Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

276 albums triés par Prix : du moins cher au plus cher et filtrés par Classique, Johann Sebastian Bach et 5,00 € à 10,00 €
HI-RES12,49 €
CD8,99 €

Piano solo - Paru le 11 septembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Même si le premier enregistrement de Glenn Gould en 1955 des Variations Goldberg de Bach a atteint le statut de légende, nombreux sont les fans qui considèrent que l'enregistrement de 1981 est tout aussi excellent, même s’il en offre une interprétation radicalement différente. Les tempos de Gould sont plus lents et plus mesurés ici, et les répétitions ne sont pas observées de la même manière. Sa prestation de 1981 est réfléchie et soigneusement soupesée, par rapport à l'éclat technique et à l’impulsion énergique de la première interprétation. Le chantonnement de Gould en arrière-plan se retrouve dans les deux Goldbergs, et même si la technologie permettait de l’effacer, Gould a tenu à le conserver, craignant d’estropier le son du piano. Cette excentricité peut déconcerter, mais il y a tant de qualités dans l’interprétation de Gould qu’il faut se résoudre à passer outre pour apprécier à sa juste valeur sa lecture et sa compréhension de Bach, originales à tous points de vue.
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Musique de chambre - Paru le 1 septembre 2017 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique - Prise de son d'exception
« Une soirée chez les Bach, projet conçu par Andreas Staier où il n'apparaît que quelques minutes en solo [...] évoque les concerts domestiques qui se tenaient régulièrement chez Johann Sebastian Bach, fier des talents musicaux concentrés dans sa famille. Y assister était un privilège. Deux voix, deux archets, un clavecin, et la mort (douce, espérée) qui traverse les chorals et les extraits des cantates chantés à fleur de mots, entre amis. [...] Retrouver des pages familières dans un espace chambriste, où elles semblent aller de soi, est une expérience troublante. » (Diapason, novembre 2017 / Gaëtan Naulleau)
HI-RES8,25 €16,49 €(50%)
CD5,50 €10,99 €(50%)

Classique - Paru le 17 juin 2016 | Alpha

Hi-Res Livret
Les six Sonates en trio pour orgue de Bach sont l’un des sommets de la littérature d’orgue… et pourtant, ce sont en bonne partie des assemblages de mouvement antérieurs, initialement conçus pour d’autres forces – cantates, musique de chambre, concertos etc. Le Kantor les avait rassemblées pour son fiston Wilhelm Friedemann et d’ailleurs, rien n’indique qu’ils aient été destinés à l’orgue, puisque les manuscrit indiquent seulement « à deux claviers et pédalier », ce qui peut aussi s’appliquer au clavecin à pédalier. Quoi qu’il en soit, leurs diverses origines instrumentales permettent que l’on s’en saisisse allègrement pour les redistribuer à d’autres instruments. Ce qu’ont fait le flûtiste à bec Jan van Hoecke – qui joue de nombreuses flûtes, une forte demi-douzaine en tout, ténor ou alto dans diverses tonalités – et la claveciniste Jovanka Marville qui, outre qu’elle joue un clavecin copie d’un Zell de 1728, accompagne également quelques Sonates au fortepiano, copie d’un Silbermann de 1749. Le terme « accompagnement » ne s’applique d’ailleurs guère puisque le clavier se saisit des deux tiers de la musique, une voix par main ! Toujours est-il que dans cette transcription, les lignes contrapuntiques se dessinent avec grande clarté, peut-être même plus qu’à l’orgue. Notez que la Sonate BWV 526 n’est pas ici enregistrée. © SM/Qobuz
HI-RES8,49 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Alia Vox

Hi-Res Livret
La Passion selon Saint-Marc de Johann Sebastian Bach figure bel et bien au catalogue établi par son fils Carl Philip Emanuel. Elle a même été créée le 23 mars 1731 à Saint-Thomas de Leipzig, deux ans après la Saint-Matthieu. Tout cela est avéré et historique, sauf que si le livret de Picander pour une audition ultérieure en 1744 a été conservé, la musique, elle, a complètement disparu. Il appartient donc aux interprètes, en l’occurrence Jordi Savall qui s’est penché au plus près de l’Evangile de Marc, de l’inventer du début à la fin en reprenant des œuvres antérieures, procédé de « pasticcio » que Bach a abondamment utilisé durant toute sa vie, ce qui nous a valu des chefs-d’œuvre comme l’Oratorio de Noël ou la Messe en si mineur, sauf que Bach réalisait souvent des coutures et des transformations pour ces remplois utilisés à d’autres fins. Plusieurs reconstitutions ont été tentées et enregistrées avec plus ou moins de bonheur et d’authenticité historique, car, et quelle que soit la qualité du travail musicologique, le résultat ne sera jamais qu’une hypothèse. Ce que l’on sait, c’est que Bach a voulu donner un caractère différent des autres Passions à cette nouvelle œuvre, avec beaucoup moins de chœurs et d’airs et un nombre accru de chorals qui étaient familiers de l’assistance. Pour son travail, Jordi Savall s’est appuyé sur le livret de 1744. Pour ce faire, il a puisé dans l’Ode funèbre, les Passions selon Jean et Matthieu, et dans diverses cantates. C’est donc à la fois une nouvelle approche et un nouvel éclairage que Jordi Savall propose pour la reconstitution de cette oeuvre perdue. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 16 octobre 2015 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 5 décembre 2011 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 24 août 2018 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 27 octobre 2017 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 1 mai 2011 | K&K Verlagsanstalt

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,49 €14,49 €(41%)
CD5,99 €9,99 €(40%)

Classique - Paru le 1 décembre 2017 | Signum Records

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 25 mai 2018 | K&K Verlagsanstalt

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 4 mai 2018 | K&K Verlagsanstalt

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - À paraître le 23 août 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Quelques années seulement après son premier enregistrement des Suites pour violoncelle de Bach, Matt Haimovitz a eu la tentation de recommencer, mais sans recommencer. Pour ce second enregistrement daté de 2015, il a choisi de « retourner » au manuscrit de la main d’Anna Magdalena Bach – sachant que l’autographe du compositeur a disparu – plutôt qu’aux diverses éditions établies depuis des décennies et qui ont toutes la fâcheuse manie de modifier les données, en particulier en ce qui concerne les articulations, la conduite des « voix », les phrasés. Les auditeurs habitués aux enregistrements les plus fameux du passé entendront sans nul doute la différence ; d’autant que Haimovitz utilise un violoncelle baroque – avec archet baroque, cordes à l’ancienne, chevalet du temps jadis etc. – et même, pour la Sixième Suite, il joue non pas le violoncelle « normal » mais un violoncello piccolo, avec cinq cordes au lieu des quatre habituelles, pour une sonorité bien plus sopranisante dans les aigus. Découvrez l’évangile violoncellistique selon Anna Magdalena ! © SM/Qobuz
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Classique - Paru le 2 octobre 2012 | PentaTone

Hi-Res Livret