Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

29 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique, Camille Saint-Saëns et 5,00 € à 10,00 €
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 3 janvier 2020 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Louis Lortie boucle un tour d'horizon du piano concertant de Saint-Saëns entamé avec Järvi père à Bergen [...] et poursuivi avec Gardner à Manchester [...]. Sans perdre en excellence : au charme empanaché du soliste canadien répondent les sonorités opulentes du BBC Philharmonic, très réactif sous la baguette d'Edward Gardner. Souplesse et vélocité font souvent de pair, comme dans l'Allegro appassionato et la Rhapsodie d'Auvergne [...] ou dans le volet initial du Concerto n° 3 (1869). Là, le compositeur-pianiste a enchâssé deux cadences de toute beauté [...]» (Diapason, avril 2020 / François Laurent)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 6 mars 2020 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 étoiles de Classica
« Ce disque constitue le "testament français" de Mariss Jansons, disparu huit mois plus tard. Une remarque préalable : [...] on approfondit aujourd’hui plus que jamais l’art de Saint-Saëns. C’est vrai chez Jansons [...]. Ici, un soin minutieux est porté à la restitution de toutes les voix, et particulièrement des parties de vents. Avec cela, la texture générale reste transparente, même dans les moments les plus puissants du finale, de sorte que la Symphonie "avec orgue" perd son caractère de monument académique. L‘orgue, comme il se doit, n’est pas traité en soliste mais s’intègre parfaitement à l’orchestre et ne parade pas. Le Concerto pour orgue de Poulenc avait été conçu comme une œuvre de chambre pour l’orgue de salon de la princesse de Polignac, mais il est évident que la partition, éloquente et souvent grandiose, sonne mieux avec un effectif plus large. Jansons joue ici la carte du grand style symphonique et le résultat est impressionnant. La Lettone Iveta Apkalna [... ]se trouve sur la même longueur d’onde que le chef, ouvrant de grandioses pleins jeux mais ménageant aussi de délicates pauses mélodiques dans les mouvements calmes.» (Classica, avril 2020 / Jacques Bonnaure)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 9 juin 2015 | Reference Recordings

Hi-Res Livrets
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 22 mars 2019 | B Records

Hi-Res Livret
Entre le Quintette et le Quatuor de Saint-Saëns, il y a toute une vie de compositeur, des joies, des douleurs, des idées, des motifs, la construction d’une existence et d’une esthétique. C’est cette substance éminemment sensible que le Quatuor Girard, une des formations françaises les plus prometteuses du moment, accompagné du jeune pianiste Guillaume Bellom, a voulu saisir dans ce nouveau projet du label B Records, enregistré dans l’atmosphère douce et feutrée de la Fondation Singer-Polignac. © B Records
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2012 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Grand Piano

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Quatuors - Paru le 1 février 2014 | OnClassical

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 23 octobre 2015 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Distinctions 4 étoiles Classica
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 mai 2019 | HORTUS

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 8 juillet 2007 | Challenge Classics

Hi-Res
Trio avec piano n°1 - Trio avec piano n°2 / Altenberg Trio Wien
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 juin 2011 | Lipkind Production

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour violon - Paru le 1 octobre 2001 | BIS

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 19 mars 2012 | Lawo Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 29 mai 2020 | Prospero Classical

Hi-Res
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 2005 | Eloquentia

Hi-Res
HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Trios - Paru le 27 janvier 2015 | Eloquentia

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Hélas, dans l’esprit de bien des mélomanes, Saint-Saëns, c’est d’abord et avant tout Le Carnaval des animaux – une farce que le compositeur avait interdit que l’on jouât de son vivant ! –, la Danse macabre, la Troisième symphonie « avec orgue » et quelques passages de Samson et Dalila. C’est oublier que le bonhomme fut également un féroce chambriste, égal de ses contemporains germaniques, à qui il chercha d’ailleurs à prouver que les Français, eux aussi, savaient écrire de la musique de chambre « sérieuse ». Saint-Saëns composa donc deux trios avec piano, le premier en 1864 (ce fut Sarasate qui le créa au violon) ; c’est là une œuvre de grande légèreté, spirituelle et enjouée, que le compositeur semble avoir suffisamment « reconnue » pour la jouer lui-même en concert jusqu’à la tout fin de sa vie. Le second fut achevé en 1892 ; c’est là un ouvrage hors-normes, comportant cinq mouvements, dont l’un écrit en 5/4 – rappelons que le mouvement lent de la Sixième de Tchaikovsky, l’un des premiers grands 5/4 du répertoire, date de l’année suivante ! – avec un naturel mélodique et harmonique désarmant pour cette mesure inhabituelle. On ignore ce qu’a pu en penser Debussy, l’ennemi préféré de Saint-Saëns, mais la musique dudit Debussy à cette époque n’était guère plus moderne. A découvrir donc, puis à inscrire dans les répertoires des salles de concert et des ensembles de musique de chambre en quête de programmes plus rares mais ô combien phénoménaux. L’excellent trio Latitude 41 fait des merveilles. © SM / Qobuz
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2003 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 7 septembre 2018 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 étoiles de Classica
Il est de bon ton aujourd’hui en France de bouder la musique de Camille Saint-Saëns considérée comme le parangon de l’académisme le plus convenu. Souvenons pourtant qu’en écrivant ses deux concertos, Maurice Ravel voulait faire « aussi bien que Monsieur Saint-Saëns ». À l’âge de vingt-trois ans, Saint-Saëns, pianiste ébouriffant et compositeur fécond, donne à la France son premier concerto digne de ce nom. Commençant par un appel de cors de chasse entendu dans la forêt de Fontainebleau par son jeune auteur, le Concerto n° 1 en ré majeur, Op. 17 sottement négligé par tant de pianistes, part à la conquête de son public avec une fraîcheur juvénile joyeusement optimiste. Ce premier volume de l’intégrale des cinq concertos de Saint-Saëns est magistralement servi par le pianiste canadien Louis Lortie dont la virtuosité intrépide n’a jamais caché l’instinct musical le plus fin. Sous ses doigts, le compositeur français devient l’égal de Liszt ou de Grieg, avec un toucher d’une infinie variété qui sait varier les climats avec une grande subtilité. Les Second et Quatrième qui figurent sur ce premier album étaient autrefois les chevaux de bataille de monstres-sacrés comme Arthur Rubinstein ou Alfred Cortot. Le pianiste canadien ne leur cède en rien, tant il renouvèle la vision de ces œuvres classées comme mineures et qui témoignent au contraire d’une inventivité qui n’a rien perdu de sa force ni de son originalité. Louis Lortie trouve en Edward Gardner et l’Orchestre Philharmonique de la BBC des partenaires de choix épousant idéalement les sonorités variées du piano tout en soulignant les qualités d’orchestrateur de Camille Saint-Saëns. © François Hudry/Qobuz