Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

52 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique et Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 1 janvier 1960 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un classique toujours actuel grâce au feu de la direction de Markevitch et à l'excellence de l'Orchestre Lamoureux dont il était le chef titulaire à l'époque. Le chef d’origine russe est complètement survolté et rend toute sa conception visionnaire à cette grande page du romantisme français. C'est en écoutant une telle version que l'on se rend parfaitement compte de la modernité du langage de Berlioz, modernité qui se prête aux mises en scène les plus avant-gardistes, un paradoxe pour une oeuvre écrite pour le concert et non pour la scène. La prise de son du début de la stéréophonie triomphante est tout à fait exceptionnelle. © François Hudry/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1971 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Il y a des enregistrements qui s'imposent avec une telle évidence que toute critique parait inutile pour ne pas dire futile. Que dire encore de neuf à propos de cette rencontre entre un compositeur et son interprète ? Que le piano de Benedetti-Michelangeli est cristallin, pyrotechnique, que son clavier semble paré de toutes les nuances de couleurs les plus infimes ? Point de maniérismes déplacés, points de langueurs "début de siècle", mais une simplicité d'expression qui fait de Debussy un frère occidental des auteurs de haïkus japonais.© François Hudry NDLR: Ces enregistrements ont été réalisés à München (Plenarsaal der Akademie der Wissenschaften), entre le 25 et le 30 juillet 1971.
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Opéra - Paru le 1 septembre 1972 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
C’est un Barbiere « di qualità, di qualità » et même de très grande qualité que Deutsche Grammophon. Enregistré durant l’été 1971 à Londres, c’est une des premières rencontres entre Claudio Abbado et le London Symphony Orchestra. C’est aussi le début des éditions philologiques entreprises par Alberto Zedda des œuvres de Rossini, dont les partitions sont recouvertes par les mauvaises traditions depuis plus d’un siècle. On supprime les ajouts devenus, bien à tort, traditionnels, on rétablit aussi certaines coupures et la fine instrumentation d’époque et, surtout, on chante et on joue sans forcer le trait avec un sens inné du théâtre. Un coup de dépoussiérage qui a donné un coup de jeune à ce chef-d’œuvre composé par un génie de vingt-quatre ans. Il est tout simplement idéal ce Barbier-là ! Un plateau de rêve avec des chanteurs rompus à ce répertoire. Chacun est à sa place, de la Rosine rouée et coquine de Teresa Berganza, au Figaro raffiné et plein d'abattage de Hermann Prey, en passant par le Comte frivole de Luigi Alva jusqu'au ridiculissime Basilio incarné par l'inénarrable Paolo Montarsolo. On s'amuse de cette drôlerie et on admire une fois de plus l'implacable machine si bien huilée du théâtre rossinien sous la baguette sans cesse inventive et frémissante de Claudio Abbado. © François Hudry/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 1973 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Carlos Kleiber donne de ce Freischütz une lecture incandescente où le romantisme côtoie le dramatisme à chaque instant. Sa direction rapide et sans cesse frémissante parvient à recréer l'ambiance du théâtre en studio, et même de la dépasser, en lui donnant ce côté surnaturel que la musique de Weber appelle si fortement. Et quel plateau ! Gundula Janowitz est une Agathe sensible et intelligente, Edith Mathis une délicieuse Ännchen, Peter Schreier un Max héroïque et vaillant, Theo Adam un Kaspar inquiétant et maléfique à souhait. Prise de son idéale mettant en valeur les timbres raffinés de la Staatskapelle de Dresde et les nuances si subtiles d'un Carlos Kleiber en état de grâce. © François Hudry/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Opérette - Paru le 1 septembre 1976 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Si la perfection existe peu en art et dans la vie, cet enregistrement la touche du doigt. On assiste ici à un moment assez unique où tous les ingrédients se sont donnés rendez-vous. La plasticité et la stupéfiante élégance d'un Carlos Kleiber en état de grâce permanent insufflent à ce disque une vie et une intensité vraiment uniques. Réunir des têtes d'affiche comme Julia Varady, Lucia Popp, Hermann Prey et René Kollo ne fut pas une mince affaire et le résultat est assez miraculeux. Le coup de génie de Kleiber fut de confier le rôle du Prince Orlofsky à la basse Ivan Rebroff (alors connu dans le monde entier) en voix de fausset. Une mystification d'autant plus drôle que Rebroff était lui-même un faux chanteur russe puisque né à Berlin et de nationalité allemande. Enregistré à Munich, au Nationaltheter, les 9-14 & 28 octobre 1975. © François Hudry/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Voilà plus de 50 ans que la pianiste Martha Argerich nous ensorcèle. Réalisé à une époque où elle était encore peu sûre d'elle (c'est son ami Nelson Freire qui l'a poussée a accepter d'enregistrer pour DG), ce disque révélait d'emblée la puissance, la virtuosité et l'originalité d'une artiste qui a marqué la deuxième moitié du 20e siècle et dont chaque apparition publique nous fascine toujours aujourd'hui. FH
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1976 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 mars 2001 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Year - Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Composée en 1913, A London Symphony de Ralph Vaughan Williams demeure l'une des plus grandes partitions orchestrales du compositeur. Richard Hickox ressuscite ici la version originale. Une splendeur! D'une poésie frémissante, l’œuvre retrouve son architecture ample, épique, déployée ici dans cette interprétation du London Symphony Orchestra avec un sens de la grandeur inoubliable, un faste sonore, et un raffinement constant - écoutez les épisodes lyriques du premier mouvement. Une version absolument magistrale, qui surclasse les anciennes références (Boult, Barbirolli, Handley). A découvrir impérativement.
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2001 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un grand classique légendaire que cet album compilé en 2001 par Deutsche Grammophon et réunissant des enregistrements de 1959 et 1960, parmi les tout derniers de Ferenc Fricsay déjà très atteint par la maladie — un cancer de l'estomac dont il souffrait depuis 1957 et qui l'emportera en février 1963. Tout y est magnifique, que ce soit la Symphonie n° 9 "Du nouveau monde", superbement menée et colorée, et si poignante de nostalgie dans le "Lento" — à compter dans le lot de tête des meilleures versions —, puis la Moldau d'une fraîcheur et d'une fluidité magique, d'un avis unanime la plus belle enregistrée par Fricsay — et aussi l'une des plus belles de la discographie —, et enfin des Préludes de Liszt aussi convaincants que grandioses. Ce concentré de musique démontre à quel point le chef tchèque était doué et brillait au firmament, tout particulièrement dans le répertoire slave. © Qobuz / GG
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 16 avril 2002 | Nonesuch

