Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 juin 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
Une très heureuse surprise que cet album consacré aux oeuvres pour violon de Paul Hindemith qui fait toujours un peu peur aux Français. L'excellent violoniste Frank-Peter Zimmermann interprète le Concerto pour violon avec un jeu brillant et délicat accompagné avec soin par Paavo Järvi. Ce Concerto, si émotionnel et passionné, devait subir les foudres nazies et représente à la fois le sommet des oeuvres pour violon du compositeur allemand (lui-même excellent violoniste et altiste) en même temps que le sommet de sa disgrâce. Les Sonates pour violon et piano ou pour violon seul, écrites antérieurement, sont lyriques et expressives et semblent ouvrir la voie au Concerto qui reste le chef-d'oeuvre de Hindemlith pour le violon. Une redécouverte qui vient à point nommé réparer une injustice. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 août 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 3 février 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 juin 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juillet 2017 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Né en 1963, le compositeur britannique John Pickard s’est très tôt fait connaître avec un répertoire orchestral et instrumental d’une grande puissance, en particulier cinq symphonies déjà, ainsi qu’une belle collection d’œuvres orchestrales de dimension symphonique. Les critiques ont souligné son sens de l’architecture y compris dans les plus grandes formes, et sa capacité à renouveler les genres et formes classiques tout en apportant son évidente contribution personnelle. La revue The Strad estimait qu’un de ses quatuors était « la meilleur pièce de musique de chambre britannique depuis des années », le American Record Guide voyait certaines œuvres orchestrales comme « un trésor » et « des œuvres grandioses » ; le BBC Music Magazine le considère comme « un maître-né de l’orchestre » et son ouvrage Channel Firing « l’une des meilleurs œuvres britanniques depuis les années 1990 », et cite un autre de ses albums comme « l’un des plus importants enregistrements de musique contemporaine orchestrale de 2013 ». Gramophone utilise des termes tels que « tout simplement bluffant », tandis que l’International Record Review le « recommande chaudement à quiconque douterait encore du pouvoir de la musique symphonique actuelle ». Mais arrêtons là ce panégyrique. Que l’auditeur se cale confortablement dans son fauteuil Chesterfield et jouisse des quatre ouvrages de l’album, des pièces fortement contrastées l’une par rapport à l’autre : le compositeur déclare lui-même « avoir toujours cherché à apporter de la variété dans ses œuvres en se fixant de nouveaux défis en termes de structure, d’harmonie et de sujet-matière extramusical. Se répéter n’a que peu d’attrait, de sorte que chaque nouvelle œuvre tendrait à s’opposer en réaction à celle qui l’a précédée, plutôt qu’une continuation de ses atmosphères, ses techniques et ses considérations esthétiques ». L’énergique Cinquième Symphonie de 2014, présente un fort contraste avec Sixteen Sunrises (« Seize levers de soleil ») de 2013, où Pickard emprunte une demi-mesure au début de Lohengrin avant de permettre au soleil de se lever seize fois en quatorze minutes – des levers accélérés et répétés, comme ceux que l’on pourrait vivre en séjournant dans la Station Spatiale Internationale. Les Variations concertantes pour orchestre de chambre sont conçues « comme un divertimento d’esprit léger qui ne pose aucune question fondamentale et cherche seulement le pur plaisir ». L’album se referme avec une Toccata d’après L’Orfeo de Monteverdi, pour instruments modernes : hautbois, saxophone soprano, bassons, cuivres, cordes graves, et quelques instruments à percussion à sons déterminés. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 février 2013 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice