Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - À paraître le 25 octobre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 13 septembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Mythologique avec l’Ondine de Ravel pour piano, transfigurée dans les pages de Debussy, mystique sur les rivages de la Villa d’Este dans les Jeux d’eau de Liszt, la mer aiguise les esprits musiciens, particulièrement au tournant des XIXe et XXe siècles qui sont concernés. Son immensité, ses reflets et ses couleurs changeants – parce qu’elle évoque à la fois dangers et voyages – leur inspirent des œuvres variées qui sont autant de tableaux sonores plus puissamment irrésistibles les uns que les autres, au piano aussi bien qu’à l’orchestre. Le romantisme et le symbolisme s’accommodent bien de cette thématique qui permet une débauche d’effets de toutes sortes. Telle une sirène, Marie-Nicole Lemieux a enregistré un programme qui s’intitule MER(S). Que l’auditeur se rassure, sa voix profonde ne vous aspirera pas vers les abysses mais sa chaleur vous maintiendra à flot. Sa diction un peu imprécise vous perdra tout de même un peu. Première escale chez Elgar avec ses Sea Pictures, partition peu connue mais splendide ; puis on s’invite chez Chausson et on goûte les somptuosités harmoniques et orchestrales du Poème de l’amour et de la mer (Irma Kolassi, Jessye Norman, Dame Felicity Lott ou encore Véronique Gens en ont donné d’impeccables interprétations) ; on découvre enfin La Mer de Victorin de Joncières, une impressionnante curiosité avec chœur (celui de l’Opéra National de Bordeaux : clair, précis, en un mot : lumineux). La contre-alto articule maintenant parfaitement. Ce programme s’apparente à un envoûtant voyage au pays du wagnérisme. Paul Daniel et l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine animent la pâte généreusement dense et délicieusement chromatique de ces pages où – la leçon de Berlioz a été apprise – la harpe occupe un rôle de premier plan. Un disque passionnant qui nous accompagnera longtemps. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 août 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,29 €

