Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

7 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique, Various Composers, Robert Schumann, Decca Music Group Ltd. et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Le grand écart. A l'automne dernier, Renée Fleming s'était consacrée à la comédie musicale de Broadway, sous la houlette du BBC Concert Orchestra emmené par Rob Fisher, mélangeant des pages de Jerome Kern, Richard Rogers, Andrew Lloyd Webber, Stephen Sondheim et quelques autres plus méconnus par ici. Un peu inattendu et bienvenu. Avec ce nouvel opus, la soprano américaine retourne à un répertoire plus traditionnel, et en l'occurrence propose une très belle sélection de Lieder de Brahms, puis de Schumann le cycle entier des Frauenliebe und -Leben Op. 42, et enfin, de Mahler, les Rückert-Lieder, dans leur version orchestrale où Christian Thielemann dirige pour l'occasion les Münchner Philharmoniker. Le timbre de Renée Fleming est aujourd'hui parfaitement crépusculaire, automnal, ce qui peut convenir à tous ces Lieder teintés d'une forte mélancolie. Les accompagnements d'Hartmut Höll sont très beaux (tout spécialement dans Brahms), et la direction de Thielemann souvent poétique. © Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 mai 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 15 mai 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Depuis ses grands débuts à Salzbourg voici vingt ans dans le rôle de Suzanne des Noces avec Harnoncourt, le nom de la soprano allemande Dorothea Röschmann n’a jamais cessé d’apparaître au firmament de toutes les grandes scènes lyriques planétaires. Ce qui ne l’empêche pourtant pas de se consacrer très largement aussi aux répertoires plus confidentiels de la cantate, de l’oratorio et du lied. C’est ici avec Schumann qu’on peut la retrouver, avec combien de plaisir, dans deux grands cycles de 1840, à commencer par le « Liederkreis » sur des poèmes de Eichendorff, un assemblage de lieder assez sombres et souvent contemplatifs que l’on peut aisément donner séparément, le lien textuel restant assez diffus. Suit le cycle le plus compact qui soit de Schumann, L’Amour et la vie d’une femme, puisque d’un poème à l’autre l’auditeur est invité à suivre le parcours d’une femme, de la première rencontre amoureuse à la cruelle absence du compagnon disparu. En contrepoint avec ces deux cycles de Schumann, Dorothea Röschmann et sa pianiste Mitsuko Uchida ont choisi sept lieder de jeunesse de Berg, des pièces que le compositeur avait lui-même rassemblées bien plus tard, remaniées, orchestrées et re-réduites pour piano à partir de l’orchestration. Si, musicalement, les sept pièces ne présentent pas de continuité particulière si ce n’est leur langage hésitant entre tonalité, atonalité et expressionnisme, tous les textes évoquent des scènes crépusculaires. © SM/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res