Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

111 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Franz Liszt
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Gramola Records

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Orfeo

Hi-Res Livret
L'excellent pianiste Francesco Piemontesi poursuit son enregistrement des Années de Pèlerinage de Liszt pour le label Orfeo. Voici donc la Seconde Année, captée merveilleusement par Michael Rast dans l'une des plus belles salles du monde aujourd'hui, l'Auditorio Stelio Molo de la Radio suisse italienne à Lugano, entre le 16 et le 19 décembre 2017. Du piano brillant, qui se déploie magiquement dans l'espace, sans une once d'agressivité – l'une des plus belles prises de son de piano assurément, et depuis longtemps. Les trilles scintillent littéralement… (Quel n’est pas alors notre étonnement en entendant dans les plages 6 et 8 des montages très audibles !). Très équilibrée, toujours soyeuse, l'interprétation du pianiste suisse se distingue avant tout par son caractère intimiste et sa quiétude imperturbable, même dans les passages les plus grandioses (le passage central du Sonetto 104 del Petrarca par exemple) ; on se rappelle que ces qualités nous avaient tant séduits dans ses Préludes de Debussy il y a quatre ans (Qobuzissime) : un an après la Première Année, parue en avril 2018, ce nouvel enregistrement signale donc un pianiste parvenu au faîte de sa maturité et révèle un art du discours saisissant au cours de ce voyage sonore qu'il est si ardu d'unifier. En dépit d’un incipit énoncé de manière étonnamment retenue, Après une lecture du Dante continuera de chanter, sans être une ode tragique. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | ATMA Classique

Hi-Res Livret
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2019 | UNIVERSAL MUSIC LLC

Hi-Res
16,49 €
10,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 1 mars 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Franz Liszt a soixante-sept ans lorsqu'il compose le Via Crucis. Il faudra toutefois attendre 1929, soit quarante-trois années après le décès du compositeur, pour que ce Via Crucis soit joué pour la première fois. Cette œuvre de la maturité est construite en quinze parties retraçant les étapes du chemin de croix du Christ, de sa condamnation à mort à la mise au tombeau. Mêlant chant grégorien et liturgie luthérienne, langues latine, allemande et araméenne, le Via Crucis de Liszt présente une véritable originalité de forme. Très croyant, le compositeur signe là l'œuvre sacrée la plus emblématique de son catalogue. Liszt en a composé plusieurs versions : pour chœur mixte, solistes et orgue (ou avec la partie d'orgue arrangée pour piano), pour piano seul, pour orgue seul ou encore pour deux pianos. Après un album consacré à Janáček, le Collegium Vocale, créé par Philippe Herreweghe, se trouve à nouveau dirigé par Reinbert de Leeuw pour ce nouvel enregistrement chez Alpha. © Outhere
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
11,49 €
9,99 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res
10,43 €
6,93 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | Claves Records

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | ART_INFINI

Hi-Res
27,49 €
23,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2019 | Everest

Hi-Res Livret
29,99 €
19,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | OnClassical

Hi-Res
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Dynamic

Hi-Res Livret
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
8,99 €
5,99 €

Piano solo - Paru le 14 septembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le cinquante et unième volume conjugue un programme alléchant (des versions alternatives d'œuvres célèbres) et une exécution de haut vol. Goran Filipec joue les six Consolations dans leur état originel, ce qui explique l'absence de la plus fameuse [...] Les pianistes devraient s'emparer plus souvent de ces pièces lyriques, et notamment de la dernière, magnifiée par le jeu fluide et lumineux de l'artiste croate. La sérénité et la pureté qu'il met à la première version de Sposalizio valent aussi le détour. Prolégomènes à la Divina commedia n'est autre que la seconde mouture, assez semblable, d'Après une lecture du Dante. La révision de la Méphisto-Valse n° 1 se signale par une simplification de son passage central. [...] Filipec fait preuve d'aplomb et de panache. Voilà un disque que les amateurs de Liszt ne voudront pas rater. » (Diapason, avril 2019 / Bertrand Boissard)