Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

170 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Joseph Haydn
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - À paraître le 15 novembre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - À paraître le 1 novembre 2019 | Coro

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 18 octobre 2019 | Gramola Records

Hi-Res Livret
HI-RES11,49 €15,99 €(28%)
CD11,49 €

Quatuors - Paru le 11 octobre 2019 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Qobuzissime
Six quatuors pour faire entendre ce que Joseph Haydn a apporté à l’histoire de la musique occidentale. Le pari des tout jeunes musiciens du Quatuor Hanson est réussi car ils ont su construire et exprimer la quintessence de son art subtil grâce à leurs fascinantes qualités instrumentales. Après l'écoute de ce premier album éblouissant, on est ébahi devant le génie du compositeur qui invente, avec Boccherini, un genre nouveau, aussitôt abouti. Son titre, All shall not die, est la traduction internationale de l'épitaphe gravée en latin sur la tombe de Haydn (non omnis moriar). Le choix de la formule dit la permanence et l'universalité d'une œuvre. Il témoigne aussi et surtout de l'admiration du sémillant quatuor pour ce cher Papa Haydn. Soigneusement choisis parmi les différents opus d'un vaste corpus, ces six quatuors touchent autant par leur expression que par la perfection de leur écriture. Rien de superflu, un équilibre parfait des quatre voix et une inspiration de chaque instant. L'ultime Opus 77, inachevé, est contemporain des premiers Quatuors, Op. 18 de Beethoven - chez qui l'on entend la leçon du maître. Plus de deux cents ans après sa mort, Haydn est encore en mal de reconnaissance, un statut qui lui était pourtant octroyé de son vivant. Plus qu’un précurseur, Haydn est un fondateur, un génie dont l’influence a continué d’agir sur ceux qui l’ont suivi, au premier rang desquels Beethoven et Schubert. Ce splendide album le (re)met à sa vraie et juste place en même temps qu'il fait entrer les Hanson de plain-pied dans la discographie des grands. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Coro

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2019 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | Fuga Libera

Hi-Res Livret
Bart Van Reyn et Le Concert d’Anvers explorent deux symphonies peu connues de Joseph Haydn. Datant de l’automne 1784, alors que Haydn arrive au terme de l’engagement le liant aux Esterházy, ces deux oeuvres semblent préfigurer les futures Symphonies "Parisiennes". La lecture de Van Reyn souligne l’ambition artistique de ces deux partitions, jusqu’alors largement ignorées, mettant en exergue leur nature dramatique, concise mais puissante. Ces oeuvres sont accompagnées de l’effervescent Concerto pour piano en ré majeur de Haydn, interprété au pianoforte par Lucas Blondeel. Ce dernier y montre une grande affinité avec l’écriture de Haydn, offrant une interprétation qui saisit parfaitement l’élégance du concerto tout en exaltant les traits d’esprit du compositeur. © Fuga Libera
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | SOMM Recordings

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Profil

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 30 août 2019 | NoMadMusic

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 31 août 2019 | eaSonus

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 juillet 2019 | BIS

Hi-Res Livret
Si de nombreux compositeurs, entre autres Bach, Mozart, Poulenc, reprennent couramment des fragments de leurs œuvres pour les réutiliser dans d’autres compositions, il est en revanche assez rare qu’une même pièce reçoive intégralement un habillage différent. C’est le cas des fameuses Sept dernières Paroles du Christ que Joseph Haydn a repris trois fois de manière totalement différente, sans en changer une note, suite au succès européen remporté par l’original. Commandée par une communauté de Cadix pour la semaine sainte de 1786, cette suite de sept tableaux encadrés par une introduction et le très réaliste « tremblement de terre » final, est d’abord écrite pour orchestre avec une mise en scène strictement établie par les commanditaires. Haydn en réalise plus tard une version pour quatuor à cordes avant de la transformer une troisième fois pour lui donner la forme d’un oratorio pour soli, chœur et orchestre avec l’apport littéraire du Baron van Zwieten. Quant à la version pour piano seul proposée ici par Nicolas Stavy, elle a été réalisée par un tiers avec l’approbation chaleureuse du compositeur. Cette version renforce l’austérité de cette musique constituée par sept adagios sévères dans un langage auquel le facétieux Haydn était peu coutumier. Inquiet par cette succession de mouvements lents qu’on lui imposait, le vieux compositeur a mis toute sa science et toute son expression dans ces pages admirables, dont Nicolas Stavy se plaît à souligner l’aspect dramatique. Et quoi de plus naturel que de compléter son interprétation par les fameuse Variations en fa mineur qui représentent un des sommets de l’univers pour clavier du grand compositeur autrichien. © François Hudry/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD20,24 €

Classique - Paru le 20 avril 2019 | Les Belles Ecouteuses

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Rubicon Classics

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 mars 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or
Au lendemain d’un album consacré aux concertos pour violoncelle et symphonies de C. P. E. Bach (Diapason d’Or, ffff Télérama, etc.), les musiciens de l’Ensemble Resonanz poursuivent leur exploration très personnelle de la musique orchestrale du XVIIIe siècle. Personnelle ? Parce que depuis plusieurs années, sous la direction d’un chef aussi inspiré que le maestro Riccardo Minasi, l’ensemble a relevé le défi de jouer avec toute la maîtrise du geste baroque des instruments “montés" à la moderne (violons, altos et basses sur cordes métal). Quarante ans après ce qu’on a appelé “la révolution baroque”, quel plaisir de redécouvrir ces neuf mouvements d’orchestre littéralement habités par la divine parole du Christ en croix — une science de la rhétorique pour laquelle Joseph Haydn n’avait pas d’égal ! © harmonia mundi
HI-RES14,09 €16,49 €(15%)
CD9,39 €10,99 €(15%)

Musique symphonique - Paru le 22 février 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’est avec Joseph Haydn que le pianofortiste sud-africain poursuit sa discographie chez harmonia mundi, après son intégrale des Sonates de Mozart et son partenariat musical avec le chanteur Mark Padmore (Beethoven, Schubert, Schumann). Kristian Bezuidenhout met ici le doigt sur les aspects fantasques et fantaisistes de certaines œuvres de Haydn sous l’influence de Carl Philipp Emanuel Bach dont il disait, avec une certaine tendresse, tout devoir. Ainsi la Sonate en ut majeur (Hob. XVI:48) qui ne doit plus grand-chose à la forme sonate pourtant imposée par Haydn. Nous sommes ici à mi-chemin entre une forme à variations et une fantaisie totalement libre. Quant à la Sonate en ut mineur (Hob.XVI:20), elle exploite tout le potentiel dramatique que peut revêtir la musique pour clavier. Les œuvres tardives présentées sur ce disque sont mises en regard avec des compositions de jeunesse, telle cette Sonate en sol majeur (XVI:6) qui pétille de charme et d’esprit. Deux suites de variations complètent un programme soulignant l’inépuisable force créatrice de Haydn avec cette faculté de se réinventer à chaque œuvre. Une fantaisie dont semble se délecter l’interprète jouant ici un fortepiano de Paul McNulty d’après un instrument viennois d’Anton Walter datant de 1805. © François Hudry/Qobuz
HI-RES4,49 €
CD2,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Mezzoforte

Hi-Res