Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
17,99 €
11,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Les Lyonnais vouent depuis longtemps une véritable admiration à la musique de Berlioz, né dans le département voisin. C’est d’ailleurs un Lyonnais pure souche, Philippe Andriot, qui, dans son petit ouvrage consacré au compositeur en 1987, écrivait : « On censure ses maladresses, on condamne ses « fautes », on réprouve ses prises de position indéfendables, on fait finalement peu de cas de son génie prophétique. » Mais en 2019, des célébrations s’élèvent de toutes parts pour reconnaître ce génie singulier. Directeur musical de l’Orchestre National de Lyon depuis 2011, le chef américain Leonard Slatkin adore Berlioz, et il avait choisi la Symphonie fantastique pour le programme de son concert d’investiture. Toutefois, Slatkin avoue qu’il préfère Roméo et Juliette à toute autre œuvre du compositeur romantique français, car, à la fois symphonie dramatique, opéra de concert ou cantate, elle sort de tous les cadres connus jusqu’alors. Rare succès obtenu du vivant de Berlioz, ce chef-d’œuvre hybride et complètement nouveau renferme des pages étonnantes comme la Grande Fête chez Capulet, la merveilleuse Scène d’amour qui est une des plus grandes pages berlioziennes ou encore le Scherzo de la Reine Mab, si aérien et proche de la musique de son ami Mendelssohn avec lequel il partageait le même amour pour Shakespeare. Le présent enregistrement a été réalisé par les ingénieurs de Radio France (France Musique) lors de deux concerts donnés en 2014 dans l’Auditorium de Lyon, salle où l’orchestre à tout loisir de répéter et de donner ses concerts. © François Hudry/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Comme Puccini le fera plus tard avec sa désormais célèbre Messa di Gloria, le jeune Gaetano Donizetti se fait la main en composant des arrangements de psaumes pour les Vêpres, une tradition bien vivace dans l’Italie du début du XIXe siècle. Encore élève de Simon Mayr, il compose de la musique religieuse dans la plus pure tradition du bel canto, la pompe de l’église et celle de l’opéra étant étroitement liées à cette époque. Oubliés depuis longtemps, ces psaumes restés à l’état de manuscrit ont survécu en dormant paisiblement dans les bibliothèques de Bergame, Naples et Paris où des musicologues en quête de découvertes sont venus les réveiller. C’est une première mondiale que nous offrent ici Franz Hauk et le Simon Mayr Chorus avec le soutien orchestral du Concerto de Bassus, des musiciens allemands qui ressuscitent les œuvres de Johann Simon Mayr, ce compositeur allemand qui fit une brillante carrière en Italie et dont on commence à saisir l’importance dans l’histoire de l’opéra. En ouvrant la voie à Paisiello et à Rossini, Mayr eut aussi une influence décisive sur son élève Donizetti qui lui resta toujours fidèle, n’hésitant pas à reconnaître tout ce qu’il devait à son professeur. Ce premier travail de Mayr est d’ailleurs encore largement tributaire du style de son maître tout en contenant en germe tout le génie mélodique du futur auteur de Lucia di Lammermoor et de tant de chefs-d’œuvre de l’opéra romantique italien. © François Hudry/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Opéra - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
C’est au Théâtre Impérial de Compiègne, dans la grande région parisienne, que l’on doit cette première mondiale de La Sirène, opéra-comique de Daniel François Esprit Auber dont La Muette de Portici allait jeter les bases du « Grand opéra à la Française » et provoquer indirectement l’indépendance de la Belgique. Auteur prolixe de près de cinquante opéras et opéras-comiques, il pastiche Mozart et copie Rossini à ses débuts avant de servir de modèle au jeune Wagner écrivant Rienzi. Composé sur un livret d’Eugène Scribe (ils écriront trente-sept opéras ensemble), La Sirène narre les aventures du contrebandier Marco Tampesta, qui se travestit sous différentes identités pour tromper son monde (y compris sa sœur, Zerlina, dont la voix de sirène génère de nombreux fantasmes dans la région et sert d’appât à ses machinations) et approcher sa victime privilégiée, le naïf Duc de Popoli. La Sirène obtint un franc succès lors de sa création en 1844 et l’on vit fleurir des pots-pourris de certains airs (« Ô dieu des flibustiers ») dans toute la capitale et hors de France. Enregistrée lors de l’unique représentation donnée à Compiègne le 26 janvier 2018, cette première mondiale au disque fait l’impasse sur les nombreux dialogues (opéra-comique oblige) pour ne garder que la seule musique, sous la direction très vivante de David Reiland à la tête de l’ensemble Les Frivolités Parisiennes, producteur de cette représentation. Jeanne Crousaud est une sirène agile, Xavier Flabat un contrebandier plein d’abattage. Le reste de la distribution, francophone, compose un ensemble homogène et d’une excellente diction. Saluons cette nouvelle contribution à la maigre discographie d’un compositeur passé de la gloire rayonnante à l’oubli profond. © François Hudry/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
26,99 €
17,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 8 mars 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
Avant même de quitter la vie estudiantine, la mezzo-soprano russe Margarita Gritskova se distingua lors du Concours Pavarotti de 2008 ; peu après, elle intégrait la troupe du Théâtre National de Weimar, avant de s’embarquer dans une carrière internationale qui la mène depuis lors sur toutes les grandes scènes de la planète : Aix, Vienne, Covent Garden, New York, Moscou, Saint-Pétersbourg, Zurich, Munich, Berlin, Hambourg sont ses ports d’attache... Elle est actuellement membre de la prestigieuse troupe de l’Opéra de Vienne, où elle chante tous les premiers plans dévolus à sa voix. La mezzo-soprano est ici rejointe par la pianiste Maria Prinz pour un programme russe de toute beauté, commençant par quelques-unes des plus belles romances de Tchaïkovski (le terme « romance » désigne le format russe d’un chant solo accompagné au piano, tandis qu’en français on parle de mélodie, et en allemand de lied). Elle s’aventure ensuite dans le répertoire plus rare de Rimski-Korsakov – qui a pourtant signé nombre de merveilles pour la voix solo. Gritskova termine son récital russe avec Rachmaninov, qui se pencha lui aussi sur le genre de la romance, mais plutôt au début de sa carrière, jusque dans les années 1910. L’influence de Tchaïkovski et Rimski-Korsakov est des plus évidentes, même si le « vrai » Rachmaninov est déjà présent dans bien des tournures, plus particulièrement au piano il est vrai, là où la ligne vocale emprunte volontiers à la tradition russe des illustres prédécesseurs. © SM/Qobuz
8,99 €
5,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 8 mars 2019 | Naxos

Hi-Res Livret
8,99 €
5,99 €

Musique de chambre - Paru le 8 mars 2019 | Naxos

Hi-Res Livret