Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 4 septembre 2019 | Signum Records

Hi-Res
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 6 septembre 2019 | CapriccioNR

Hi-Res
C’est à peine si l’on connaît l’ouverture de cet opéra écrit à Salzbourg en 1801 par le jeune Carl Maria von Weber, à 15 ans, sous le regard attentif de son maître Michael Haydn. Selon ce dernier, cet opéra de jeunesse a été composé « selon les vraies règles du contrepoint, avec beaucoup de feu et de délicatesse et en parfaite adéquation avec le texte ». Si les dialogues de ce singspiel sont perdus, la musique nous est intégralement parvenue. L’œuvre est passée inaperçue à sa création en 1803 à Augsbourg.Œuvre charmante et légère, Peter Schmoll et ses voisins met en musique un médiocre livret inspiré du roman éponyme de Carl Gottlob Cramer, un écrivain resté célèbre pour ses histoires effrayantes. Sur fond de Révolution française, le récit suit des personnages déracinés qui se retrouvent dans les sous-sols d’un château en Allemagne. On retiendra l’aisance du jeune compositeur et son sens mélodique qui éclate dès la fin de la plaisante ouverture annonçant une joyeuse comédie où la politique n’a absolument rien à voir. Les numéros se suivent de manière assez conventionnelle. C’est surtout l’orchestration qui est insolite dans cette partition, où Weber emploie des instruments assez rares comme des flûtes à bec, des cors de basset, des piccolos et des trombones utilisés en solo. Cette nouvelle version, dirigée par Roberto Paternostro, a été enregistrée en concert le 23 janvier 2019 au célèbre théâtre An der Wien, salle historique construite sous l’impulsion de Schikaneder, imprésario et librettiste de La Flûte enchantée de Mozart. C’est aussi là que furent créées de nombreuses partitions de Beethoven, Johann Strauss fils et Franz Lehár. © François Hudry/Qobuz