Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

2 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique, Anonymous, Toccata Classics et 24 bits / 44.1 kHz - Stereo
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 juin 2016 | Toccata Classics

Hi-Res
Si tout le monde connaît dorénavant (ou devrait connaître) les symphonies de Martinů, ainsi que quelques immenses poèmes symphoniques tels que les Fresques de Piero della Francesca, on continue d’ignorer une forte partie de son œuvre orchestrale de la première maturité – que voici enregistrée en plusieurs volumes. On y découvrira que déjà en 1915 ou 1920, Martinů écrivait du Martinů de première qualité, avec son immanquable griffe personnelle – même si l’orchestre peut parfois encore faire penser à Josef Suk, parfois Debussy, ou encore au Rachmaninov de L’Île des morts. D’ailleurs, la ballade Villa en bord de mer (Vol. 3) évoque précisément un tableau de Böcklin, comme le chef-d’œuvre de Rachmaninov, deux tableaux fort semblables ! Veuillez noter que c’est là une première discographique (car cela existe encore pour Martinů ! Invraisemblable), ainsi que le très inquiétant Míjející půlnoc (« Minuit disparaissant », Vol. 3), un magnifique tour de force orchestral. L’Ombre (Vol. 2), ballet de 1916, s’amuse parfois avec les idiomes baroques – on sait que Martinů puisera souvent chez les anciens, toujours avec une originalité sonore folle. Des ouvrages indispensables pour tout fan de ce compositeur qui, décidément, a encore bien des tours dans son sac. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 août 2016 | Toccata Classics

Hi-Res