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2002 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Ansermet fut l'ami et le créateur de beaucoup de compositeurs majeurs du XXe siècle. Sa position historique n'explique cependant pas tout, et c'est son flair et son talent personnel qui ont su imposer Debussy, Ravel, Stravinsly, Bartok et bien d'autres au devant de la scène. Il a laissé pour la postérité une discographie pléthorique, en revenant souvent sur ses oeuvres fétiches qu'il réenregistrait au fur et à mesure des progrès techniques. Cette Mer de Debussy est la quatrième qu'il laisse, une interprétation polie par les années et le ressac des concerts qu'il donna dans le monde entier. Une référence de style absolue qui bénéficie du fameux "DECCA sound" des années soixante. FH
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Classique - Paru le 15 février 2002 | Warner Classics

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
En 1973 est annulée la session que devait réaliser Wolfgang Sawallisch pour Electrola / EMI d'un opéra de Wagner à Dresde. D'un commun accord, l'équipe technique et les musiciens décident tout de même d'honorer le contrat et ... de graver les Symphonies de Schumann. De cela naîtra un enregistrement d'une beauté à couper le souffle. Intensité des phrasés, souplesse rythmique, chaleur de l'orchestre, tout sonne ici magistral !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 28 avril 2009 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception - Hi-Res Audio
Seconde Symphonie op.57 - Suite Karadec op.34 - Tableaux de voyage op.36 / Iceland Symphony Orchestra - Rumon Gamba, direction
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Classique - Paru le 28 août 2009 | ECM New Series

