Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,39 €
10,79 €

Classique - Paru le 1 juin 2019 | MetodoVadim

Hi-Res
1,39 €
1,07 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Axel Soulard

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 28 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
16,99 €
10,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Alia Vox

Hi-Res Livret
Jordi Savall et son équipe, un ensemble de musiciens et narrateurs extraordinairement cosmopolite venus d’Afrique, de Chine, d’Espagne bien sûr, du Proche et du Moyen Orient, nous invitent ici à suivre en musique les péripéties de l’écrivain berbère Ibn Battuta, considéré comme l’un des plus grands voyageurs de tous les temps. Né au Maroc en 1304 où il s’éteignit en 1377, il se lança sur les routes dès 1325 et visita le monde connu pendant quelque trente ans, de son Maroc natal jusqu’au fin fond de la Chine en passant par l’Afrique noire, l’Inde, les steppes d’Asie centrale, l’Iran, l’Indonésie, le Bengale, l’Europe du Sud, la Mecque pour un long séjour, et tout ce qui se trouvait entre ces divers points puisqu’il les reliait à pied, à dos de chameau ou en bateau... Son impressionnant périple – véridique ou, peut-être, partiellement embelli et augmenté par ses propres soins ou ceux des scribes de son temps, puisqu’on trouve dans le récit des recyclages de textes plus anciens – en a fait le prototype du globe-trotter et surtout le maître du récit de voyage. Cet album est donc lui-même un voyage musical à travers une bonne partie de l’itinéraire d’Ibn Battuta, axé autour d’un ensemble récurrent de narrations en diverses langues et de « taqsim », cette sorte de prélude joué par un instrument solo dans la tradition arabe et turque. Mais on découvrira aussi de nombreux accents africains, chinois, indiens, ibériques, russes etc. traditionnels hérités de ce XIVe siècle planétaire, que Savall et son équipe sont allés découvrir dans le fonds folklorique le plus ancien qui soit, avant même qu’il n’existât la moindre notation pour ce genre de musique. La part improvisée, on s’en doute, est des plus considérables, mais l’on peut gager que nos musiciens, aguerris en la matière, nous offrent le plus approchant de ce qu’Ibn Battuta avait pu entendre à l’époque. Fascinant ! © SM/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
14,49 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Alia Vox

Hi-Res
Cet album inspecte et restitue la première musique finlandaise jamais imprimée, aux alentours de 1582. Publié par un étudiant finlandais particulièrement savant du nom de Theodoricus Petri Rutha, ce recueil contient des textes religieux et un répertoire particulièrement varié. C’est grâce à une seconde édition de 1625 due à deux érudits que cette musique est parvenue jusqu’à nous grâce à une édition moderne publiée à Helsinki en 1967. Ces chants, parus en partie en Angleterre au XIXe siècle, sont devenus très populaires revêtus de textes anglais et publiés sous la forme de chants de Noël et de Pâques chantés par toutes les fameuses chorales britanniques comme Cambridge ou Oxford. Cette musique venue de Finlande mais qui s’exprime selon le style international de l’époque a essaimé non seulement en Angleterre, mais dans toute l’Europe, inspirant la musique d’un Praetorius en Allemagne. C’est un itinéraire fascinant qui montre combien la musique et les arts circulaient dans l’Europe, de la fin de la Renaissance jusqu’au début de l’ère baroque. C’est tout un réseau d’érudits qui a permis au recueil des Piae Cantiones de voir le jour. Si certaines sources sont spécifiquement finlandaises ou nordiques et célèbrent la fin de l’hiver, d’autres textes et mélodies proviennent de l’Europe entière, soulignant ainsi l’importance de l’Université de Turku à cette époque. On y trouve aussi bien des traces du Paris médiéval que des expériences des styles nouveaux de la polyphonie naissance ou du théâtre liturgique. Essentiellement vocale, cette musique est soulignée par la percussion, la harpe, le psaltérion ou l’orgue. Cette célébration intemporelle, simple et joyeuse de Noël ne cesse pas d’intriguer les chercheurs modernes qui y trouvent sans doute une curieuse « mondialisation » avant l’heure dont la propagation nous pose encore de nombreuses questions. Andrew Lawrence-King a tenté de retrouver les modes de jeu et la technique de la harpe ancienne qu’il a patiemment travaillée. C’est à ce titre qu’il collabore régulièrement avec Jordi Savall et qu’il travaille avec d’autres ensembles spécialisés comme le Utopia Chamber Choir fondé en 2001 et qui est un des principaux ensembles vocaux de Finlande. © François Hudry/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
L’ensemble Hirundo Maris (« Hirondelle de mer »), mené conjointement par la Catalane Arianna Savall et le Norvégien Petter Udland Johansen, nous invite à un voyage quelque peu mystique dans le monde de l’hiver en général, de Noël et de l’Avent en particulier. On y entend des chansons traditionnelles pour la plupart (avec quelques incursions dans le premier baroque de Praetorius et Juan García de Zéspedes), provenant autant du Nord que du Sud de l’Europe – l’hirondelle en question voyageant métaphoriquement de Norvège en Catalogne, bien sûr. Les arrangements et adaptations sont signées des musiciens de l’ensemble eux-mêmes, dans une sonorité très personnelle, alternance de classique médiéval et chanson folk moderne, quand bien même avec des instruments plutôt hérités du lointain passé.Les musiciens eux-mêmes : cistre, cornemuse des frontières écossaises, flageolet des Îles Britanniques, Dobro (avec une majuscule : le modèle est déposé ; il s’agit d’une guitare folk avec résonateur), cornet à bouquin, contrebasse, percussion, ainsi bien sûr que la harpe triple d’Ariana Savall et le violon Hardanger de Johansen, viennent des quatre coins d’Europe, chacun apportant son héritage culturel folklorique et populaire dans sa besace. Musiques de tradition orale, musique très ancienne du fin fond du Moyen Âge, pièces conçues par Hirundo Maris, improvisation, voilà les points cardinaux de cet ensemble qui brouille les cartes stylistiques mais dont la caution artistique est exemplaire. Bien sûr, l’album se referme avec le quasi obligatoire Douce nuit de Gruber, écrit en 1818, ici donné dans une vision un rien folk quelque peu internationale. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Avie Records

