Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Record of the Month
Très éloignés des Lieder de Schubert, qui sont des chants selon la tradition « populaire » allemande, généralement strophiques, avec accompagnement subordonné au chant (ce qui n’ôte rien à leur invraisemblable génie !), ceux de Schumann procéderaient, pour reprendre les termes de Christian Gerhaher lui-même, de la « dramaturgie lyrique », de petits opéras-miniature, dans lesquels le piano et le chant sont égaux en contenu. Ce qui n’explique pas pourquoi les Lieder de Schumann sont moins rarement donnés en concert, hormis quelques cycles rabâchés – Myrten, Dichterliebe et L’amour et la vie d’une femme surtout. Gerhaher et son pianiste Gerold Huber ont puisé dans l’ample répertoire du genre, des œuvres quasiment jamais présentées. Seules trois des cycles présentés datent de 1840, « l’année du Lied » – et accessoirement l’année du mariage, enfin, enfin, avec Clara Wieck –, les autres reflétant les dernières années de la vie du compositeur, après 1850, avec ô combien de nostalgie, de retenue aussi… On n’est plus du tout dans le romantisme échevelé des premières années, et l’humeur est toujours plus sombre, le discours plus morcelé, par petites touches, comme esquissé. Le contraste d’une époque à l’autre est extraordinaire. Gerhaher et Huber nous donnent ces étonnantes merveilles avec toute la révérence dûe. © SM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 30 septembre 2018 | Challenge Classics

Hi-Res
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Classique - Paru le 25 mai 2018 | Universal Music GmbH

Hi-Res
Avec son physique d’Arnold Schwarzenegger, la basse Günther Groissbock – un Autrichien, lui aussi – a vraiment de quoi emplir une scène, autant en tant que Sarastro, Fafner, Hunding, Boris Godounov et autres immenses rôles de sa catégorie. D’ailleurs, Berlin, Genève, Vienne, Munich, Milan, Chicago, Bayreuth, Amsterdam, New York, Paris et tout le reste de la planète lyrique se l’arrachent, à juste titre. Et pourtant, c’est dans le répertoire le plus intime qu’il se propose ici aux côtés du pianiste Gerold Huber : les Quatre chants sérieux de Brahms (transposés dans une tonalité des plus sombres, il est vrai, presque scénique), les Rückert-Lieder de Mahler, les Michelangelo-Lieder de Wolf, et les Wesendonck-Lieder de Wagner. Un monde dans lequel sa voix énorme se permet de garder d’immenses réserves de souffle pour ne donner que ce qu’il faut, ce qui est déjà énorme. Sans doute l’auditeur aura-t-il la sensation de redécouvrir ces œuvres, souvent données par des voix de femme – quasiment la chasse gardée de certaines mezzos –, comme si les compositeurs les avaient réécrits à l’attention de Groissbock, qui a triomphé en ce mois de mai 2018 à l’Opéra Bastille dans la production de Parsifal, dirigée par Philippe Jordan. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Solo Musica

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 mars 2018 | Genuin

Hi-Res Livret
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 6 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« En 2003, Christian Gerhaher et Gerold Huber enregistraient La Belle Meunière pour la première fois. Quatorze années se sont écoulées, deux fois l'âge de raison. C'est peu dire que leur conception a muri et gagné en relief. La version de 2003 ressemblait à la surface d'un beau tableau. Celle d'aujourd'hui se déploie dans un espace en trois dimensions, grâce aux pleins et déliés de la diction. Jamais la déclamation de Gerhaher n'a paru aussi libre [...], à la fois ciselée et naturelle, ce qui est salutaire dans les nombreux lieder strophiques : sans cesse, une nouvelle idée vient relancer l'attention, toujours justifiée par la partition. L'épaisseur (qui n'est pas lourdeur) doit aussi beaucoup au piano de Gerold Huber, placé sur le même plan que la voix. [...] Si notre duo remet sur le métier d'autres cycles de lieder, il faut s'attendre à un grand chambardement discographique. » (Diapason, janvier 2018 / Hélène Cao)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 3 mars 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 3 mars 2017 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 24 février 2017 | Universal Music GmbH

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 4 mars 2016 | BR-Klassik

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« Echo de concerts donnés en 2013, ce disque rassemble des mélodies souvent jugées marginales dans la production de leurs compositeurs. [...] Dès 1760, c'est Georges Thomson, fort passionné par cette littérature gaélique, qui pressa Haydn puis Beethoven de mettre en musique des vers qu'ils n'eussent pas spontanément privilégiés. [...] Gerhaher nous promène en ces ritournelles pastorales avec une grâce et une transparence touchante. Il y a là des moments de vraie grâce (Rose weiss, Rose rot). [...] Délicieux est le Oh ! Sweet were the hours. Anton Barachovsky et Sebastian Klinger jouent le jeu du folklore avec des sonorités tantôt boisées, tantôt acides, et un vibrato hautement expressif. [...] Dans l'émission vocale, les couleurs, c'est toujours le souvenir des racines populaires qui persiste (O can ye sew suchions). [...] Ce disque discret dans un répertoire peu fréquenté est une pépite.» (Classica, avril 2016 / Sylvain Fort)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 11 juillet 2014 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Award