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Une vision admirable de l'écriture polyphonique et harmonique du Cantor de Leipzig. Engagées, d'une grande intelligence, ces Partitas par Andras Schiff sont une réussite totale et renouvellent la discographie du chef-d'oeuvre de Bach !
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Classique - Paru le 1 janvier 2010 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Christian Poltéra est un violoncelliste éblouissant. Tout ce qu’il touche (Fauré, Honegger, Martin) devient pure féérie sonore. Ici, avec les concertos de Dutilleux et Lutoslawski, un vrai miracle s’accomplit. Deux concertos pour violoncelle de deux compositeurs quasi-contemporains que furent Dutilleux (car Tout un monde lointain est quand même un véritable concerto, même s’il n’en porte pas le nom) et Lutosławski, tous deux commandés et créés par Rostropovitch en 1970 ; le dernier mouvement du concerto de Lutosławski comporte une série de variations sur le nom du célèbre mécène que fut Paul Sacher ; en milieu d’album, les Trois strophes sur le nom de Sacher que Dutilleux composa en 1976, un ouvrage pour violoncelle solo commandé par Rostropovitch pour les 70 ans de Sacher (en 1976). Peut-on imaginer un programme plus cohérent, quand bien même les langages des deux génies n’ont rien de commun ? C’est ce qu’a choisi de nous souligner le violoncelliste helvétique Christian Poltéra, un habitué des plus grands orchestres et chefs de la planète, mais également un passionné de musique de chambre qu’il pratique avec des partenaires tels que Kremer, Tetzlaff, Uchida, tandis qu’avec Frank Peter Zimmermann et Antoine Tamestit, il a créé un trio à cordes qui est sans doute aujourd’hui l’un des plus incontournables trios de la scène musicale mondiale, le Trio Zimmermann. Découvrez donc ces trois chefs-d’œuvre des années 70, qui sont aussi des pièces de résistance contre l’avant-gardisme ambiant qui engloutissait alors la majeure partie de la vie contemporaine. © SM/Qobuz
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Musique symphonique - Paru le 27 juillet 2010 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception
En 1958, Heitor Villa-Lobos compose une grande fresque superbe, Floresta do Amazonas (Forêt de l’Amazonie), où éclate son amour pour le Brésil et ses grandes forêts fluviales. Poème pour soprano, chœur d’hommes et orchestre, cette partition témoigne de la maîtrise totale du compositeur à la fin de sa vie. Une œuvre magnifique à découvrir ! Initialement, Villa-Lobos fut engagé pour composer la musique du film Vertes demeures avec Audrey Hepburn et Anthony Perkins. Mais le vieux patriarche n’avait pas grande connaissance des habitudes hollywoodiennes et composa, composa, composa sans se préoccuper du script ni du déroulement, estimant probablement que le cinéaste adapterait son film à la musique. Patatras… la production prit possession de la partition « à la Hollywood », faisant adapter par un arrangeur-maison les séquences musicales selon le bon vouloir du réalisateur. Fureur de Villa-Lobos qui s’offrit le luxe de recycler toute sa musique – seule la partition cinématographique était sous rigoureux copyright des Studios MGM, le reste était propriété du compositeur – en une sorte d’immense fresque-cantate Forêt amazonienne, en vingt-trois numéros musicaux, avec passages chantés, percussions brésiliennes à foison, et l’habituel orchestre extravagant de Villa-Lobos. Il fit même appel, en cette année 1959 –l’année de sa mort donc – à un singulier instrument électronique, le Solovox de la firme Hammond inventé une dizaine d’années auparavant, pour doubler la partie vocale d’une sonorité intrigante et fantomatique. Voici donc l’œuvre complète, soigneusement restituée dans son intégralité – le manuscrit de Villa-Lobos présentait quelques problèmes de lecture, d’enchaînements et de corrections – dans la somptueuse interprétation de l’Orchestre d’Etat de Saõ Paulo. © SM/Qobuz
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Quintettes - Paru le 5 avril 2011 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz - Choc Classica de l'année
Ce disque propose des interprétations subtiles et colorés des grandes pages concertantes avec violon de Max Bruch. Le Concerto connait ici une vision d'un naturel éblouissant, et le violon de Gluzman, poétique, magnifiquement chantant, obtient un soutien expressif sans limites du chef Andrew Litton. Un enchantement ! En vérité, que connaît-on vraiment de l’œuvre de Max Bruch, hormis son premier concerto pour violon (et, dans une moindre mesure, Kol Nidrei pour violoncelle et orchestre) ? Pratiquement rien… cette semaine Qobuz vous proposera donc de dépasser les frontières de ce premier concerto de 1866, qui connut d’emblée un succès éclatant et planétaire à telle enseigne que le compositeur en conçut quelque amertume et déclara bientôt qu’il était lassé de voir débarquer chez lui des violonistes qui voulaient absolument le lui jouer. Voici donc, en plus de l’inévitable concerto joué par le violoniste né soviétique en 1973 – dorénavant citoyen israélien – Vadim Gluzman, la Romance op. 85 initialement conçue pour alto mais ici jouée au violon, suivie du bien trop rare quintette à cordes de 1918, un ouvrage conçu certes au début du XXe siècle mais que l’on imaginerait également à sa place cinquante ans plus tôt… la malédiction de Bruch à qui l’on a souvent reproché de n’être pas en phase avec son temps : qu’importe, si la musique est belle ? © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Musique concertante - Paru le 5 août 2011 | RCA Red Seal

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2012 | Passacaille

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz - Prise de Son d'Exception