Hi-Res Livret
« Sugarloaf Mountain », c’est a priori « La montagne du pain de sucre », dont le plus célèbre exemplaire est celui de Rio de Janeiro. Mais point de Brésil, il convient ici de remonter de plusieurs milliers de kilomètres vers l’hémisphère nord pour se retrouver dans les Appalaches du Sud, plus précisément dans le Maryland, où se trouve également une petite montagne portant ce nom hyper-glycémique. Et c’est dans le fonds folklorique de cette région du Sud profond que Jeannette Sorrell et son extraordinaire ensemble classico-folklorique Apollo’s Fire (basé à Cleveland dans l’Ohio) ont puisé pour nous donner un bel éventail de pièces de Noël, héritées en bonne partie de la sphère irlandaise, galloise, anglaise et écossaise, avec les superbes teintes nord-américaines dues aux mille et un croisements culturels et ethniques en ce grand creuset d’Amérique du Nord. Quand on dit « classico-folklorique », ce n’est en rien une raillerie : si les pièces et les instrumentations sont bien celles du monde folklorique et traditionnel – de transmission orale, donc –, l’art instrumental, la virtuosité même, ainsi que l’impeccable intonation vocale et le jeu tiré à quatre épingles de tous les musiciens, triés sur le volet, n’ont rien à envier au meilleur du monde musical classique, plus particulièrement l’art médiéval dans ce qu’il avait de spontané et de profondément ancré dans le terroir. © SM/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 12 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
2,54 €
1,69 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res
16,99 €
10,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 août 2018 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les vingt pièces qui forment la collection musicale du Codex Trujillo du Pérou (compilé aux alentours de 1780 par Baltasar Jaime Martínez Compañón, chantre à Lima puis évêque à Trujillo), représentent un cas exceptionnel dans l’histoire des musiques autochtones du Nouveau Monde. Cet ensemble de Tonadas, Cachuas, Tonadillas, Bayles, Cachuytas et Lanchas, nous permet de connaître le répertoire propre aux traditions du pays, comme l’indique le texte d’une des Cachuas, « al uso de nuestra tierra » (« selon les usages de notre terre ») et très spécifiquement aux chants et danses qu’affectionnaient les habitants de la Vice-royauté du Pérou à la fin du XVIIIe siècle. Ces chants sont conçus pour être dansés en chantant, d’où le titre de l’album Para baylar cantando. La plupart des textes sont en langue castillane, avec des déformations typiques des autochtones péruviens, mais on y trouve aussi des textes en Quechua. Tous ces éléments expliquent le style très particulier de ces chansons, très différentes des musiques d’Espagne mais aussi de celles d’autres régions du Nouveau Monde de la même époque. Le sous-titre « Fiesta Mestiza en el Perú », « Fête métisse au Pérou », marque la symbiose entre Naturels et Hispaniques. Dans la fête symbolique ici célébrée avec ce merveilleux Codex, participent toutes les variantes de peuplades et de castes vivant ensemble dans la société très riche et très stratifiée. Lorsque les Espagnols arrivèrent au Pérou dans le sillage de Francisco Pizarro, à partir de 1532, la société indigène originale avait déjà connu, depuis plus de 2000 ans, des cultures très riches. Par conséquent, les pratiques musicales en cette seconde moitié du XVIIe siècle représentent une fusion entre les traditions locales et l’influence étrangère, ibérique mais aussi africaine. Aux commandes, Jordi Savall menant le Tembembe Ensamble Continuo avec moult instruments natifs andins, auquel se mêlent l’Ensemble Hespèrion XXI et les voix de La Capella Reial de Catalunya. © SM/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | NYCGB

Hi-Res
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 6 juillet 2018 | NYCGB

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 8 juin 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2018 | NYCGB

Hi-Res