Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES6,49 €
CD5,49 €

Classique - Paru le 19 mai 2014 | Nonesuch

Hi-Res Livret
HI-RES11,99 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 novembre 2013 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES10,79 €
CD8,09 €

Classique - Paru le 24 novembre 2017 | Brilliant Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 mai 2018 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Prise de son d'exception
Absolute Jest, écrit en 2011 et remanié peu après, est l’une des œuvres les plus irrésistibles de John Adams. Le compositeur y emprunte librement à Beethoven, dans les quatuors mais aussi la Neuvième Symphonie, pour distiller une partition à cent à l’heure, somptueusement orchestrée – en plus du quatuor à cordes solo, qui fait de l’ouvrage une sorte de concerto si l’on veut, Adams rajoute à l’orchestre une harpe et un piano tous deux accordés selon le tempérament mésotonique, une manière de brouiller les cartes tonales et sonores – et dans laquelle les allusions sont considérées comme des sortes de « tatouages » (selon Adams lui-même) à la Ludwig van, sur un corps adamien. Même si le dernier mouvement n’hésite pas à citer le Stravinski de la Symphonie en trois mouvements, d’ailleurs. Hautement original, Absolute Jest avait été écrit pour Michael Tilson Thomas et l’Orchestre de San Francisco (Qobuzissime de notre été 2015), mais selon toute évidence, chaque nouvelle interprétation permet d’en découvrir d’autres facettes. La remarque s’applique aussi à Naïve and Sentimental Music, écrit pour le Los Angeles Philharmonic (en existe un formidable enregistrement par Salonen chez Nonesuch) ; on précisera au passage que la partition n’est ni naïve ni sentimentale, mais plutôt féroce et originale ; le titre est sans doute emprunté à Schiller (De la poésie naïve et sentimentale), qui selon sa propre terminologie voyait Shakespeare et Homère parmi les poètes « naïfs ». Parmi les sonorités un brin inhabituelles, on y trouvera une guitare électrique et un piano relié à un sampler… © SM/Qobuz
HI-RES15,39 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | LSO Live

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Cantaloupe Music

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 22 février 2011 | Analekta

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 16 février 2018 | Cold Blue Music

