaise, une autre orthodoxe) sont prolongés par des partitions du répertoire : John Zorn et son Kol Nidre, dont les notes tenues en forme de bourdon sur plusieurs octaves enveloppent les fragments de la mélodie originelle et créent une caisse de résonance toute liturgique ; Frank Martin et son Polyptyque pour violon et orchestre, écrit en 1973 pour Yehudi Menuhin, dont le lyrisme douloureux est inspiré des scènes de la Passion du Christ du peintre Buoninsegna ; Machaut et le Kyrie de sa Messe de Notre-Dame, quasi contemporain dudit retable et arrangé ici pour cordes dans des modes de jeu d’une grande variété ; Bach et un choix de chorals, notamment le Ach großer König de la Passion selon Saint-Jean. Ce dialogue entre des pièces d’époques et de cultures éloignées – six cents ans de musique pour faire entendre la voix des victimes, résume Patricia Kopatchinskaja – est l’expression d’un pardon collectif. Il ménage des respirations consolatrices entre les mouvements des œuvres les plus exigeantes pour l’auditeur. La violoniste, qui enregistrait Poulenc, Bartók et Ravel pour le même label il n’y a pas si longtemps, n’en finit décidément pas de nous étonner. Cet album prouve à nouveau qu’elle est une musicienne d’une intelligence redoutable douée d’une imagination puissante ! © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Berlin Classics

Hi-Res
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | ECM New Series

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | CAvi-music

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 11 septembre 2019 | arcantus Musikproduktion

Hi-Res
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Le violoncelle a toujours eu la faveur des musiciens français, et ce dès son invention dans les années 1660 en Italie où il supplante peu à peu la viole de gambe. Deux Parisiens, les frères Duport, écrivent les premières sonates pour le nouvel instrument et publient un Essai sur le doigté qui jette les bases de la technique du violoncelle. C'est aujourd'hui encore un ouvrage de référence. Ainsi, l’« école française du violoncelle » a essaimé dans le monde entier avec, au XXe siècle, des personnalités comme Maurice Maréchal, Pierre Fournier, André Navarra, Paul Tortelier, Maurice Gendron, et se porte à merveille de nos jours grâce à l’éclosion de nombreux talents. Héritière de cette longue lignée, personnalité rayonnante et chaleureuse, Emmanuelle Bertrand se passionne pour toutes les musiques : elle travaille Tout un monde lointain avec le compositeur (Dutilleux), suscite et crée des œuvres nouvelles. Pour cet enregistrement, elle a choisi un violoncelle baroque, avec cordes en boyau, et le diapason à 415 Hz. C’est l’instrument qui impose la voie à suivre ici et non l’interprète. Cette dernière a en effet découvert une liberté nouvelle dans l’approche de ces pages qu’elle joue, comme tous les violoncellistes, depuis l'enfance. Mûrie pendant de longues années, son interprétation des Six Suites pour violoncelle seul s’est pleinement concrétisée avec ce bel instrument vénitien du début du XVIIIe siècle. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Arcana

Hi-Res Livret
Après avoir enregistré tous les Concertos brandebourgeois et les Suites pour orchestre, Zefiro s’associe au chanteur Dominik Wörner pour étudier les liens fascinants qui unissent la voix de basse et les instruments à anche dans les sonates sacrées de Johann Sebastian Bach. Carl Philipp Emanuel, le fils de Jean-Sébastien Bach, nous en dit beaucoup sur les talents de son père en tant que chanteur : « Il a une voix très pénétrante, en plus d’un registre étendu et d’un bon style de chant ». Il n’est dès lors pas surprenant que les trois cantates d’église pour basse seule font partie de ses pièces vocales les plus exquises et personnelles. La voix et les instruments ont une relation spéciale dans ces pièces. La polyphonie dense, et cependant pleine de sentiment, et remplie d’une chaleur et d’une tendresse qui semblent nous rapprocher de Bach, d’habitude considéré comme «hermétique». Le «je» dans les poèmes des Cantates BWV 56 et 82 devient la voix du compositeur. © Peter Wollny/Arcana
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Alba

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Melodiya

Hi-Res