Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

2 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique, Choc de Classica, Various Composers, Charles Gounod, 24 bits / 96 kHz - Stereo et 10,00 € à 20,00 €
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 27 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« Cette authentique belcantiste est une superstar en devenir. Outre les plus grandes qualités vocales, et malgré sa jeunesse, sa maîtrise technique, évidente dans ce « Spargi d’amaro pianto » est à couper le souffle.» (Classica, novembre 2017)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 16 mai 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Héritier désigné de Luciano Pavarotti, le ténor napolitain Vittorio Grigolo se penche sur quelques-uns des plus emblématiques airs d'opéras français après un récital de variétés (In the Hands of Love), deux épisodes italiens (The Italian Tenor et le plus varié Arrivederci) puis un recueil de chants sacrés (Ave Maria). Si le chanteur connu pour son énergie sportive a tenu ses promesses sur scène, ses enregistrements ne furent pas aussi heureux, malgré un indéniable plébiscite public.Cette douzaine d'extraits, survenant deux mois après le magnifique L'Amour de son concurrent direct Juan Diego Flórez, a le mérite de posséder une sélection attrayante entre les airs incontournables et quelques découvertes. Pour deux passages de Manon et Roméo et Juliette ou un de Werther, Faust, Carmen et Les Contes d'Hoffmann, sont proposés un échantillon du Cid de Massenet et deux pièces signées Meyerbeer (L'Africaine) et Halévy (La Juive). Au jeu des comparaisons avec le récital du ténor péruvien, The Romantic Hero (dommage pour ce titre international) abrite en commun les airs « Pourquoi me réveiller », tiré du Werther de Massenet, et « L'amour, l'amour...Ah, lève-toi soleil », du Roméo et Juliette de Gounod. La diction parfaite de Grigolo, moins quelques « r » trop bien roulés, s'ajuste à un accompagnement plutôt discret de l'Orchestre symphonique de la RAI, conduit par Evelino Pido. Au chapitre des classiques, « La fleur que tu m'avais jetée » (Carmen), « Quel trouble inconnu... » (Faust), « Je suis seul...Ah fuyez, douce image » (Manon) et « O Dieu, quelle ivresse » (Les Contes d'Hoffmann) méritent leur présence. Le florilège est également bonifié par l'apparition de l'épouse du ténor, Sonya Yoncheva, sur « En fermant les yeux...c'est un rêve » (Manon) et « Va ! je t'ai pardonné...Nuit d'hyménée » (Roméo et Juliette) et de la récitante Alessandra Martines. Le projet abordé avec sérieux se révèle digne de la réputation scénique de Vittorio Grigolo. © Loïc Picaud / Music-Story