Classique - Paru le 26 juillet 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES19,49 €
CD16,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES7,99 €
CD6,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
L'intérêt de cette parution réside moins dans le programme, assez rebattu (la discographie du Trio No. 3 de Dvořák s'est considérablement agrandie depuis vingt ans), que dans l'affiche. Figure phare du catalogue Erato, le violoniste Renaud Capuçon prend congé un moment de ses partenaires habituels pour nous faire découvrir deux jeunes musiciens en pleine ascension. Disciple d'Ivan Monighetti, le violoncelliste autrichien-persan Kian Soltani a signé un contrat exclusif avec Deutsche Grammophon, après avoir été révélé lors d'un concert avec Daniel Barenboim il y a maintenant plus de trois ans, et s'être perfectionné dans le cadre de différentes académies (Kronberg) de jeunes musiciens. On connaît davantage Lahav Shani comme chef d'orchestre sur les scènes françaises, mais il se distingue ici comme pianiste. © Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 29 mars 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
La recette est sans faille. Prenez les meilleurs instrumentistes français à vent d’aujourd’hui. Mélangez-les avec cet inlassable curieux qu’est leur ami pianiste Eric Le Sage et vous obtiendrez cet album splendide, dont l’un des principaux mérites est de nous donner une interprétation très subtile et engagée de l’admirable Quintette pour piano et vents Op. 8 qu’Albéric Magnard composa en 1894 et qui fut créé à Bruxelles l’année suivante. C’est une pièce pleine d’un irrésistible charme juvénile. Même si l’écriture n’est pas encore aussi complexe et achevée que dans les œuvres suivantes (notamment dans les Symphonies No. 3 & No. 4), on ne peut qu’être conquis par la transparence du traitement instrumental et par le singulier mélange de joie et de mélancolie qui s’en dégage. Le reste du programme, passionnant, pose la question de la modernité d’une oeuvre face à son temps. À celle fin de siècle de Magnard est confronté le langage du jeune Darius Milhaud (grand admirateur de Magnard) pour la génération suivante, comparé lui-même au style d’André Jolivet. Notre époque n’est pas en reste avec deux compositeurs aussi différents dans leur style que Philippe Hersant et Thierry Escaich, qui répondent ici à la commande des musiciens de cet enregistrement qui sont aussi les protagonistes du festival « Musique à l’Empéri », un rendez-vous estival, autant que musical et amical, bien connu dans le Sud de la France. À ces compositeurs français, les cinq brillants musiciens à vent que sont Emmanuel Pahud à la flûte, François Leleux au hautbois, Paul Meyer à la clarinette, Radovan Vlatkovic, au cor et Gilbert Audin au basson tendent un miroir au Danois Carl Nielsen dont le beau Quintette Op. 43, composé en 1922, est depuis bien longtemps au répertoire des quintettes à vent du monde entier. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 23 novembre 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Avec ce quatrième opus discographique, « Entre 2 », les sœurs Julie et Camille Berthollet – alto et violon, respectivement – s’aventurent bien au-delà du monde classique habituel. « Entre 2 », c’est le moins que l’on puisse dire, puisque les pièces présentées ont pour origine le monde de la chanson, de la pop et du rap français, mais dans des réécritures rigoureusement « classiques ». Pas de batterie, pas de basses ou de guitares électriques, pas de saxophones : orchestre classique, instrumentations et ré-harmonisations strictes, les deux musiciennes revisitent ce répertoire en soulignant son aspect intemporel qui, une fois débarrassé de ses atours électriques, semble provenir de bien plus loin que ces quelques dernières décennies. Gainsbourg, Hallyday, Julien Clerc, Stromae, Goldman, Jacques Brel, Calogero, Patrick Bruel, Nino Ferrer ou Polnareff sont les initiateurs, nos deux sœurs les continuatrices. Oui, de temps en temps, on entend telle ou telle voix de jazz rajoutée, ou quelques instruments s’éloignent vers la java ou la musette, mais guère plus que ce qu’aurait fait un orchestrateur classique. Étonnant mélange, quand même… © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 30 mars 2018 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Vous n’avez peut-être pas entendu parler de cette jeune pianiste japonaise, Aimi Kobayashi, née en 1995, mais c’est une véritable star dans son pays. Elle donne son premier récital à l’âge de quatre ans, et joue les concertos de Mozart et de Beethoven devant des salles combles dès l'âge de onze ans. Puis, invitée au Carnegie Hall à douze ans, elle est décorée à quatorze ans par le gouvernement polonais pour son interprétation de l’œuvre de Chopin. Des musiciens plus âgés pourraient être jaloux de cet éblouissant parcours ! Le monde musical international l’a davantage découvert en 2015 lorsqu’elle participe au Concours Chopin à Varsovie, où elle parvint en finale. Aimi Kobayashi a enregistré dès 2010 pour EMI Classics Japan ; cet album composé de pièces de Chopin et Liszt lui offre aujourd’hui l’occasion de poursuivre sa relation discographique avec son ancienne maison, aujourd’hui intégrée au groupe Warner. Elle n’a pas décidé de faire dans l’original, puisqu’elle couple la Deuxième Sonate de Chopin (la célèbre « Funèbre ») aux 3 Sonnets de Pétrarque et à la redoutable Après une lecture du Dante, issus de la Seconde Année de pèlerinage) de Liszt. Vous découvrirez un jeu vigoureux, puissant, intensément virtuose, avec des basses profondes. © Théodore Grantet/Qobuz
HI-RES112,49 €
CD97,99 €

