Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Plus distingués et filtré par Classique, Camille Saint-Saëns, Basque National Orchestra et Naxos
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Naxos

Hi-Res Livret
Ah ça, on ne peut vraiment pas dire que les suites orchestrales de Saint-Saëns soient trop souvent enregistrées ! Saluons donc ce nouvel album signé de l’Orchestre National Basque (Euskadiko Orkestra Sinfonikoa, en basque), qui nous offre outre la Suite algérienne Op. 60 de 1879-1880, la Suite en ré majeur Op. 49 conçue en 1863 pour harmonium, orchestrée par le compositeur en 1877, et la Suite en ré mineur Op. 16b, initialement écrite pour violoncelle et piano en 1863 puis orchestrée, toujours par le maître en personne, en 1919 – et augmentée de deux mouvements au passage. D’ « algérien », la Suite algérienne en a surtout le nom – considérez que le quatrième et dernier mouvement est une « marche militaire française », bravo pour l’esprit colonial – tandis que les accents exotiques voyagent de la Bohème à l’Espagne mauresque en ne passant que très épisodiquement en Afrique du Nord, une partie du monde que le compositeur connaissait pourtant bien, mais peut-être moins du côté musical que du côté… bref. Dans la Suite Op. 49, l’instrumentation discrète et le langage délibérément emprunté au baroque soulignent la conception première pour harmonium. Enfin, la Suite Op. 15b est une sorte de concerto-fantaisie pour violoncelle, et c’est ici le violoncelliste espagnol Guillermo Pastrana qui officie avec panache. Là encore, Bach n’est jamais très loin, quand bien même dans des teintes romantiques tout à fait délicieuses, que n’aurait pas reniées un Lalo ! © SM/Qobuz