Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du moins récent au plus récent et filtré par Classique, Gramophone Editor's Choice, Johann Sebastian Bach, Arcana et 5,00 € à 10,00 €
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 30 septembre 2016 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Et pourquoi, demanderez-vous, cet album ne présente-t-il que trois Ouvertures (appelées aussi « Suites ») sur les quatre que Bach a écrites ? Simple ; la Deuxième, pour flûte et cordes seule – plus tardive d’une bonne décennie par rapport aux autres – ne fait appel qu’à un petit effectif, là ou les trois ici présentées nécessitent un orchestre d’ampleur, même avec trompettes et timbales pour deux d’entre elles. Alfredo Bernardini et son ensemble Zefiro ont donc choisi, à la place de la Deuxième, de nous proposer deux Ouvertures (à la française, avec un brin de pompe et de solennité donc) réécrites pour orchestre seul à partir des ouvertures chorales de deux cantates ; on sait que Bach lui-même recyclait des mouvements de cantates vers les pièces orchestrales et vice-versa, l’exercice n’a donc rien, mais alors rien de rien, d’une quelconque trahison. Bien au contraire : on se retrouve avec une tout nouvelle pièce du Cantor, comme conçue de sa main. © SM/Qobuz