Opéra - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Musique concertante - Paru le 1 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
La précédente livraison du Festival de Lugano 2015 était particulièrement riche, avec nombre de moments choisis particulièrement exaltants (Trio de Brahms, Sonate à deux pianos de Poulenc). Le Festival 2016 verrait quant à lui un grand moment, l'immense Martha avait décidé de jouer sur scène, pour la première fois depuis plus de trente ans, Gaspard de la nuit de Ravel. Elle angoissait à l'idée de se mesurer à sa propre réussite d'il y a quarante ans - elle avait enregistré en 1974 pour Deutsche Grammophon un LP Ravel regroupant Gaspard, la Sonatine et les Valses nobles et sentimentales, resté dans toutes les mémoires, même s'il bénéficiait d'une prise de son décevante. Sur le vif, c'est évidemment toute la magie d'une sonorité qui se dévoile pleinement, et la permanence d'une vision. Le ton véritablement hanté du Gibet marque durablement, l'esprit feux follets de Skarbo éclate littéralement, quand Ondine, totalement lumineuse, crie ses réminiscences lisztiennes et se souvient tout autant d'Une barque sur l'océan écrite quelques années auparavant. La suite des témoignages de ce Festival de Lugano 2016 est tout aussi variée à qu'à l'habitude. On commencera par la rareté de répertoire que demeure le Concerto pour violon de Busoni, en ré majeur (comme ceux de Beethoven, Brahms, Tchaikovsky), portant lui aussi le numéro d'opus 35 (comme ceux de Tchaikovsky, Korngold) sous l'archet engagé de Renaud Capuçon. Côté deux pianos, un classique du répertoire Argerich, la Sonate pour deux pianos K. 448 de Mozart qu'elle aime régulièrement jouer avec ses amis depuis quelques années, ici avec Sergey Babayan. Sans oublier le très sincère Trio avec cor de Brahms avec le trio Capuçon, Angelich & Guerrier (en 2015, une version sans cor était inoubliable), ou surtout la Sonate de Bach par Martha Argerich et Tedi Papavrami, qui pourrait nous faire oublier de ne pas avoir par ce duo les cinq autres oeuvres écrites de Bach pour la même formation. On ne pourra pas une fois de plus passer sur le moment trop court du duo Tiempo & Lechner, toujours aussi excitant, ici dans deux danses de Falla. Durant cette édition 2016, Argerich jouait également le Concerto en sol majeur de Ravel. Peut-être pas sa version la plus extraordinaire, mais écouter ses phrasés, ses accents, ses nuances si personnelles dans l'Adagio assai demeure toujours une source d'émotion rare. Puisse ce festival de Lugano ressusciter dans quelques années avec la participation de généreux mécènes nostalgiques de tous ces moments incomparables. © PYL
CD13,49 €

Classique - Paru le 10 mars 2017 | Warner Classics

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 13 janvier 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret
États-Unien de naissance, Frenchie d’adoption mais sans jamais renier ses origines, le pianiste Andrew von Oeyen a choisi un programme français, franco-américain et américain qui, d’un compositeur à l’autre, témoigne d’évidentes filiations. Le Deuxième Concerto de Saint-Saëns, écrit en 1868, fait office de point de départ européen, avec son écriture spirituelle, aérienne, très éloignée de ce que l’on croit trop souvent être la musique du compositeur. Rien de pus évident que de se couler ensuite dans le Concerto en sol de Ravel, achevé en 1931, et dont le compositeur affirmait lui-même la lignée avec Mozart et Saint-Saëns. Mais cette œuvre regarde aussi vers un autre continent : l’Amérique du Nord de Gershwin, car les deux personnages s’étaient déjà rencontrés en 1928 et Ravel avait témoigné d’une légitime et immense admiration pour son jeune collègue. Collègue dont la Rhapsody in Blue avait déjà fait le tour du monde depuis quelques années en lui assurant une renommée planétaire, et dont la Seconde rhapsodie – elle aussi de 1931 – n’a jamais réussi à atteindre le même niveau de reconnaissance. Von Oeyen joue ici la version originale de 1931, et surtout pas la réorchestration réalisée bien après la mort du compositeur par un éditeur, sans doute plus intéressé par des droits d’auteur supplémentaires que par la vérité historique et musicale. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 25 novembre 2016 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 1 novembre 2016 | Warner Classics

Hi-Res