Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD1,99 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
Cette avant-garde là semble bien futile et bien inoffensive aujourd’hui. C’est pourtant sous ce titre que la pianiste berlinoise Corinna Simon propose « L’Album des Six », une publication commune due au sens du marketing d’un éditeur français en 1920. En fait, aucune pièce n’avait été écrite spécialement pour l’occasion et la réunion arbitraire d’œuvres de Durey, Auric, Honegger, Milhaud, Poulenc et Tailleferre renforçait le mythe d’un groupe de sympathiques jeune fille et jeunes hommes réunis par le hasard d’un concert et rendu populaire grâce à la plume du critique Henri Collet, immédiatement suivi par Jean Cocteau. Les six jeunes musiciens étaient soudés par une franche camaraderie, mais sans esthétique commune. Toutefois l’intérêt de cet enregistrement dépasse la simple curiosité historique, car l’inlassable curiosité de la pianiste allemande l’incite à compléter ce bref album par une série de pièces des six compositeurs, assez rares et très représentatives d’une génération qui voulait voler de ses propres ailes en essayant de contourner les figures tutélaires de Debussy et de Ravel. La recherche de simplicité, qui était peut-être le seul vrai point commun des Six, emporte l’adhésion par sa fraîcheur, sans oublier une certaine naïveté qui donnait de l’importance à la frivolité. C’est le miroir d’une France insouciante qui s’amusait d’un rien en croyant à son avenir. Signalons que Corinna Simon a réalisé également une très belle intégrale de l’œuvre pour piano de Witold Lutoslawski, à connaître. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret
Élève de Zakhar Bron et de Robert Zimansky, le jeune violoniste suisse poursuit son irrésistible ascension en cumulant deux rôles aussi différents que soliste international et quartettiste au sein du Stradivari Quartet, dont il est le second violon. Basé à Zurich, il reste en contact étroit avec son canton d’origine, l’Argovie, où il dirige sa propre série de concerts. Après plusieurs enregistrements très remarqués, comme celui du Concerto en ré majeur de Beethoven en version intimiste avec l’ensemble helvétique CHAARTS (= CHAmber ARTistS) qui joue sans chef, le voici, toujours sous étiquette RCA, dans les concertos de Mendelssohn et Britten, sous la direction d’un chef, en l’occurrence le britannique Andrew Litton à la tête de l’Orchestre Royal de Liverpool. Brandissant son magnifique Guadagnini de 1776 qui lui est prêté par un mécène suisse, Sebastian Bohren arbore un sourire malicieux sur la pochette, comme pour nous dire sa joie d’être dans la cour des grands et de pouvoir présenter un couplage sortant de l’ordinaire. Le célébrissime Concerto en mi mineur de Mendelssohn, que le compositeur dirigea à Londres en présence de la reine Victoria, tend la main à celui que le jeune Britten écrivit en 1938 en partie en Angleterre et aux États-Unis. S’il a mis du temps à s’imposer, le Concerto Op. 15 de Britten entre peu à peu au répertoire des violonistes actuels qui ont réussi à surmonter ses difficultés techniques tout en comprenant parfaitement que son enjeu n’était pas de briller sur l’estrade mais d’atteindre les couches les plus profondes de la conscience. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res Livret