Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

296 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Johannes Brahms
16,49 €
10,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Alpha et le Festival d’Aix-en-Provence poursuivent leur série « Jeunes talents » qui permet aux lauréats de l’Académie du Festival d’Aix-en-Provence d’enregistrer un album. Le baryton américain John Chest mène une brillante carrière qui l’a déjà conduit au Festival de Glyndebourne ou aux BBC Proms. Associé au pianiste brésilien Marcelo Amaral, il présente La Belle Maguelone de Johannes Brahms. De toute la riche production de lieder composés par Brahms, les Romances de la "Maguelone" de Ludwig Tieck Op. 33 est le seul véritable cycle. Brahms connaissait ces contes populaires depuis l’enfance mais c’est grâce à Schumann qu’il découvrit le roman de Ludwig Tieck, intitulé "L’Histoire de la belle Maguelone et du conte Pierre de Provence", qui fut publié en 1797. L’oeuvre est représentative de cette réinvention poétique et idéalisée du Moyen-Âge, caractéristique du romantisme allemand. Des histoires d’amours contrariés, mais qui en général finissent bien... « C’est surtout l’ampleur épique du cycle - véritable opéra de poche étayé par une écriture pianistique d’une grande complexité – qui frappe l’auditeur » écrit Timothée Picard dans le livret d'accompagnement illustré par une création originale de Maia Flore, photographe lauréate de la Fondation HSBC, dont l’univers poétique avait déjà illustré le précédent opus de la série, "Black is the colour", récital d'Anna Stéphany. © Alpha Classics/Outhere
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
8,99 €
7,99 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | MUNCHNER PHILHARMONIKER GBR

Hi-Res
10,49 €
6,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 novembre 2018 | Indésens

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Vers le crépuscule de sa vie, Brahms avait quasiment cessé de composer : entre 1887 et 1891, ce seraient quelques Lieder, quelques pièces pour piano, quelques chœurs. Puis, en 1891, il rencontre le clarinettiste Richard Mühlefeld qui lui donne une nouvelle inspiration, puisqu’en quelques deux ou trois ans, il écrira le Trio avec clarinette, le Quintette avec clarinette et les deux Sonates pour clarinette et piano, ses quatre ultimes œuvres de musique de chambre. Entre élégance et sublime retenue, richesse distillée note après note, pas une de trop, ce sont là le summum de l’art romantique tardif du vieux lion. Considérons bien sûr que 1894, l’année des deux Sonates, est également celui du Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy qui ouvre, six ans avant la date, le XXe siècle, tandis que Brahms, six ans d’avance aussi, referme son propre XIXe siècle. Le clarinettiste Pascal Moraguès se saisit du Trio et des deux Sonates, au piano – on ne peut pas parler de simple accompagnement dans une musique si égalitaire entre les protagonistes – Frank Braley, au violoncelle Christian Poltéra pour le Trio. Trois musiciens d’exception qui savent si merveilleusement se mettre au service de la musique… © SM/Qobuz
22,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Avie Records

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 16 novembre 2018 | Deux-Elles Limited

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 novembre 2018 | Centaur Records, Inc.

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Duos - Paru le 14 septembre 2018 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Les sonates pour violon et piano de Brahms furent soumises à un dur criblage d’autocritique qui n’en laissa passer que trois, datant d’un âge mature et contemporaines, respectivement, du Concerto pour violon, du Trio pour piano en ut mineur et de la Sonate pour violoncelle No. 2. D’autres échos, intimes, y résonnent, provenant de lieder sur des poèmes de Klaus Groth. Cette atmosphère romantique d’un Brahms amoureux se reflète dans le jeu des interprètes de ce nouvel enregistrement Glossa : la violoniste Leila Schayegh et le pianiste Jan Schultsz. Schayegh joue sur une copie d’un violon d’époque avec un archet original du milieu du XIXe, tandis que le piano de Schultsz est un Streicher original de 1879. Les deux instrumentistes se proposent de récupérer la tradition interprétative que Brahms, évidemment, connaissait. Schayegh et Schultsz ont travaillé avec Clive Brown et Neal Peres da Costa afin de recréer « l'esprit au-delà de la lettre morte de la partition », en se focalisant avec le plus grand soin sur les questions interprétatives de la musique de cette époque. Et bien entendu, tout en nous offrant une réponse émotionnelle intuitive au lyrisme des deux premières sonates et au climat plus sombre de la Troisième qui imprègnent la musique de la fin du XIXe siècle. © Glossa« [...] La Suissesse signe la première version du genre complètement convaincante [...] Les interprètes [...] dialoguent avec une liberté proprement inouïe, sans garder les yeux rivés sur le texte imprimé. [...] Le pianiste sait pertinemment où rejoindre sa partenaire pour épouser et renforcer sa ligne lorsque la musique l'exige. S'il faut plusieurs écoutes pour faire le tour des idées induites par cette nouvelle approche, on saisit la poésie qui en émane dès la première audition. Cerise sur le gâteau, [...] chaque transition sonne comme l'évidence même, et l'architecture tient debout toute seule dans l'enchaînement des sections [...] » (Diapason, novembre 2018 / Nicolas Derny)
1,39 €
1,07 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Berlin Classics

Hi-Res
18,00 €
11,99 €

Musique symphonique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
18,00 €
11,99 €

Musique symphonique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
18,00 €
11,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 septembre 2018 | OnClassical

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Pianiste majeur doté d’une virtuosité inouïe et d’un répertoire d’une rare variété, Cyprien Katsaris continue d’ajouter de nouveaux enregistrements à une discographie stupéfiante, le plus souvent publiés sous la bannière de son propre label Piano 21. Fidèle en amitié, il avait déjà enregistré, en 2012, un album avec la pianiste franco-canadienne Hélène Mercier consacré à Schumann et à Brahms. C’est chez Warner Classics qu’ils proposent six ans plus tard ce nouvel album étourdissant consacré aux 21 Danses hongroises et au 16 Valses pour piano à quatre mains de Brahms. On y retrouve cette gourmandise et cette joie de jouer ensemble, décuplée ici par ces pièces d’inspiration populaire que Brahms « entendait » dans sa jeunesse lorsqu’il jouait dans des tavernes enfumées. Si cet album consacre l’aisance bluffante de ces deux pianistes, il souligne aussi combien Brahms pouvait être débridé et loin de sa mélancolie coutumière au gré de ces pièces qu’il ne considérait pas vraiment comme siennes, mais plutôt comme des transcriptions de la musique tzigane (en tous cas pour les Danses hongroises). Quant aux 16 Valses, elles représentent une sorte de catalogue de ce que le musicien entendait, de la pesante valse des bords de la Mer du Nord, jusqu’aux valses de Strauss qu’il admirait tant, en passant par l’écho des ländler du Tyrol ou de la Bavière profonde. © François Hudry/Qobuz
2,54 €
1,69 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Calliope Records

Hi-Res
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
28,99 €
24,49 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | RCA Red Seal

Hi-Res