Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 23 février 2015 | Warner Classics

Hi-Res
Rien moins que dix-neuf contre-uts, voilà ce que promet le pitch du label pour vanter les mérites du ténor héroïque et états-unien Bryan Hymel (* 1979) ; osons contrer que ce n’est pas là un argument, d’autant que la voix de l’artiste mérite cent fois mieux que d’être ainsi jetée en pâture aux amateurs de simple performance olympico-vocale. Hymel, dont la jeune carrière s’étend déjà aux plus prestigieuses scènes mondiales, se montre particulièrement à l’aise dans le répertoire français – son accent est, chose rare chez les anglophones natifs, impeccable ; peut-être est-ce sa naissance nouvelle-orléanaise ? – évite les écueils de l’émission et du style « à l’italienne » et ses gloussements bouffons, ports de voix intempestifs, sanglots huileux, pour proposer une lecture à la fois limpide et puissante de ces airs du grand opéra à la française : Massenet, Meyerbeer, les Rossini et Verdi conçus en français, Berlioz bien entendu, avec quelques incursions aussi dans des œuvres négligées que sont Sigurd de Reyer, L’Ataque du moulin de Bruneau ou Rolande et le mauvais garçon de Rabaud, de petits bijoux bien trop négligés par les scènes françaises qui seraient bien inspirées de mieux servir le fonds lyrique français. Et c’est un Etats-Unien qui vient nous le rappeler, avec talent et dévouement. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 26 octobre 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Qobuzissime
La mezzo-soprano française Marianne Crebassa (*1986) fit ses débuts en musique non pas par le chant mais par le piano puis la musicologie. Mais ses talents de chanteuse, qu’elle a bien tôt cultivés, ne passent pas inaperçus et elle fait bientôt ses débuts à l’Opéra de Montpellier, puis dans de grandes œuvres comme Le Martyre de saint Sébastien, La Traviata, Lucio Silla et autres, ce qui lui ouvre rapidement les portes de l’atelier lyrique de l’Opéra-Bastille. C’est là qu’elle fait ses armes, de Lulu de Berg à Tamerlano de Haendel, démontrant ainsi son éclectisme stylistique. À sa sortie de l’atelier, elle est aussitôt invitée à Salzbourg, Vienne, Milan, Amsterdam ou Chicago. Voici son premier enregistrement, un florilège d’airs avec l’orchestre du Mozarteum de Salzbourg, où elle nous offre de voyager dans nombreux rôles dont plusieurs sont des rôles « d’homme » : Siebel, Nicklausse, Lazuli, Stéphano, Orphée ; bref, les rôles qui font actuellement sa gloire sur scène. © SM/Qobuz[…] C’est à nouveau Minkowski qui veille aujourd’hui sur le premier récital de Marianne Crebassa, d’un geste toujours aussi amoureux de la voix, du théâtre et des affects. Or, des affects, il y en a beaucoup dans l’art de la jeune mezzo dont le timbre, gorgé de couleurs veloutées et cuivrées, est de ceux, fort rares, qui laissent transparaître tout un monde intérieur. On pense à Berganza, Von Stade, Von Otter… comparaisons qui en disent assez long sur la nature exceptionnelle de ce talent. Programme tout en pantalon, de Mozart à Reynaldo Hahn. La jeune mezzo compose une galerie de rôles travestis si parfaite qu’elle semble plaider pour la théorie du genre […] (Diapason, novembre 2016 / Emmanuel Dupuy)
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 27 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« Cette authentique belcantiste est une superstar en devenir. Outre les plus grandes qualités vocales, et malgré sa jeunesse, sa maîtrise technique, évidente dans ce « Spargi d’amaro pianto » est à couper le souffle.» (Classica, novembre 2017)
HI-RES14,49 €
CD12,49 €

Opéra - Paru le 19 septembre 2014 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Les bandes mères EMI de Maria Callas — rapidement numérisées pour les besoins du CD, il y a plus de 25 ans, avec force applications de filtres pour camoufler les défauts sonores (distorsions ou autres) — sont passées dans les mains expertes des techniciens d’Abbey Road pour nous rendre aujourd’hui, sous étiquette Warner Classics, des enregistrements au plus proche de leur son originel. Le gain sonore est indéniable, que ce soit par la suppression des bruits parasites ou le traitement des sons saturés sans pour autant altérer les sons harmoniques naturels. De plus, cette décision de remastériser tout Callas a permis de retrouver des masters qu’on croyait disparus — perte désastreuse ayant entraîné des copies de copies… Mais qui dit plus grande définition et propreté du son dit meilleure perception des détails, en bonne ou mauvaise part. Si l’on discerne plus nettement les nuances, les écarts de dynamique, les plans sonores et que l’on gagne plus de fidélité dans les timbres, on entend davantage tous les défauts ; pour la Callas, si sa voix semble plus dramatique, plus lumineuse, plus présente, et son phrasé plus magnifique encore, elle se dévoile en même temps dans sa vérité, avec son acidité, ses fêlures. Grâce à un son fidèlement rajeuni, des enregistrements comme La Tosca, Madame Butterfly, Le Trouvère, Le Barbier de Séville…, entre autres, apparaissent comme jamais irremplaçables. © Qobuz - 09/2014
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 février 2019 | Opera Rara

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Héritier désigné de Luciano Pavarotti, le ténor napolitain Vittorio Grigolo se penche sur quelques-uns des plus emblématiques airs d'opéras français après un récital de variétés (In the Hands of Love), deux épisodes italiens (The Italian Tenor et le plus varié Arrivederci) puis un recueil de chants sacrés (Ave Maria). Si le chanteur connu pour son énergie sportive a tenu ses promesses sur scène, ses enregistrements ne furent pas aussi heureux, malgré un indéniable plébiscite public.Cette douzaine d'extraits, survenant deux mois après le magnifique L'Amour de son concurrent direct Juan Diego Flórez, a le mérite de posséder une sélection attrayante entre les airs incontournables et quelques découvertes. Pour deux passages de Manon et Roméo et Juliette ou un de Werther, Faust, Carmen et Les Contes d'Hoffmann, sont proposés un échantillon du Cid de Massenet et deux pièces signées Meyerbeer (L'Africaine) et Halévy (La Juive). Au jeu des comparaisons avec le récital du ténor péruvien, The Romantic Hero (dommage pour ce titre international) abrite en commun les airs « Pourquoi me réveiller », tiré du Werther de Massenet, et « L'amour, l'amour...Ah, lève-toi soleil », du Roméo et Juliette de Gounod. La diction parfaite de Grigolo, moins quelques « r » trop bien roulés, s'ajuste à un accompagnement plutôt discret de l'Orchestre symphonique de la RAI, conduit par Evelino Pido. Au chapitre des classiques, « La fleur que tu m'avais jetée » (Carmen), « Quel trouble inconnu... » (Faust), « Je suis seul...Ah fuyez, douce image » (Manon) et « O Dieu, quelle ivresse » (Les Contes d'Hoffmann) méritent leur présence. Le florilège est également bonifié par l'apparition de l'épouse du ténor, Sonya Yoncheva, sur « En fermant les yeux...c'est un rêve » (Manon) et « Va ! je t'ai pardonné...Nuit d'hyménée » (Roméo et Juliette) et de la récitante Alessandra Martines. Le projet abordé avec sérieux se révèle digne de la réputation scénique de Vittorio Grigolo. © Loïc Picaud / Music-Story
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 décembre 2015 | Sony Classical

Hi-Res