Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,49 €
CD10,99 €

Quatuors - Paru le 7 juillet 2017 | Coviello Classics

Hi-Res Livret
On suppose que ces Quatuors, Op. 8 parus au début de 1772 à Londres furent destinés au hautboïste Johann Christian Fischer, arrivé dans la capitale anglaise en 1768, ou à Johann Baptist Wendling, flûtiste dans l'orchestre de Mannheim, qui y séjournait également depuis l'année précédente. Mais on a récemment découvert des manuscrits de cinq de ces quatuors, où l'alto est remplacé par la viole de gambe — dont la partie est d'ailleurs manquante dans ces partitions (elle a été reconstituée par Thomas Fritzsch) — : le gambiste virtuose Carl Friedrich Abel, qui était très lié à Jean-Chrétien Bach, les aurait-il donc joués ? Ils sont ici très bien défendus par les quatre interprètes.« [...] Sauf erreur, cet opus 8 n'a jamais été enregistré intégralement. C'est donc une sorte de première mondiale qu'on a ici, réalisée dans les meilleures conditions par des instrumentistes tout à fait à la hauteur. » (Classica, février 2018 / Marc Vignal)