Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

770 albums triés par Plus distingués et filtrés par Classique, Depuis 1 an et 0,00 € à 5,00 €
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 février 2019 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Certes, la figure tutélaire la plus indéboulonnable de la musique classique brésilienne restera toujours Villa-Lobos. Mais c’est sans compter avec le véritable fondateur de l’école musicale nationale du pays que fut Alberto Nepomuceno – qui fut d’ailleurs un infatigable mentor et ami de l’indéboulonnable en question ! Dès les années 1890, sous l’impulsion de Grieg, il se mit à explorer le monde infini de la musique traditionnelle et populaire de son pays, qu’il intégra ensuite dans son langage – timidement d’abord, puis de manière toujours plus hardie : Villa-Lobos, en quelque sorte, n’eut plus qu’à cueillir les fruits des arbres plantés par son illustre prédécesseur. Considérez également que rien moins que Richard Strauss avait dirigé à l’Opéra de Rio, lors de sa première tournée en Amérique du Sud, l’ouverture d’O Garatuja – présentée sur cet album –, quelques jours avant la disparition prématurée du compositeur. Sa Série Brasileira de 1897 ouvre la voie à bien des brasilianismes que l’on retrouvera par la suite, par exemple chez Milhaud, avec l’utilisation de thématiques directement reprises de la musique des rues d’alors, y compris l’instrumentarium de percussions le plus populaire qui soit. Le tout dans une écriture orchestrale tirée à quatre épingles, évident témoignage de l’excellent enseignement que reçut Nepomuceno lors de son long séjour en Europe – Allemagne où il dirigea même le Philharmonique de Berlin avec deux de ses œuvres, Autriche (une fameuse rencontre avec Mahler !), France (il était ami avec Debussy, Saint-Saëns ou d’Indy), Norvège, Suisse ou Belgique. C’est ici l’Orchestre Philharmonique de l’Etat du Minas Gerais qui officie, un tout à fait excellent orchestre basé à Belo Horizonte. © SM/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Concertos pour violon - Paru le 10 mai 2019 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Des nuances bien choisies et une excellente coordination avec un orchestre à l'éloquence structurée peaufinent cette version de grande classe du Concerto pour violon, qu'un soupçon de pudeur dans l'Adagio aurait hissée au premier rang. [...] Soutenus par un chef précis et inspiré, les deux solistes s'unissent dans un dialogue captivant. La cohésion des archets et des vibratos, comme celle des âmes qui rivalisent de passion, autant que l'équilibre entre solistes et orchestre sont un modèle du genre. Superbe.» (Diapason, octobre 2019 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 novembre 2018 | Indésens

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Vers le crépuscule de sa vie, Brahms avait quasiment cessé de composer : entre 1887 et 1891, ce seraient quelques Lieder, quelques pièces pour piano, quelques chœurs. Puis, en 1891, il rencontre le clarinettiste Richard Mühlefeld qui lui donne une nouvelle inspiration, puisqu’en quelques deux ou trois ans, il écrira le Trio avec clarinette, le Quintette avec clarinette et les deux Sonates pour clarinette et piano, ses quatre ultimes œuvres de musique de chambre. Entre élégance et sublime retenue, richesse distillée note après note, pas une de trop, ce sont là le summum de l’art romantique tardif du vieux lion. Considérons bien sûr que 1894, l’année des deux Sonates, est également celui du Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy qui ouvre, six ans avant la date, le XXe siècle, tandis que Brahms, six ans d’avance aussi, referme son propre XIXe siècle. Le clarinettiste Pascal Moraguès se saisit du Trio et des deux Sonates, au piano – on ne peut pas parler de simple accompagnement dans une musique si égalitaire entre les protagonistes – Frank Braley, au violoncelle Christian Poltéra pour le Trio. Trois musiciens d’exception qui savent si merveilleusement se mettre au service de la musique… © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Électronique ou concrète - Paru le 8 février 2019 | YELLOWELECTRIC

Hi-Res Distinctions Pitchfork: Best New Music
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 14 décembre 2018 | Indésens

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 14 décembre 2018 | Arts & Crafts Productions Inc.

Hi-Res
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 décembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Au fil de sa carrière, George Onslow (1784-1853) composa trente quatre quintettes, autant de quatuors à cordes, dix trios avec piano, quatre symphonies, des pièces vocales ; dans l’ensemble, son œuvre couvre surtout le genre de la musique de chambre, d’autant qu’en tant que « gentleman-musicien », l’indépendance financière ne le forçait pas à composer pour vivre ; il pouvait se permettre de s’abandonner à son goût pour les concerts privés au cours desquels il jouait autant du piano que du violoncelle. Son langage embrasse deux grands courants : la musique française et l’allemande, l’un pour la clarté du propos, l’autre pour la richesse polyphonique et l’écriture instrumentale. Les deux quintettes de ce troisième volume appartiennent à l’ultime maturité du compositeur, aux alentours de 1847, comme à la sphère plus germanique d’un Mendelssohn. Comme le quintette présentait le format idéal pour des concerts domestiques, les œuvres publiées offraient une certaine souplesse quant à l’effectif exigé. En l’occurrence, il était tout à fait possible de remplacer le second violoncelliste par une contrebasse, ainsi que le suggère la partition imprimée. C’est dans cette configuration que nous le propose le Quintette Elan, dont c’est précisément l’effectif fondamental. La contrebasse apporte une sonorité opulente à l’ensemble, conférant parfois au discours un caractère quasi orchestral. Voilà bien un compositeur qu’il convient de redécouvrir sans tarder. © SM/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Avec le splendide Coucher de soleil (1917) du peintre soviétique Arkady Rylov, le visuel de la pochette annonce la couleur. La musique de Dmitri Kabalevski (1904-1987), violente et colorée, suit à la lettre les préceptes du « réalisme socialiste », même après le début de détente des années 1980 où tous ses collègues se détournent des orientations officielles. Influencée par la musique française de son temps, en particulier celle de Poulenc et du Groupe des Six, et celle des compositeurs russes émigrés (Stravinsky et Prokofiev), la musique symphonique et instrumentale de Kabalevski semble mieux résister à l’épreuve du temps que ses musiques de circonstances célébrant la gloire de l’Union Soviétique. Encadrées par deux ouvertures, notamment celle très réussie de son opéra Colas Breugnon, les Symphonies n° 1 et n° 2, quoique très différentes, datent toutes les deux du début des années 1930. Composée pour le quinzième anniversaire de la Révolution d’Octobre, la première semble être une épopée sans texte alors que la seconde, écrite en 1934, est de la pure musique, détachée de toute connotation politique. Créée par Albert Coates à Moscou, elle sera dirigée dès 1942 par Arturo Toscanini à New York, toujours à l’affût des œuvres nouvelles provenant de l’Union Soviétique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES4,49 €
CD2,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Mezzoforte

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES10,49 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Calliope Records

Hi-Res Livret
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES5,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res
HI-RES4,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res