Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

50 albums triés par Meilleures ventes et filtrés par Classique et Carl Philipp Emanuel Bach
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 18 mai 2018 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Après deux albums salués par la critique internationale unanime, l’Ensemble Resonanz, basé à Hambourg, propose un enregistrement consacré à Carl Philip Emanuel Bach : les Concertos pour violoncelle Wq. 170 et Wq. 172, respectivement de 1750 et 1753, et la Symphonie Wq. 173 de 1741. On remarquera d’emblée la différence radicale de langage entre les deux concertos, écrits après la mort de Bach-le-Père, et la Symphonie, écrite encore de son vivant : les concertos regardent résolument vers l’époque classique en devenir, y compris dans le futur « Sturm und Drang » (à cet égard, le Concerto en la mineur qui ouvre l’album, tout en vigueur et en oppression mélodique, est un parfait exemple), tandis que la Symphonie procède du baroque en cours de mutation finale. La lecture cristalline qu’offre le violoncelliste Jean-Guilhen Queyras et l’Ensemble Resonanz sous la direction de son nouveau directeur musical en résidence, le violoniste Riccardo Minasi, s’oppose sans vergogne aucune à la vogue – parfois assez intrusive il est vrai, voire dictatoriale et exclusive – des instruments d’époque qui voudrait que toute musique avant Mozart (et encore, même Mozart) n’eût pas droit d’être joué sur instruments modernes. Queyras, Resonanz et Minasi ont su se saisir des véritables apports stylistiques de la mode baroque. Voilà un bien bel album, superbement joué, et qui sait faire ressortir toute l’originalité de Carl Philip Emanuel Bach. © SM/Qobuz« Leur première rencontre au disque fait des étincelles, dans deux concertos exubérants où Riccardo Minasi excelle à mettre Jean-Guihen Queyras tout à la fois en danger et en valeur. Quel orchestre ! » (Diapason, juillet/août 2018)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 30 mars 2016 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - Choc de Classica - Prise de son d'exception
Loin d’être un pâle épigone de son père qu’il admirait tant et dont il fut l’un des plus ardents défenseurs, Carl Philipp Emanuel Bach se révèle ici dans toute sa singularité en réinventant littéralement les genres auxquels il touche. Il révolutionne le concerto et la symphonie, bouleverse les formes et les codes ; dans ses concertos pour violoncelle, l’instrument solo n’est plus l’émanation de la basse ou du tissu orchestral, il incarne bel et bien un instrument positionné face à l’orchestre, créant un dialogue tantôt violent, tantôt d’une extrême sensualité. « CPE » annonce ainsi les heures de gloire du violoncelle dans les répertoires classique puis romantique, de Haydn à Schumann. Mozart ne s’y était pas trompé, lui qui avait dit « Il est le père, nous sommes ses enfants ». Voici neuf ans qu’Ophélie Gaillard et son ensemble Pulcinella côtoient ce surprenant personnage. Pour ce deuxième volume consacré à son œuvre, nos musiciens ont choisi deux symphonies, un concerto pour violoncelle, une sonate pour violoncello piccolo – que Bach-le-père a utilisé assez souvent dans ses cantates, et surtout pour lequel il a conçu sa Suite BWV 1012 ; il s’agit d’un violoncelle plus petit mais, dans la plupart des cas, accordé comme le violoncelle normal) –, et pour terminer un concerto pour clavecin. Les solos de violoncelle sont tenus par Ophélie Gaillard, le clavecin par Francesco Corti. Enregistré en septembre 2015 à l’église Bon-Secours, Paris. © SM/Qobuz« [...] Les sautes d’humeur, les incises, les traits vibrants qu’exige cette musique torturée autant que torrentielle sont maîtrisés à la perfection. La soliste et son orchestre Pulcinella visitent ce monde aux lumières changeantes sans rien perdre en beauté sonore. [...] L’album confirme la qualité superlative de timbres et la discipline à toute épreuve obtenue en quelques années par Pulcinella. [...] Une totale réussite.» (Diapason, mai 2016 / Jean-Luc Macia)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
L'anniversaire de la naissance de Carl Philipp Emanuel Bach (8 mars 1714) suscite un engouement extraordinaire de la part des interprètes comme des maisons de disques et c'est une grande chance, car voilà un compositeur qui fait partie des plus grands et que le grand public ignorait un peu. Le choix d'Ophélie Gaillard est des plus judicieux, car il fait découvrir à la fois un Concerto et de la musique de chambre, comme cette extraordinaire "Conversation entre un sanguin et un mélancolique" qui nous fait plonger à elle seule dans l'univers tourmenté et pré-romantique de cet étonnant compositeur. Voilà une manière singulière d'exprimer en musique la dualité qui est au cœur de chaque être humain. FH
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Piano solo - Paru le 25 août 2017 | ECM New Series

