Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

4435 albums triés par Date : du moins récent au plus récent et filtrés par Classique et Depuis 1 an
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2018 | Zealrecords

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2018 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2018 | Kristoffer Wallin

Hi-Res
17,99 €
13,49 €

Musique de chambre - Paru le 1 mars 2018 | Rattle

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Extraits d'opéra - Paru le 2 mars 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
C’est un peu un de ces contes de fées dont le monde lyrique a le secret. Inconnue, à peine sortie de l’Académie lyrique de la Scala, la mezzo-soprano géorgienne Anita Rachvelishvili se voyait confier par Barenboim le rôle-titre de Carmen, aux côtés de Jonas Kaufmann : la carrière internationale s’ouvrait devant la jeune cantatrice. On l’entendra donc ici dans nombre de grands airs d’opéra, dont bien entendu les tubes de Carmen, mais aussi les deux grands airs de Samson et Dalila de Saint-Saëns, une paire de Verdi, un brin de Mascagni, du Rimski – moins souvent donné, il faut bien l’avouer – et une rareté de son compatriote Dimitri Arakishvili (1873-1953) dont le style est solidement ancré dans la Russie de son temps, avec quelques inflexions sans doute plus régionales. Depuis 2009, elle a déjà chanté le rôle de Carmen quelque trois cent fois, et on ne peut que lui souhaiter de ne jamais s’y laisser enferrer – d’où Santuzza, Eboli, Dalila, autrement dit les grands personnages du répertoire de mezzo dramatique. © SM/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res Livret
6,49 €
5,49 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | MUNCHNER PHILHARMONIKER GBR

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Claves Records

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
0,99 €
0,49 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Ana & Sven

Hi-Res
11,99 €
7,99 €

Électronique ou concrète - Paru le 2 mars 2018 | Ecstatic Recordings

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Groupe Analekta, Inc

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - Paru le 2 mars 2018 | Resonus Classics

Hi-Res Livret
1,49 €
0,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | NYCGB

Hi-Res
8,94 €
5,94 €

Électronique ou concrète - Paru le 2 mars 2018 | Rymatica Entertainment

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 mars 2018 | Passacaille

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
39,99 €
33,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Ce coffret de onze heures de musique célèbre le 90e anniversaire de la mezzo-soprano allemande Christa Ludwig, dont la phénoménale carrière entre 1950 et 1990 n’a cessé de susciter l’admiration d’un nombre grandissant de mélomanes et bien sûr de ses collègues. Elle a collaboré avec les plus grands musiciens de son temps, on garde en tête les noms d’Herbert von Karajan, Leonard Bernstein, Otto Klemperer ; elle s’illustra aussi dans le genre du lied avec un génie comparable à celui d’Elisabeth Schwarzkopf ou Dietrich Fischer-Dieskau – avec lesquels elle put travailler régulièrement – comme en témoignent ici ses enregistrements avec Gerald Moore ou Geoffrey Parsons. Remarque sur les inédits de la présente édition : certaines interprétations se trouvent ici publiées pour la toute première fois*. Il s’agit des lieder avec orchestre d’Alban Berg (pistes 144 à 146), Max Reger (piste 137) et Richard Wagner (piste 124) ainsi que des lieder avec piano d’Hugo Wolf (piste 14), Franz Schubert (pistes 15 et 16, 62 à 66) et du Chant de Noël (piste 89), lesquels avaient été en leur temps laissés de côté soit en raison de la durée limitée des 33 tours, soit par simple décision du directeur artistique. Sont publiés pour la première fois depuis l’ère du LP l’Air de Gluck (piste 88), plusieurs lieder de Brahms (pistes 15 à 19, pistes 104 et 107). Le récital Brahms que Christa Ludwig enregistra aux côtés de Walter Berry apparaît ici – depuis sa publication originelle – pour la première fois dans son intégralité (à partir de la piste 67 jusqu’à la piste 89 déjà mentionnée ci-dessus). © Qobuz
14,99 €
9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 9 mars 2018 | Arcana

Hi-Res Livret Distinctions Diapason découverte
Mais oui, il existe encore des œuvres de Pergolesi enregistrées en première discographique mondiale, en ce XXIe siècle ! On a peine à croire que ces ouvrages soient restés négligés depuis presque trois siècles ; comme si son presque trop célébrissime Stabat Mater avait relégué le reste de l’ample production du compositeur dans l’ombre ! Toujours est-il que ces deux œuvres sacrées datent de la fin de sa bien trop courte vie, les années 1730 à sa disparition six ans plus tard. Chose remarquable, la Messe en ré majeur de 1732 ou 33 (l’époque de La Serva padrona) est conçue pour deux chœurs et deux orchestres, un effet délibérément stéréophonique d’une redoutable efficacité en termes de distribution spatiale de la sonorité et de la musique ; ce qui n’empêche pas le compositeur de déployer toutes les palettes dynamiques possibles, plutôt que de « profiter » de la masse pour faire du bruit tout le temps. Quant au motet Dignas laudes resonemus, il appartient au genre du grand motet concertant napolitain, une forme monumentale faisant appel là aussi à double chœur et deux orchestres distincts. La partition en avait été perdue jusqu’à ce que refasse surface le matériel d’orchestre d’époque, à partir duquel il a été possible de reconstruire l’ouvrage dans son intégralité. On y découvre la veine la plus lyrique de Pergolesi, dont il ne faut pas oublier qu’il composa une dizaine d’opéras, et s’il n’était pas mort à vingt-six ans, sans doute des dizaines d’autres, toujours plus impressionnants. © SM/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | Alpha

Hi-Res Livret
La flûtiste virtuose Juliette Hurel nous propose ici deux grands piliers de l’œuvre du Cantor pour la flûte traversière : l’incontournable Suite en si mineur, pour flûte et cordes qui se termine par la Badinerie de renommée planétaire, et l’unique Partita (ou Sonate, les éditeurs ne sont point d’accord) pour flûte traversière solo, la tout aussi célèbre BWV 1013 des années 1720. Autour de ces deux piliers, Hurel tisse un délicat voile de diverses pièces, dont la Sonate en trio BWV 1038 dont tout porte à croire que, bien que le manuscrit fût de la main de Jean-Sébastien, il s’agit là d’une pièce de son fils Carl Philip Emanuel ou, tout du moins, un travail collectif père-fils. Enfin, on peut entendre – avec la soprano Maïlys de Villoutreys, des airs de la Passion selon saint Mathieu, de la « Cantate du café », de la Cantate « Ich habe genug » et de l’Oratorio de Pâques, airs dans laquelle la flûte solo joue un rôle prépondérant. À l’accompagnement, l’ensemble Les Surprises – un quintette à cordes plus continuo – que mène du clavier (clavecin ou orgue) Louis-Noël Bestion de Camboulas. © SM/Qobuz