Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 31 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
L’image figurant sur la pochette parle d’elle-même. On y voit une paire de gants de boxe rouge sang pendue entre les silhouettes raffinées de Mozart et de Salieri. Le dossier de leur rivalité est rouvert dans cet album par Christian Benda, violoncelliste d’origine tchèque devenu chef d’orchestre. À la tête des musiciens du Prague Sinfonia Orchestra, un ensemble fondé par Vaclav Havel et dont il est le directeur artistique, il alterne les œuvres des deux compositeurs. Milos Forman a bien montré que la lutte entre le talent et le génie était dramatiquement inégale. Coincée entre les ouvertures de La Fiera di Venezia et des Danaïdes de Salieri, celle de La Flûte enchantée vient apporter une réponse aveuglante à la question de la préséance de l’un par rapport à l’autre. Le jeu est cruel, et l’issue connue d’avance. Cet album a le mérite de remettre l’église au milieu du village, à la fois grâce aux œuvres contemporaines des deux compositeurs que l’on peut comparer en toute connaissance de cause et aussi grâce au texte éclairant d’Ingo Dorfmüller qui explique, entre autres et preuves à l’appui, combien Salieri éprouvait de la considération pour son cadet jusqu’à créer sa fameuse Quarantième Symphonie, et devenir plus tard le professeur du fils d’Amadeus et de Constance. Mais on n’expliquera jamais d’où provient le génie à l’état pur. © François Hudry/Qobuz
7,49 €
4,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
10,49 €
7,49 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
5,99 €
3,99 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 15 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La concurrence entre compositeurs était rude et impitoyable dans les grandes et petites cours princières de l’Europe du XVIIIe siècle, et Mozart n’était qu’un compositeur parmi d’autres. C’est ce que souligne fort bien ce nouvel album de la soprano russe Olga Peretyatko consacré à des airs célèbres de Mozart (L’Enlèvement au sérail, Les Noces de Figaro, Don Giovanni, La Clémence de Titus) présentés à côté de ceux de Traetta, Martín y Soler ou Paisiello, qui ne font pas pâle figure. Si ses contemporains ont été durs avec Mozart, la postérité l’a rattrapé d’une telle manière qu’il a évincé tous les bons compositeurs travaillant en même temps que lui. Les trois extraits de l’Antigone de Tommaso Traetta, écrit pour la cour de Catherine II de Russie, montrent combien l’emprise des passions a été le moteur de tous les compositeurs de cette époque. Issues de l’opéra napolitain, ses formules mélodiques pleines de tendresse et d’affliction n’auront sûrement pas échappé à la vigilance du jeune Mozart. Paisiello et Martín y Soler ont tous deux remporté de brillants succès à leur époque, éclipsant complètement Les Noces de Figaro, un opéra presque uniquement apprécié à Prague, ce qui a d’ailleurs valu à Mozart la commande de Don Giovanni par la capitale tchèque. C’est avec le temps que le génie unique de Mozart a été perçu et ce disque offre une mise en miroir passionnante, qui trouve en Olga Peretyatko une interprète de grande classe, efficacement secondée par l’Orchestre Symphonique de Bâle sous la direction attentive d’Ivor Bolton. © François Hudry/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 25 janvier 2019 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
« Lang Lang – Piano Magic » est une compilation d’enregistrements divers et variés réalisés entre 2010 et 2014 ; l’album réunit des pièces brèves, ou aussi des mouvements isolés, qui comptent parmi les plus populaires de la littérature pour piano – souvent à usage de bis, d’ailleurs. En quelques minutes, chacun de ces morceaux fait apparaître son univers en miniature, comme par magie, d’où sans doute le titre. Si la majorité appartient résolument au domaine de l’éblouissante virtuosité, le pianiste n’oublie pas de proposer aussi quelques moments moins éclatants, à la faveur d’un brin de douceur ou de solennité. Voire de facétie, avec le magnifique Entertainer de Scott Joplin qui referme l’album, joué avec quelque humour décalé et une vision toute personnelle du rythme et de quelques tournures mélodiques, que Lang Lang fait passer par bien des prismes jazzy, comme s’il ré-improvisait l’œuvre au fur et à mesure. © SM/Qobuz