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - Preis der deutschen Schallplattenkritik
Alexei Lubimov a choisi de jouer ces œuvres de C.P.E. Bach sur un « piano à tangentes », un très rare instrument à clavier avec une sonorité des plus inhabituelles. À partir des années 1750, le piano à tangentes (même si le nom « Tangentenflügel » ne semble avoir été inventé que vers 1790) se répandit parmi les amateurs, car il offrait – à la différence du clavecin – un considérable éventail d’expression et d’intensité, et pouvait donc suivre les évolutions de l’écriture claviéristique du temps. Ce n’est pas par hasard que les trois grands compositeurs viennois que furent Haydn, Mozart et Beethoven, considéraient le « Bach de Hambourg » Carl Philip Emanuel comme un grand modèle. À mesure que le compositeur gagnait en maturité, il s’intéressa toujours de plus près à la musique pour clavier, en particulier à trois genres bien spécifiques : la fantaisie, le rondo et la sonate. Le présent album est consacré à ces trois formats, ainsi qu’à quelques pièces de moindre importance auxquelles le compositeur donna le titre de « solfeggi » – l’un d’eux est d’ailleurs une véritable madeleine proustienne pour bien d’anciens pianistes en herbe… Six des grands ouvrages proposés par Alexei Lubimov sont extraits de collections « für Kenner une Liebhaber », autrement dit « pour les connaisseurs et les amateurs » (amateur ici pris dans le sens noble du terme, qui aime), écrits entre 1779 et 1787. Les pièces plus petites proviennent des collections Pièces pour clavier de divers genres et Mélange musical, publiées en 1765. L’auditeur pourra ainsi se faire une idée de l’évolution entre les œuvres encore écrites à la tout fin de l’ère baroque, et celles contemporaines de Haydn et Mozart quand eux-mêmes sont des stars. Lubimov joue une copie moderne d’un Späth und Schmahl de 1794, dont la fantomatique sonorité se situe quelque part entre un clavecin dynamique, une harpe et un fortepiano, donc quelque chose d’indéfinissable qui n’a d’autre choix que de porter le nom de « piano à tangentes ». © SM/Qobuz« On est pris d’emblée par la richesse et la pureté du son. Explorant méticuleusement ce répertoire, Lubimov, grâce à son piano à tangente, en restitue les moindres inflexions. On entend en toute clarté les déferlements de croches, les oppositions, les ruptures. Magistral.» (Classica, novembre 2017)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 13 janvier 2014 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 28 octobre 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Ce disque se distingue par la qualité et la variété des œuvres, servies par une interprétation de haut niveau. Les six titres avec voix, autant de premières mondiales, montrent le compositeur sous un aspect peu connu. [...] Reste que c'est dans les trois ouvrages instrumentaux, admirablement servis par le Café Zimmermann, que se manifeste le très grand Bach. [...] Le Café Zimmermann s'impose par ses sonorités à la fois pointues et parfaitement intégrées les unes dans les autres, les cors de la Sonatine Wq.104 constituant à cet égard un modèle.» (Classica, février 2017 / Marc Vignal)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2011 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Concertos pour clavier, Wq. 43 / Andreas Staier, clavecin
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2014 | Ligia

