Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 mai 2016 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Toutes les œuvres d’Einojuhani Rautavaara ici présentées couvrent sa dernière époque, néoromantique si l’on veut vraiment lui coller une étiquette. Il est vrai que le magnifique cycle Rubáiyát de 2015 (sachant que le compositeur devait s’éteindre un an plus tard) renoue définitivement avec la tonalité, la mélodie, l’harmonie classique, dans un langage qui pourrait aussi bien dater de la fin du XIXe siècle. Comme quoi les plus vielles marmites peuvent mitonner le plus sublime ragoût ! De son dernier opéra achevé, Raspoutine (2003), le compositeur a tiré quelques pièces caractéristiques d’essence profondément russe autant que finlandaise, merveilleux et évident mélange entre deux nations si proches et pourtant si souvent en conflit. Toujours de cette époque, le magnifique Canto V de 2012 est le dernier d’une sorte de cycle commencé un demi-siècle plus tôt, les deux premiers étant encore teintés du dodécaphonisme dont Rautavaara s’ébrouerait très rapidement, les suivants renouant avec tonalité, néoclassicisme et néoromantisme. Le dernier Canto porte le sous-titre « Vers le cœur de la lumière », soulignant ainsi la volonté du compositeur de s’approcher d’une immense clarté de propos. L’Orchestre philharmonique d’Helsinki est placé sous la baguette de John Storgårds pour ces enregistrements réalisés en 2015 ; Rubáiyát est chanté par le baryton-basse Gerald Finley. © SM/Qobuz« Avec une constance admirable, le label finlandais Ondine poursuit une entreprise débutée dans les années 1980 : l’enregistrement intégral de l’œuvre d’un compositeur contemporain (et compatriote) capital, Einojuhani Rautavaara. [...] Ce nouveau volume, consacré à des œuvres récentes pour solistes, chœur et orchestre, est également à marquer d’une pierre blanche. [...] Les interprétations peuvent être d’emblée considérées comme de référence. » (Classica, juin 2016 / Bertrand Dermoncourt)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2014 | Ondine

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica - Prise de Son d'Exception