Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES69,99 €
CD49,99 €

Classique - Paru le 5 juin 2015 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES39,99 €
CD28,79 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES32,99 €
CD23,49 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] Enregistrements pour piano à quatre mains et deux pianos, de Mozart au répertoire contemporain (la chanteuse de flamenco Mayte Martin) en passant par Schubert, Brahms, Satie, Ravel, Gershwin et Stravinsky. Les artistes à la technique sans faille s'approprient les partitions d'une façon spectaculaire et les investissent avec autant de détermination que d'humour. [...] » (Classica, février 2017)
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 28 avril 2017 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 avril 2018 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 14 décembre 2018 | Jube Classic

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2015 | Paladino Music

Hi-Res Livret
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Opéra - Paru le 5 juin 2015 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 octobre 2018 | UNIVERSAL MUSIC LLC

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Il existait déjà une célèbre paire violon-violoncelle sous la forme des frères que l’on sait, voici une paire violon-violoncelle des sœurs Berthollet : Julie (née en 1998…) la plus « âgée » au violon et sa sœur Camille (née en 1999) au violoncelle, même si elle joue aussi bien du violon elle-même. Pour ce premier album sororal, elles ont choisi de présenter une sorte de pot-pourri de « variété classique », avec quelques grands tubes dont certains sous forme d’arrangement – la Danse du sabre, le Vol du bourdon, une Danse hongroise de Brahms, Zigeunerweisen ; ainsi qu’une petite poignée d’ouvrages de crossover comme Palladio de Carl Jenkins, Les Yeux noirs avec Thomas Dutronc en « guest star » à la guitare, La Cumparsita ou autres. Accompagnements orchestraux pour certaines pièces, au piano pour d’autres. L’aimable qobuzonaute l’aura compris, c’est là une seconde carte de visite musicale, tout à fait excitante, qu’offrent les deux sœurettes, toutes deux phénoménalement douées et sans nul doute à l’orée de carrières internationales évidentes. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 20 mars 2018 | Universal Music Ltd.

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 28 avril 2014 | Es-Dur

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 6 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« En 2003, Christian Gerhaher et Gerold Huber enregistraient La Belle Meunière pour la première fois. Quatorze années se sont écoulées, deux fois l'âge de raison. C'est peu dire que leur conception a muri et gagné en relief. La version de 2003 ressemblait à la surface d'un beau tableau. Celle d'aujourd'hui se déploie dans un espace en trois dimensions, grâce aux pleins et déliés de la diction. Jamais la déclamation de Gerhaher n'a paru aussi libre [...], à la fois ciselée et naturelle, ce qui est salutaire dans les nombreux lieder strophiques : sans cesse, une nouvelle idée vient relancer l'attention, toujours justifiée par la partition. L'épaisseur (qui n'est pas lourdeur) doit aussi beaucoup au piano de Gerold Huber, placé sur le même plan que la voix. [...] Si notre duo remet sur le métier d'autres cycles de lieder, il faut s'attendre à un grand chambardement discographique. » (Diapason, janvier 2018 / Hélène Cao)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 9 février 2015 | Universal Music Group International

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | Mirare

Hi-Res Livret
Lorsqu’en 1782, Mozart écrit le premier de ses Quatuors de l’Op. 10 tous dédiés à Haydn, le Trentième de l’Op. 20 de Haydn n’a que dix ans d’âge, et pourtant, quelle différence ! Entre le « Sturm und Drang » presque encore rococo de Haydn et l’intense liberté formelle de Mozart, ces dix années auront creusé un gouffre. Et pourtant, les parallélismes ne manquent pas. Haydn, à qui on semble avoir parfois reproché son manque de penchant pour le contrepoint, rétorque avec une fugue à quatre sujets, qu’il fait jouer pianissimo presque de bout en bout, hormis les quelques mesures finales qui ont dû faire sursauter quelques perruques poudrées ; et Mozart aussi termine sur une fugue, sans doute moins rigoureuse, mais dans laquelle l’élément d’humour ne manque pas non plus. Excellent idée donc qu’a eu le Quatuor Akilone de juxtaposer ces deux ouvrages. Pour mémoire, le Quatuor Akilone a été fondé en 2011 à Paris ; son jeu élégant lui a valu le Premier Grand Prix et le prix Proquartet du Concours international de Quatuor de Bordeaux en 2016, un magnifique début d’aventure. Depuis, l’ensemble s’est déjà produit avec des collègues tels que Tabea Zimmermann, Jérôme Pernoo ou Jean-François Heisser. Les quarante doigts des Akilone referme l’album avec le troublant Quartettsatz en ut mineur de Schubert, un premier mouvement complet pour un quatuor inachevé de 1820, qui marqua le retour du compositeur au genre après quatre ans d’autres explorations – un retour dont les fruits seront les trois immenses quatuors de l’ultime maturité. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | CAvi-music

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2013 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 20 janvier 2017 | CAvi-music

Hi-Res Livret
Donner le Chant du cygne de Schubert à l’alto – l’alto instrument, pas la voix d’alto ou de contralto – est une gageure : quid du texte, quid du lien entre texte et contenu musical, quid des lieder à strophes ? L’altiste Pauline Sachse et la pianiste Lauma Skride ont pesé le pour et le contre, et prenant pour exemple les propres transferts qu’effectua Schubert de nombre de ses Lieder vers la musique purement instrumentale, elles ont franchi le pas et voici le résultat. Très convaincant ! Car ce que l’on perd dans la voix et le texte, on le gagne dans la pure continuité mélodique d’une part, et dans l’équilibre instrumental d’autre part puisque alto et piano se retrouvent à égalité sonore et musicale. En guise de contrepied, les deux musiciennes proposent également la Sonate pour alto et piano de Chostakovitch, un autre chant du cygne puisque le compositeur acheva l’ouvrage un mois seulement avant de s’éteindre, rassemblant ses ultimes forces physiques – et témoignant que si son corps ne suivait plus, l’esprit était encore pleinement là. L’album se referme sur Die Taubenpost dont on pense que c’est l’ultime œuvre de Schubert… Pauline Sachse, disciple de Tabea Zimmermann (dont elle devint peu après l’assistante au Conservatoire de Berlin !) et de Peter Oundjian, est une chambriste particulièrement chevronnée, et dont les partenaires habituels s’appellent entre autres Isabelle Faust, Steven Isserlis, Stella Doufexis, sans oublier qu’elle est membre fondateur du fameux Eisler Quartett. © SM/Qobuz