Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

166 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique, Channel Classics Records et Depuis 1 an
HI-RES27,00 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Voici rien moins que le vingt-septième album de l’ensemble britannique Florilegium pour le label Channel Classics, témoignage d’un éclatant succès que viendra conforter cet enregistrement des Essercizii Musici. Le titre complet de cette collection de Telemann est « Divertissements musicaux, consistant en 12 solos et 12 sonates en trio pour divers instruments ». Même si en réalité parmi les douze « solos » (qui se jouent à deux : flûte ou hautbois et continuo) se trouvent deux pièces pour clavecin vraiment solo, donc un total de vingt-deux morceaux de musique de chambre. Il s’agit de pièces d’usage pratique et domestique, que le compositeur avait publiées à compte d’auteur vers 1740, semble-t-il, pour éponger les dettes de sa chère et tendre, incorrigible joueuse avec laquelle il ne vivait certes plus, mais il payait quand même… Outre ces dettes, la parution des Essercizii avait aussi pour objectif de capter le juteux marché des grands bourgeois et amateurs hambourgeois qui passaient les longues soirées d’hiver à jouer de la musique contemporaine, et celle de Telemann était particulièrement goûtée, car fort bien écrite, pas trop virtuose mais toujours sonore et flatteuse pour l’oreille. Florilegium nous donnent ici onze des vingt-quatre sonates que compte le recueil, mêlant les sonates en solo et trios (qui se jouent bien à trois : flûte, gambe et continuo) – une riche musique qui prouve encore une fois que Telemann savait sans cesse se renouveler quelle que soit l’invraisemblable ampleur de son catalogue. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 22 juin 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Si le Divertimento pour orchestre à cordes de Bartók, écrit en 1939 chez et pour Paul Sacher en Suisse, est bel et bien conçu pour un ensemble de cordes, le Quintette Op. 111 de Brahms, de 1890, est initialement destiné à cinq solistes, mais l’Amsterdam Sinfonietta le joue ici en formation d’orchestre de chambre. Sans doute est-ce là pour en souligner l’aspect orchestral et la richesse d’écriture, et en effet l’ensemble le prouve avec brio. La juxtaposition de ces deux chefs-d’œuvre n’est pas due au hasard : Brahms déroule un idiome « faux-hongrois », hérité des tziganes des cafés de Vienne et souvent en empruntant de véritables mélodies glanées, tandis que Bartók déroule – du moins dans les premier et dernier mouvements – un véritable idiome hongrois, si ce n’est que son folklore est largement imaginaire. La deuxième partie de ce Divertimento, lui, est l’une des choses les plus abyssalement tristes qui se puisse imaginer, avec cette lente et inexorable marche emplie de lourdes harmonies et de plaintes du fond de l’âme. On remarquera que le Sinfonietta, mené du violon par Candida Thompson, n’hésite pas à transformer la fin des trilles en glissandos, ce que la partition ne demande certes pas, mais qui offre un stupéfiant surcroît de lamentation au passage. Bartók, quelques semaines avant qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, laissait-il libre cours à sa tristesse de quitter la Hongrie, l’Europe et bientôt la vie ? Le mouvement ultime, certes gai et dansant, semble presque une fuite en avant. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Rachel Podger (violon & direction) - Judith Steenbrink (2e violon) - Holland Baroque Society
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Musique concertante - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Ce nouvel enregistrement, venu du Pays de Galles, sous la direction de la violoniste Rachel Podger et de ses amis musiciens du Brecon Baroque, est dans la continuité du précédent consacré aux concertos pour violon de Bach. Cette fois, ce sont les doubles et triple concertos très proches des Concertos Brandebourgeois dans leur écriture, où chaque voix devient soliste à son tour. Une version lumineuse, intimiste, de la musique de chambre avec un seul musicien par partie dans le ripieno. Prise de son pleine de chaleur et de naturel. FH
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Avec l’un des tout meilleurs orchestres au monde, le Budapest Festival Orchestra, l’un des plus passionnants chefs d’aujourd’hui, Iván Fischer nous propose une des plus belles lectures récentes de l’intégralité du Songe d’une nuit d’été de Mendelssohn. Autrement dit : d’abord l’Ouverture, phénoménal coup de génie d’un jeune homme de dix-sept ans – dont on se demande où diable il a pu trouver toutes ces inventions orchestrales, car en 1826, les modèles étaient rares et Berlioz n’avait pas encore fait son entrée. Ensuite, le reste qui fut composé seize ans plus tard, à l’occasion de la présentation scénique de la pièce de Shakespeare avec interludes musicaux : treize pièces très diverses, allant du fabuleux Scherzo – un sommet de finesse et d’invention orchestrale – à de délicieux moments chantés, en passant par une marche funèbre pré-mahlérienne (on pense au Frère Jacques de la Première Symphonie de Mahler, bien sûr), la presque trop célèbre marche nuptiale, la danse des grotesques et tant d’autres. Il fait peu de doute que c’est là sinon le plus grand chef-d’œuvre de Mendelssohn, sinon au moins l’un de ses absolus sommets. Et le voici dans une interprétation réellement irrésistible. © SM/Qobuz
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
" Le Mahler à fleur de peau mais jamais hystérique, propice à la nostalgie, d'Ivan Fischer ne fera sans doute pas l'unanimité. Une fois encore, il nous fascine par sa singularité même, partagée avec un orchestre aux saveurs entêtantes. [...] Il faut écouter cet enregistrement comme un tout. C'est ainsi qu'il livrera son suc. Ce n'est pas la surface qui intéresse Ivan Fischer : il va au cœur du message mahlérien et le fait avec un sentiment d'évidence qui remettrait presque au goût du jour la notion, volontiers contestée, d'authenticité. [...] Il y a décidément un style Ivan Fischer dans Mahler, qui n'appartient aujourd'hui à personne d'autre. [...] Oui, cette version prend tout son temps, oui elle manque parfois de tranchant, mais ce que l'on gagne en contrepartie — le charme, la sensibilité, la nostalgie — compense au centuple. " (Diapason, janvier 2014 / Christian Merlin)
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Cette rétrospective Stravinski confronte des périodes aussi diverses qu'enrichissantes de la vie du compositeur, de la partition majeure que demeurent les Tableaux païens du Sacre du Printemps (1913) au Tango (1940). Ivan Fischer et son Orchestre du Festival de Budapest valorisent l'aspect rugueux de l'orchestration stravinskienne, sa perpétuelle inventivité coloriste, plutôt que la simple poésie narrative (L'Oiseau de feu), sans pourtant en sacrifier la tendresse et la chaleur intrinsèque de ces partitions éternelles. L'orchestre est impressionnant par sa virtuosité. Un complément aux grands enregistrements historiques de Dorati ou Ansermet, par exemple.
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Hi-Res Audio
De l'univers malhérien, dont il poursuit ici l'exploration avec la Symphonie n° 1, après les Deuxième, Quatrième et Sixième, Iván Fischer privilégie une conception fortement colorée. La direction du chef hongrois valorise les teintes rougeoyantes de son orchestre (Kräftig) ainsi que des tenues d'archets parfois inhabituelles (Feierlich und gemessen), et souligne ainsi l'élégance parfois rustique de l'écriture malhérienne. Une interprétation passionnante, et, qui déploie une énergie moderniste enthousiasmante !
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret
Mahler : Symphony No. 2 in C-Minor "Resurrection"
HI-RES18,00 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 10 septembre 2018 | Channel Classics Records

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio