Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

171 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique et Joseph Haydn
CD34,99 €

Quatuors - Paru le 7 octobre 2014 | Arcana

Livret Distinctions 5 de Diapason
Revoilà, réunis en en coffret de 19 CDs, l'intégrale des Quatuors de Joseph Haydn, enregistrés à Budapest, entre 1994 et 2005 pour le label ARCANA par le Quatuor Festetics. Cette nouvelle écoute confirme ce qu'on aimait et ce qui nous dérangeait dans le jeu des instrumentistes hongrois jouant sur des instruments originaux. Fondé en 1985, cet ensemble est soudé par une véritable unité de style et un désir de retrouver les modes de jeu du XVIIIe siècle. Le côté rugueux de la sonorité sans vibrato et l'intonation quelquefois approximative pourront étonner, mais on pourra être aussi justement attiré par une qualité sonore sortant délibérément d'un son international aseptisé. Cette réédition offre un panorama complet et cohérent des 68 quatuors de Haydn, dont l'écriture raffinée et savante reste le point de départ, et de référence, d'un des genres musicaux les plus élevés de la musique classique occidentale. FH
HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 17 avril 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - Paru le 1 juin 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Cette nouvelle version toute classique de La Création de Haydn a été captée lors de deux concerts donnés au Jesse H. Jones Hall de Houston, les 27 septembre et 2 octobre 2016. Sous-titrés en anglais, ces concerts présentaient aussi les joyeux dessins imaginés par les enfants des écoles de Houston, où l’on voyait des baleines sautant dans l’eau sous un ciel étoilé. Si le disque n’a évidemment pas gardé les images, il aura su capter l’ambiance festive et émerveillée de ces instants sous la baguette d’Andrés Orozco-Estrada. Né en 1977 à Medelin, en Colombie, ce violoniste et chef d’orchestre part étudier à Vienne à l’âge de vingt ans, devenant très rapidement un chef courtisé. En 2009, il prend la direction de l’Orchestre de la Radio de Francfort, devient premier chef invité du London Philharmonic tout en acceptant le poste de directeur général de l’Orchestre Symphonique de Houston au Texas. Participant au jeu de chaises musicales dont notre époque est si friande, Oroszco-Estrada prend la direction de l’Orchestre Symphonique de Vienne dès la saison 2021-2022, succédant à Philippe Jordan devenant lui-même le directeur musical de l’Opéra de la capitale autrichienne. Sublimée par l’excellente prise de son des ingénieurs de Pentatone, cet enregistrement de La Création fait entendre avec gourmandise les excellents solistes à vent de l’orchestre texan, la fluidité du pupitre des cordes et la qualité du Chœur Symphonique de Houston dont l’effectif important ne nuit pas à la parfaite lisibilité d’une interprétation pleine de ferveur, rehaussée par la qualité des trois solistes vocaux Nicole Heaston, Peter Rose et Toby Spencer. © François Hudry/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 2 septembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Classique - Paru le 20 avril 2019 | Les Belles Ecouteuses

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | First Hand Records

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 octobre 2019 | Gramola Records

Hi-Res Livret
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Oratorios profanes - Paru le 31 juillet 2007 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Marlis Petersen, soprano - Werner Güra, ténor - Dietrich Henschel, baryton - RIAS-Kammerchor - Freiburger Barockorchester - René Jacobs, direction
HI-RES26,99 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2003 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 2 mars 2018 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES28,49 €
CD24,49 €

Musique symphonique - Paru le 6 août 2007 | Warner Classics International

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 17 octobre 2017 | NoMadMusic

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 19 mai 2017 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Symphonies - Paru le 18 décembre 2013 | Ars Produktion

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES22,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 4 mars 2016 | Eudora Records

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret
HI-RES23,09 €
CD16,49 €

Opéra - Paru le 7 juin 2011 | LSO Live

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 31 août 2019 | eaSonus

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’est avec Joseph Haydn que le pianofortiste sud-africain poursuit sa discographie chez harmonia mundi, après son intégrale des Sonates de Mozart et son partenariat musical avec le chanteur Mark Padmore (Beethoven, Schubert, Schumann). Kristian Bezuidenhout met ici le doigt sur les aspects fantasques et fantaisistes de certaines œuvres de Haydn sous l’influence de Carl Philipp Emanuel Bach dont il disait, avec une certaine tendresse, tout devoir. Ainsi la Sonate en ut majeur (Hob. XVI:48) qui ne doit plus grand-chose à la forme sonate pourtant imposée par Haydn. Nous sommes ici à mi-chemin entre une forme à variations et une fantaisie totalement libre. Quant à la Sonate en ut mineur (Hob.XVI:20), elle exploite tout le potentiel dramatique que peut revêtir la musique pour clavier. Les œuvres tardives présentées sur ce disque sont mises en regard avec des compositions de jeunesse, telle cette Sonate en sol majeur (XVI:6) qui pétille de charme et d’esprit. Deux suites de variations complètent un programme soulignant l’inépuisable force créatrice de Haydn avec cette faculté de se réinventer à chaque œuvre. Une fantaisie dont semble se délecter l’interprète jouant ici un fortepiano de Paul McNulty d’après un instrument viennois d’Anton Walter datant de 1805. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour violon - Paru le 26 octobre 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
Dire que le concerto constituerait l’une des formes d’expression favorites de Haydn serait sans doute excessif, voire ridicule. Lui qui a écrit une forte centaine de symphonies, des dizaines de quatuors, de trios, de sonates pour piano, une quinzaine de messes et autant d’opéras, les oratorios que l’on sait… Or, on lui connaît trois concertos pour violon (les autres sont perdus ou apocryphes), deux pour violoncelle (les autres… idem), un pour cor (les autres…), un pour trompette (il n’y a point d’autres) et au mieux une petite dizaine pour piano. Des ouvrages musicalement fascinants, mais dont l’exigence virtuose va du modéré au plutôt difficile. Si, quand même, le Premier Concerto pour violoncelle ne manque pas de grandes difficultés, y compris le jeu rapide dans l’extrême aigu du dernier mouvement, un vrai feu d’artifice. On notera également que la majorité des concertos furent écrits pour Esterházy, en l’occurrence pour les premiers solistes de l’orchestre maison de la cour qu’étaient le Konzertmeister Luigi Tomasini et le premier violoncelle Joseph Weigl. Les accompagnements orchestraux offrent aux solistes de beaux tapis : on pense au délicieux deuxième mouvement du Concerto pour violon en ut majeur, une sorte de jeu de luth des cordes de l’orchestre accompagnant le violon solo, qui devient une sorte de sérénade à la Don Giovanni. Au violon pour cet enregistrement, Amandine Beyer, tandis que le solo de violoncelle est tenu par Marco Ceccato – tous deux membres de l’ensemble Gli Incogniti (Les Inconnus), une phalange à géométrie variable qui joue sans chef. De sorte que tout le monde s’écoute, une manière bien belle – et pas si fréquente à l’orchestre, hélas – de faire la musique. © SM/Qobuz« Taillés sur mesure pour un violoniste italien friand d'agilités dans l'aigu, les deux concertos trouvent enfin un(e) interprète sensible à leur fantaisie autant qu'à leurs raffinements. » (Diapason, décembre 2018)