Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
On reste stupéfié que certaines œuvres de Martinů puissent être présentées en première discographique mondiale ; c’est pourtant le cas de quelques-unes des mélodies de cet album, en particulier les Trois Poèmes d’Apollinaire de 1930 – écrits en tchèque, donc chantés dans cette langue. C’est là le cinquième et dernier volume d’une impressionnante série d’enregistrements, qui souligne l’invraisemblable (et si peu exploitée) richesse du répertoire de Martinů pour voix et piano : quelque six heures de programme en tout, un vrai trésor. Dans ce volume, le voyage de l’auditeur l’emmène des années 1930, de relative légèreté d’esprit pour le compositeur qui n’avait qu’à se préoccuper de survivre à Paris, jusqu’aux années 1940 et au-delà, alors qu’il fuyait la guerre, en passant par Aix-en-Provence puis New York. Détail amusant, les Quatre Chants sur des textes populaires tchèques de 1940, H. 282bis, sont dédiés à la toute jeune Edmonde Charles-Roux, la fille du Secrétaire Général du Ministère des Affaires étrangère d’alors. Tout ce superbe répertoire est à découvrir d’urgence ; c’est ici la mezzo-soprano tchèque Jana Hrochová qui prête ses cordes vocales. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 27 octobre 2009 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Quatuor pour piano - Quatuor pour hautbois, violon & piano - Trio pour piano n°3 - Duo n°2 pour violon & violoncelle / Ensemble Schubert - George Caird, hautbois
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 juillet 2010 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Paul Watkins, violoncelle - Huw Watkins, piano
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Mélodies - Paru le 8 février 2019 | Supraphon a.s.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
« La soprano Martina Janková et deux amis nous guident sur les chemins d'Europe centrale empruntés (ou rêvés) par Bohuslav Martinů. [...] Le timbre fruité de Martina Janková, dont la maturité vocale paraît plus épanouie que jamais, la subtilité de Tomáš Král, qui joue aussi bien des syncopes de la musique que des accents toniques de la langue, et l'attention inventive d'Ivo Kahánek, cheville ouvrière de l'entreprise, font des miracles dans toutes les miniatures du bouquet, dont les parfums embaument chaque écoute. [...] Si Les gars de Zvolen nous valent le duo le plus irrésistible du disque, La riche bien-aimée gagne beaucoup à donner également la parole au jeune homme désabusé. Le baryton soupire encore avec un dépit idéalement senti dans L'Amoureux abandonné et L'Amoureux triste. [...] En solo ou en duo, les chanteurs mâtinent cette musique de la mélancolie qui lui colle à la peau. Et le tact de Kral nous tire des larmes dans Eh montagne ou Mon Dieu, que dois-je faire. Bouleversant voyage.» (Diapason, avril 2019 / Nicolas Derny)
HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Opéra - Paru le 19 octobre 2018 | Supraphon a.s.

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
"De quoi vivent les hommes ?" Tel est le titre de cet opéra-pastoral qui fut composé en 1951/52 aux Etats-Unis, sur un livret anglais du compositeur d'après la nouvelle de Tolstoi "Là où est l'amour, là est Dieu" (1885), et créé à la télévision de New York en mai 1953. Puis il fut représenté pour la première fois le 31 juillet 1954 à Interlochen dans le Michigan. C'est donc à Belohlavek que l'on doit son premier enregistrement discographique. En voici l'argument : dévasté par la douleur de la perte de sa femme et de ses enfants, Martin Avdeitch, cordonnier de métier, se réconforte dans la lecture de la Bible. Durant un rêve, il voit Jésus qui lui fait la promesse de venir lui rendre visite le lendemain. En attendant cette rencontre, l'homme recueille une pauvre mère avec son enfant, offre un thé à un soldat, prend la défense d'un enfant que sa grand-mère dénonce comme voleur. Le soir, il entend à nouveau la voix de Jésus qui lui dit : "Ne m'as-tu pas reconnu ?". « [...] le compositeur veut davantage de joie que de prêche : "il faut chanter ça comme une chanson populaire, sans pathos." Jiri Belohlavek ne trahit pas sa volonté. Bien aidé par les lumineuses Martinu Voices de Lukas Vasilek et une Philharmonie tchèque qui, dans la grande salle du Rudolfinum, s'adapte parfaitement aux dimensions de ce théâtre intime, il peint une miniature vivante et superbement imagée. Entièrement tchécophone, le plateau colore l'anglais d'inflexions qui ajoutent au cachet de ce premier enregistrement. Rien à redire à la prestation d'Ivan Kusnjer, toujours à même de trouver le registre expressif qui convient. [...] Belohlavek pare la Symphonie n° 1 (1942) de nouveaux atours, après une première gravure sous un ciel orageux (Chandos) et un remake anglais éclairé de l'intérieur (Onyx). [...] » (Diapason, janvier 2019 / Nicolas Derny). Disparu en 2017, le chef tchèque n'aura pas eu le temps d'enregistrer la nouvelle intégrale programmée des symphonies de Martinu. © Qobuz (GG)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | Toccata Classics

