Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2015 | EPR-Classic

Hi-Res Livret
Premier volet d’une collection de six volets consacrés aux duos de Schubert et Brahms pour violoncelle et piano. Comment-comment, rétorqueront les qobuzonautes les plus avisés, mais entre les deux compositeurs, il n’existe en tout et pour tout que deux Sonates de Brahms et la sonate « Arpeggione » de Schubert, si l’on veut bien assimiler l’arpeggione à un violoncelle. Le reste… Eh bien qu’à cela ne tienne, le violoncelliste Pieter Wispelwey et son pianiste habituel Paolo Giacometti ont donc décidé de faire ce qui se fait depuis toujours, à savoir user de transcription. Et subitement, on se trouve à la tête de plusieurs fantaisies de Schubert décrochées du duo violon-piano, les sonates de Brahms pour clarinette ou alto, quelques autres pièces dérivées du duo flûte-piano. En complément de ce premier volet qui comporte en particulier la Deuxième Sonate de Brahms pour clarinette et la phénoménale Fantaisie en ut majeur transcrite de son violon-piano initial, quelques pièces de Max Reger (ici des extraits de Suites pour violoncelle solo) servent de référence postromantique. Alors n’hésitez pas à suivre nos deux compères dans ce beau voyage auquel Brahms et Schubert auraient bien évidemment souscrit des deux mains. © SM/Qobuz