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 4 novembre 2016 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Deuxième volume consacré par Reinhard Goebel et les Berliner Barock Solisten aux Symphonies et Concertos de Carl Philip Emanuel Bach, enregistrés en concert à la Philharmonie de Berlin. Ces œuvres datent de la fin de l’époque berlinoise du compositeur, lorsqu’il était employé à la cour de Frédéric II de Prusse. Bien plus que l’influence du père Bach, on y ressent celle de son parrain Telemann, et déjà celle de Haydn qui commençait alors sérieusement à faire parler de lui. On est donc à la jonction entre deux ères, celle de la fin du baroque et du début du classicisme. La grandiose Symphonie en mi bémol majeur, plus particulièrement, attirera l’attention de l’auditeur par l’immense variété de son propos – le premier mouvement alternant entre joyeuse agitation et sombre inquiétude – et la richesse de ses couleurs orchestrales. Les deux Concertos présentés, l’un pour violoncelle (l’un des ouvrages majeurs de ce temps pour l’instrument) et l’autre pour flûte (salut à Frédéric, flûtiste émérite…), viennent compléter ce bel enregistrement des Berliner Barock Solisten, dont on rappellera au passage qu’il s’agit d’une « excroissance » du Philharmonique de Berlin, puisque tous les musiciens du BBS sont membres du BPO. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 20 novembre 2015 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour violoncelle - Paru le 24 mars 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
L'anniversaire de la naissance de Carl Philipp Emanuel Bach (8 mars 1714) suscite un engouement extraordinaire de la part des interprètes comme des maisons de disques et c'est une grande chance, car voilà un compositeur qui fait partie des plus grands et que le grand public ignorait un peu. Le choix d'Ophélie Gaillard est des plus judicieux, car il fait découvrir à la fois un Concerto et de la musique de chambre, comme cette extraordinaire "Conversation entre un sanguin et un mélancolique" qui nous fait plonger à elle seule dans l'univers tourmenté et pré-romantique de cet étonnant compositeur. Voilà une manière singulière d'exprimer en musique la dualité qui est au cœur de chaque être humain. FH
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 29 juin 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 11 octobre 2019 | Signum Records

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - À paraître le 4 octobre 2019 | Claves Records

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 17 octobre 2014 | Es-Dur

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 15 mars 2019 | Odradek Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Vittorio Forte nous enchante [...] Sa proposition est neuve et pleinement aboutie. Le Rondeau sur l’Adieu à mon clavicorde Silbermann (Wq 66), dont la structure fragile suscite souvent des maniérismes, nous va cette fois droit au cœur. La sonorité somptueuse du grand Steinway touche aussi directement qu’une confidence de Bill Evans. [...] Forte est un maître du clair-obscur, la virtuosité dense du Rondo en la mineur (Wq 56/5), ses interrogations mystérieuses tiennent l’auditeur en haleine. Les Variations sur la Folia couronnent un parcours libre et fantasque, admirablement chanté, qui fait totalement oublier les querelles d’instrument. » (Diapason, juillet-août 2019 / Philippe Ramin)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique symphonique - Paru le 14 novembre 2006 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 mai 2013 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 10 février 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
Selon Gilles Cantagrel (qui vient de publier une remarquable biographie consacrée à CPE Bach aux Editions Papillon), il n'est pas impossible que Carl Philipp Emanuel Bach se soit présenté à Leipzig pour remplacer son père avec ce Magnificat en ré majeur. Ce qui expliquerait sa proximité avec le célèbre Magnificat paternel. En poussant la comparaison un peu plus loin, on reste étonné du presque décalque du Fecit potentiam ou du Deposuit entre le père et le fils. Exemple unique, car Carl Philipp Emanuel a très vite possédé son style propre tout en vénérant la musique de son père. Le calcul n'était pas bon, car c'est justement cette proximité qui l'a probablement empêché d'avoir le poste. Il reste que la découverte est passionnante grâce à une interprétation très vivante, pleine de rythme et de couleur. Les 300 ans de sa naissance permettent d'évaluer enfin à sa juste valeur un des grands compositeurs de l'histoire de la musique. FH