Hi-Res
Si tout le monde connaît dorénavant (ou devrait connaître) les symphonies de Martinů, ainsi que quelques immenses poèmes symphoniques tels que les Fresques de Piero della Francesca, on continue d’ignorer une forte partie de son œuvre orchestrale de la première maturité – que voici enregistrée en plusieurs volumes. On y découvrira que déjà en 1915 ou 1920, Martinů écrivait du Martinů de première qualité, avec son immanquable griffe personnelle – même si l’orchestre peut parfois encore faire penser à Josef Suk, parfois Debussy, ou encore au Rachmaninov de L’Île des morts. D’ailleurs, la ballade Villa en bord de mer (Vol. 3) évoque précisément un tableau de Böcklin, comme le chef-d’œuvre de Rachmaninov, deux tableaux fort semblables ! Veuillez noter que c’est là une première discographique (car cela existe encore pour Martinů ! Invraisemblable), ainsi que le très inquiétant Míjející půlnoc (« Minuit disparaissant », Vol. 3), un magnifique tour de force orchestral. L’Ombre (Vol. 2), ballet de 1916, s’amuse parfois avec les idiomes baroques – on sait que Martinů puisera souvent chez les anciens, toujours avec une originalité sonore folle. Des ouvrages indispensables pour tout fan de ce compositeur qui, décidément, a encore bien des tours dans son sac. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 avril 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 janvier 2018 | Toccata Classics

Hi-Res Livret
Si tout le monde connaît dorénavant (ou devrait connaître) les symphonies de Martinů, ainsi que quelques immenses poèmes symphoniques tels que les Fresques de Piero della Francesca, on continue d’ignorer une forte partie de son œuvre orchestrale de la première maturité – que voici enregistrée en plusieurs volumes. On y découvrira que déjà en 1915 ou 1920, Martinů écrivait du Martinů de première qualité, avec son immanquable griffe personnelle – même si l’orchestre peut parfois encore faire penser à Josef Suk, parfois Debussy, ou encore au Rachmaninov de L’Île des morts. D’ailleurs, la ballade Villa en bord de mer (Vol. 3) évoque précisément un tableau de Böcklin, comme le chef-d’œuvre de Rachmaninov, deux tableaux fort semblables ! Veuillez noter que c’est là une première discographique (car cela existe encore pour Martinů ! Invraisemblable), ainsi que le très inquiétant Míjející půlnoc (« Minuit disparaissant », Vol. 3), un magnifique tour de force orchestral. L’Ombre (Vol. 2), ballet de 1916, s’amuse parfois avec les idiomes baroques – on sait que Martinů puisera souvent chez les anciens, toujours avec une originalité sonore folle. Des ouvrages indispensables pour tout fan de ce compositeur qui, décidément, a encore bien des tours dans son sac. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | ATMA Classique

Hi-Res Livret
Le titre de cet album consacré à l’altiste canadienne Marina Thibeault est repris de l’œuvre du compositeur québécois Jean Lesage, Toquade, un choix qui tient plus de la volonté de trouver un nom accrocheur que de celle de représenter soit un répertoire très contemporain, soit un genre fantasque à l’extrême : les œuvres principales de l’album sont quand même la Sonate de Hindemith et celle de Martinů, des moments majeurs dans la vie de tout altiste qui se respecte. En complément de programme, un peu de Tchaïkovski et de Glinka, ainsi qu’une petite poignée de courtes pièces de compositeurs québécois. Nommée Révélations Radio-Canada 2016-2017, Marina Thibeault parcourt le monde en tant qu’ambassadrice de son instrument, autant dans le répertoire concertant que dans le domaine de la musique de chambre ; ses partenaires s’appellent entre autres Quatuor Guarneri, Cleveland Quartet, et le London Haydn Quartet, pour n’en citer que quelques-uns. Et son intérêt marqué pour la nouvelle musique l’a amené à travailler avec des compositeurs tels que John Corigliano ou Krzysztof Penderecki. Elle joue sur un alto fabriqué en 1854 par Jean-Baptiste Vuillaume ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 janvier 2011 | Stradivarius

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique concertante - Paru le 6 avril 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Martinu, comparant son Concerto pour deux violons à celui de Bach, reconnaissait aimablement que le sien, sans être mauvais, ne faisait pas le poids ! [...] deux sœurs, Deborah et Sarah Nemtanu, s'en emparent avec un plaisir évident. Leur panache et leur énergie se jouent des pièges d'une partition foisonnante, quoiqu'insaisissable en son effervescence à la limite de la logorrhée. Plus substantielle, la Rhapsodie-Concerto est aussi davantage défendue [...] elle témoigne d'un néoromantisme qui imprègne l'ultime période créatrice du compositeur tchèque [...] À la tête d'un bel orchestre philharmonique de Marseille, Lawrence Foster offre un accompagnement solide à Magali Demesse dont la sensibilité tantôt sereine, tantôt ardente, compense quelques fragilités. Au moins aussi virtuose que le Concerto pour deux violons, celui pour deux pianos déferle enfin sans crier gare. [...] Momo et Mari Kodama (sœurs elles aussi) passent avec aisance d'un ton ludique voisin du double concerto de Poulenc à des éclats menaçants. [...] (Diapason, septembre 2018 / Bertrand Boissard)