Hi-Res Livret
Aucun rapport entre le présent John Luther Adams, né en 1953, et le plus célèbre compositeur minimaliste John Coolidge Adams, né en 1947. C’est de John Luther Adams que nous vous présentons le quatrième quatuor à cordes Everything that Rises (« Tout ce qui se lève ») ; pour mémoire, le compositeur a reçu en 2014 le très prestigieux Prix Pulitzer pour la musique – un prix qui a déjà été décerné à Copland, Ives, Hanson, Thompson, Menotti, Barber, Carter, Crumb, Rorem, Corigliano, Morton Gould entre autres, excusez du peu. Il décrit lui-même son style de musique comme « profondément influencée par le monde de la nature. En écoutant soigneusement les subtiles résonances des sonorités nordiques, j’espère explorer le territoire de la géographie sonique – quelque part entre lieu et culture, entre environnement et imagination. » : très digne programme sans nul doute, et il est vrai que l’écoute de son Quatuor donne une impression de grands espaces, et l’usage continu d’intervalles issus de la gamme naturelle – autrement dit, les notes telles qu’elles naissent de la résonance harmonique naturelle des corps sonores, générant des intervalles assez éloignés de ce à quoi nous a habitué la gamme bien tempérée – achève de gommer le moindre point de référence de l’harmonie classique même la plus avant-gardiste. Ajoutons à cela que l’œuvre est donnée d’un seul tenant de presque une heure, sans découpage en pistes séparées, ce que la partition ne permet pas vraiment, mais qu’un brin de jugeote de la part du label aurait permis, ne serait-ce qu’arbitrairement, à des endroits stratégiques ! Car il y en a, et beaucoup ! L’auditeur n’a donc d’autre choix que d’écouter tout d’un bout à l’autre en se laissant hypnotiser. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Hi-Res Audio
Dudamel - Adams, une relation encore prolifique ! Souvenez-vous : dès sa prise de fonction à la tête du Los Angeles Philharmonic, Gustavo Dudamel a tenu à intégrer John Adams au comité de création de l’orchestre. Occasion rêvée pour le compositeur de renouer avec Peter Sellars et de revenir au lyrique. Pour The Gospel According to the Other Mary, leur septième opus, Sellars et Adams renouvellent une expérience déjà entreprise avec bonheur dans El Niño : l’opéra-oratorio. Empruntant son imagerie aux rites funéraires traditionnels mexicains, The Gospel According to the Other Mary se veut une relecture de l’histoire de Lazare et de la Passion du Christ : le Nouveau Testament y est lu au travers du prisme d’écrivains et poètes américains et latino-américains. Un disque prodigieux où le Los Angeles Philharmonic étincelle sous la direction toujours inspirée de Gustavo Dudamel !
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Concertos pour violon - Paru le 27 avril 2018 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
En 1994 fut créé le Concerto pour violon de John Adams, un ouvrage d’une ébouriffante virtuosité écrit dans un ton jubilatoire et puissamment rythmique, qui témoigne ainsi qu’il a été conçu entre autres pour le New York City Ballet ; même si le premier mouvement n’est pas sans évoquer, dans son atmosphère onirique et ses harmonies fluides, insaisissables, le Concerto « À la mémoire d’un ange » de Berg. On remarquera que l’orchestre, en plus de l’effectif tout à fait traditionnel, comporte un fort arsenal de percussions, ainsi que deux synthétiseurs dont les sonorités ajoutent encore à la teinte onirique et inconnue. La même année de cette création, la violoniste Leila Josefowicz (née en 1977) faisait ses débuts à Carnegie Hall dans le concerto de Tchaïkovski avec Marriner, grand saut dans une carrière désormais internationale. Et c’est précisément pour Josefowicz que Adams, décidément le monde est petit, écrivit la symphonie dramatique Scheherazade.2 pour violon et orchestre : le lien entre la soliste et le maître est donc des plus solides, et son interprétation aussi proche qu’imaginable de la conception d’Adams. © SM/Qobuz« [...] Leila Josefowicz est souveraine, et aux commandes du St. Louis Symphony, David Robertson rend limpides même les passages les plus polyrythmiques.» (Diapason, septembre 2018 / Pierre Rigaudière)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 septembre 2016 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Décidément, John Adams s’éloigne de plus en plus du langage « minimaliste » qui fit longtemps sa renommée, à tort ou à raison. Voici sa Symphonie dramatique (une locution délibérément empruntée à Berlioz, même si Adams ne suit pas exactement une idée fixe thématique) Sheherazade.2 pour orchestre et violon solo, écrite en 2015 pour la violoniste Leila Josefowicz qui, d’ailleurs, joue aussi dans cet enregistrement. L’argument, ou plutôt le parfum, est venu à Adams après avoir vu l’exposition Les Mille et une nuits à l’Institut du Monde Arabe de Paris, où lui est apparu le triste sort des femmes dans nombre de ces contes – même si, dans le canevas du livre, c’est une femme qui tient fermement les rênes de sa propre vie. Les quatre mouvements de la symphonie, qui suivent dans les grandes lignes la construction symphonique habituelle, explorent un monde sonore oriental imaginaire tout en rendant hommage à Prokofiev, Chostakovitch, même à Messiaen dans un court clin d’œil ornithologique, tout en restant dans un langage modal qui se détourne de toute avant-garde ; bref, le Adams le plus convaincant et personnel ; ce concerto mérite désormais de figurer parmi les grands concertos de l’époque moderne. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
Depuis maintenant trois années, l’Orchestre Symphonique de Montréal (artiste historique du label Decca depuis le magister de Charles Dutoit, 1977-2002) et Kent Nagano ont engagé une passionnante série d’enregistrements, qui a permis de mettre l’accent sur des œuvres rares, à savoir L’Aiglon du duo Honegger/Ibert, mais aussi A Quiet Place, de Leonard Bernstein. Ils poursuivent aujourd’hui leur promenade discographique en terres américaines, avec une rétrospective entièrement dédiée à John Adams. Ils étaient partis en terrains inconnus avec Bernstein, ils reviennent en ville pour célébrer l’un des papes du minimalisme. Si Harmonielehre, vaste triptyque composé en 1985 – humble hommage à toute la création du début du XXe siècle où passent les influences de Wagner, Schönberg, Sibelius ou Ravel – et l’excitante fanfare pour orchestre Short Ride in a Fast Machine de 1986 ont été superbement défendus par Sir Simon Rattle (EMI, Birmingham, 1993) ou plus encore par Michael Tilson Thomas (San Francisco, 2010-2011), Common Tones in Simple Time, première œuvre pour grand orchestre du compositeur (1979, révisée en réalité en 1986) connait une fortune moins grande depuis l’enregistrement d’Edo de Waart réalisé pour Nonesuch en novembre 1986 au Davies Symphony Hall. Arrêt sur images sur le Pétrouchka de Stravinski, cette partition absolument fascinante, à laquelle le geste fluide et tranquille de Kent Nagano convient parfaitement, débute le présent album. Dans les autres œuvres du programme, le chef américain est conforme à sa manière, assez « pointilliste » : Adams peut devenir une transcription moderne des toiles de Seurat. Cette grande clarté dans les superpositions harmoniques dévoile aussi sans ombrage les influences de Berg et Webern dans The Anfortas Wound et permet de créer des équilibres inédits dans l’incipit du volet final d’Harmonielehre (Meister Eckhardt and Quackie), l’une des pages les plus marquantes de John Adams, d’autant plus que le tempo et l’activité rythmique restent mesurés ici (à l’opposé de Michael Tilson Thomas, mais pas du créateur, Edo de Waart, en 1985) : une nouvelle version, déconcertante, à ne pas rater, d’une œuvre majeure. La grande aventure de cette anthologie demeure toutefois Common Tones in Simple Time, sorte de Nuit étoilée de John Adams. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 16 avril 2002 | Nonesuch

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES43,49 €
CD30,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Berlin Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 29 juin 2018 | Nonesuch

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik
« On connaît l'objet du livret de Peter Sellars : les premiers essais nucléaires menés en 1945 dans le désert de Los Alamos. [...] C'est toute une série de questions éthiques qui sont soulevées au cours de l'opéra [...] qui continue à faire débat : beaucoup le jugent plus faible que Nixon in China et The Death of Klinghoffer [...] Néanmoins, on a affaire à une version d'exception qui exalte le meilleur de l'œuvre. [...] (Classica, septembre 2018 / Sarah Léon)