Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
« Est-ce du Schubert ? du Chopin ? ou bien du Brahms ? » hasarde le livret d’accompagnement de cet enregistrement d’œuvres de Dussek, mais avouons que la question est un peu osée. Sans doute peut-on se demander si Beethoven n’est pas dans les parages – il l’est ! ô combien –, encore plus Weber mais l’Histoire est inversée, puisque le Concerto pour deux pianos Op. 63 ici présenté date de 1806, le Rondo concertant de 1809, le Quintette de 1799, avant – ou, au mieux, en même temps – que Weber n’ait mis au monde ses grandes œuvres. Et en effet, nombre d’accents évoquent le jeune Chopin, celui des Concertos. Dussek, sous bien des aspects, fut un visionnaire ; son orchestration déborde de hardiesses – c’est plus une symphonie concertante qu’un concerto classique, en vérité –, ses sautes d’humeur harmoniques sont délicieuses et hardies… Le Quintette lui-même présente une singularité : il est conçu pour le même effectif inhabituel que La Truite de Schubert, violon, alto, violoncelle, contrebasse et piano. Vingt ans plus tôt ! D’une écriture libre comme l’air, l’ouvrage ménage bien des surprises que nous laissons à l’auditeur loisir de découvrir de lui-même. L’album s’achève avec le Notturno concertant pour cor, violon et piano. Les fortepianos que jouent Alexei Lubimov et Olga Pashchenko sont des copies d’instruments Walter pour l’un, Longman/Clementi pour l’autre. © SM/Qobuz