Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES11,99 €
CD7,99 €

Classique - Paru le 30 avril 2015 | L'Encelade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788) est l’un des musiciens majeurs de l'époque charnière entre baroque et classique. Aline Zylberajch et Alice Piérot nous proposent une sélection de pièces pour violon et clavier et pour clavier seul composées dans la période de maturité de Carl Philipp Emanuel, des années 1760 jusqu’à sa mort. Ce programme est construit comme un parcours à rebours, de la fantaisie en fa # mineur, l'une des dernières œuvres du compositeur, souvent présentée comme son testament musical, vers des pièces plus anciennes mais qui portent déjà en germe tout son univers expressif. Cet enregistrement est aussi l’occasion de découvrir un instrument très prisé à cette époque en Allemagne et aujourd'hui méconnu, le Tangentenflügel ou piano à tangentes : de petites languettes de bois dont l’extrémité sont propulsées en l’air verticalement, sans système d’échappement, pour venir frapper la corde et produire un son clair et limpide. Ces instruments singuliers offrent à l'interprète une grande variété de timbres, du plus brillant au plus suave.
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2015 | L'Encelade

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Que cet oiseau varie délicatement ses notes ! » Facile jeu de mots sachant qu’en anglais, oiseau se dit « bird ». C’est par cette facétie qu’un contemporain de William Byrd lui rend hommage dans l’incipit d’un recueil pour virginal imprimé en 1612, d’œuvres de Byrd, Bull et Gibbons. À cette époque, Byrd était déjà considéré comme le grand patriarche de la musique anglaise. Un autre mot à singulariser dans la flatterie est « varie » car, en effet, les virginalistes élisabéthains excellaient dans l’art de la variation, bien plus que leurs collègues continentaux. D’après Thomas Morley, « les Italiens et autres étrangers sont grandement à louer, qui prenant n’importe quel motif ne s’attarderont pas longtemps dessus, mais passeront à un autre, alors qu’au contraire nous sommes si fastidieux qu’avec un seul motif nous en tirons assez pour servir à un chant tout entier. » Pour nous faire entendre son choix de ces variations variées, Jean-Luc Ho joue sur l’orgue de l’église Saint-Amand-de-Boixe, un instrument certes neuf, mais d’esthétique Renaissance d’après celui de l’église Saint-Laurent-d’Alkmaar aux Pays-Bas, daté de 1511-1555. Quelques pièces d’essence plus percussives sont jouées sur un clavecin copie d’un Trasuntino italien de 1531. © SM/Qobuz