Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | Alia Vox

Hi-Res
Cet album inspecte et restitue la première musique finlandaise jamais imprimée, aux alentours de 1582. Publié par un étudiant finlandais particulièrement savant du nom de Theodoricus Petri Rutha, ce recueil contient des textes religieux et un répertoire particulièrement varié. C’est grâce à une seconde édition de 1625 due à deux érudits que cette musique est parvenue jusqu’à nous grâce à une édition moderne publiée à Helsinki en 1967. Ces chants, parus en partie en Angleterre au XIXe siècle, sont devenus très populaires revêtus de textes anglais et publiés sous la forme de chants de Noël et de Pâques chantés par toutes les fameuses chorales britanniques comme Cambridge ou Oxford. Cette musique venue de Finlande mais qui s’exprime selon le style international de l’époque a essaimé non seulement en Angleterre, mais dans toute l’Europe, inspirant la musique d’un Praetorius en Allemagne. C’est un itinéraire fascinant qui montre combien la musique et les arts circulaient dans l’Europe, de la fin de la Renaissance jusqu’au début de l’ère baroque. C’est tout un réseau d’érudits qui a permis au recueil des Piae Cantiones de voir le jour. Si certaines sources sont spécifiquement finlandaises ou nordiques et célèbrent la fin de l’hiver, d’autres textes et mélodies proviennent de l’Europe entière, soulignant ainsi l’importance de l’Université de Turku à cette époque. On y trouve aussi bien des traces du Paris médiéval que des expériences des styles nouveaux de la polyphonie naissance ou du théâtre liturgique. Essentiellement vocale, cette musique est soulignée par la percussion, la harpe, le psaltérion ou l’orgue. Cette célébration intemporelle, simple et joyeuse de Noël ne cesse pas d’intriguer les chercheurs modernes qui y trouvent sans doute une curieuse « mondialisation » avant l’heure dont la propagation nous pose encore de nombreuses questions. Andrew Lawrence-King a tenté de retrouver les modes de jeu et la technique de la harpe ancienne qu’il a patiemment travaillée. C’est à ce titre qu’il collabore régulièrement avec Jordi Savall et qu’il travaille avec d’autres ensembles spécialisés comme le Utopia Chamber Choir fondé en 2001 et qui est un des principaux ensembles vocaux de Finlande. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Alia Vox

Hi-Res Livret
Jordi Savall et son équipe, un ensemble de musiciens et narrateurs extraordinairement cosmopolite venus d’Afrique, de Chine, d’Espagne bien sûr, du Proche et du Moyen Orient, nous invitent ici à suivre en musique les péripéties de l’écrivain berbère Ibn Battuta, considéré comme l’un des plus grands voyageurs de tous les temps. Né au Maroc en 1304 où il s’éteignit en 1377, il se lança sur les routes dès 1325 et visita le monde connu pendant quelque trente ans, de son Maroc natal jusqu’au fin fond de la Chine en passant par l’Afrique noire, l’Inde, les steppes d’Asie centrale, l’Iran, l’Indonésie, le Bengale, l’Europe du Sud, la Mecque pour un long séjour, et tout ce qui se trouvait entre ces divers points puisqu’il les reliait à pied, à dos de chameau ou en bateau... Son impressionnant périple – véridique ou, peut-être, partiellement embelli et augmenté par ses propres soins ou ceux des scribes de son temps, puisqu’on trouve dans le récit des recyclages de textes plus anciens – en a fait le prototype du globe-trotter et surtout le maître du récit de voyage. Cet album est donc lui-même un voyage musical à travers une bonne partie de l’itinéraire d’Ibn Battuta, axé autour d’un ensemble récurrent de narrations en diverses langues et de « taqsim », cette sorte de prélude joué par un instrument solo dans la tradition arabe et turque. Mais on découvrira aussi de nombreux accents africains, chinois, indiens, ibériques, russes etc. traditionnels hérités de ce XIVe siècle planétaire, que Savall et son équipe sont allés découvrir dans le fonds folklorique le plus ancien qui soit, avant même qu’il n’existât la moindre notation pour ce genre de musique. La part improvisée, on s’en doute, est des plus considérables, mais l’on peut gager que nos musiciens, aguerris en la matière, nous offrent le plus approchant de ce qu’Ibn Battuta avait pu entendre à l’époque. Fascinant ! © SM/Qobuz