Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du plus récent au moins récent et filtré par Classique, 5 de Diapason, Johannes Brahms, Academy of St Martin in the Fields, Sony Classical et 24 bits / 96 kHz - Stereo
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 30 septembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Liés par près de trente ans d’amitié, Joshua Bell et Steven Isserlis trouvent, dès la combinaison de rythmes binaire et ternaire énoncée au début du Double Concerto en la mineur (1887), le ton chambriste le plus à même de révéler de nouvelles alliances de couleurs, de nouveaux assemblages de tonalités dans une œuvre assez austère, aux tutti d’orchestre clairement ponctués. Capables de s’associer sur de longues périodes en parfaite intelligence, les deux solistes couvrent une échelle de nuances et des possibilités d’expression étendues. [...] Les thèmes de l’Allegro initial, pour la plupart articulés en courtes phrases, sont ici magnifiquement diversifiés et les courses impétueuses d’arpèges, de gammes unissant les deux archets les cascades de trilles, le jeu sur plusieurs cordes sont mis en avant par la présence discrète et équilibrée de l’Academy of St Martin in the Fields. [...] » (Diapason, janvier 2017 / Patrick Szersnovicz)