Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1670 albums triés par Date : du plus récent au moins récent et filtrés par Classique et Ludwig van Beethoven
21,49 €
14,99 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
28,99 €
20,99 €

Classique - À paraître le 29 mars 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 22 mars 2019 | Eudora Records

Hi-Res
23,09 €
16,49 €

Musique symphonique - À paraître le 15 mars 2019 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
16,99 €
14,49 €

Classique - À paraître le 8 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 8 mars 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Classique - À paraître le 1 mars 2019 | BIS

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 mars 2019 | Orchid Classics

Hi-Res Livret
18,49 €
13,19 €

Classique - À paraître le 1 mars 2019 | LSO Live

Hi-Res Livret
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - À paraître le 1 mars 2019 | Champs Hill Records

Hi-Res
11,49 €
9,99 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res
34,99 €
24,99 €

Classique - Paru le 22 février 2019 | Universal Music Italia srL.

Hi-Res
17,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Nonesuch

Hi-Res Livret
17,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Berlin Classics

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Musique de chambre - Paru le 1 février 2019 | Genuin

Hi-Res Livret
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
En arrangeant pour piano seul des Lieder de Beethoven, Schubert ou Chopin, Franz Liszt a, en quelque sorte, inventé le lied sans voix. Ce grand « IN » de l’histoire de la musique a tout réduit à son instrument pour le plus grand bonheur des pianistes virtuoses ou amateurs qui peuvent ainsi jouer des symphonies, des opéras ou des œuvres vocales seuls devant leur clavier. Les transcriptions de Liszt sont souvent si habiles et si réinventées, qu’elles sont devenues des œuvres à part entière. C’est le grand cycle de Beethoven À la Bien-aimée lointaine (An die ferne Geliebte) qui donne son titre à cet album imaginé par le pianiste allemand Alexander Krichel, né à Hambourg en 1989. Dans sa transcription de 1849, rarement jouée, du cycle vocal de Beethoven, Liszt ne s’est permis que de très rares libertés et suit au contraire avec fidélité l’original, se contentant de valoriser l’accompagnement par endroits. Transcriptions encore avec deux pièces virtuoses de Kreisler revues par Rachmaninov et la Mort d’Isolde de Wagner par son ami Liszt. C’est une autre bien-aimée, Clara, qu’on retrouve bien sûr en filigrane dans les Études symphoniques, Op. 13 de Schumann qu’Alexander Krichel a enregistrées ici avec les cinq variations posthumes rétablies par Brahms dans son édition de 1873. Laissées à la convenance des pianistes quant à leur position dans l’œuvre, ces variations sont ici insérées entre les Études VII et VIII. Un choix qu’explique le jeune pianiste allemand : « la 7e Etude est une pièce très sauvage et après cela, je disparais en jouant les cinq Variations. Après ces dernières qui vous aspirent loin de la réalité, c’est la 8e Etude qui vous ramène à la réalité avec une incroyable gravité. C’est exactement le sens de ces pièces faites de brusques changements de direction semblables à ce qui peut vous arriver en art, en musique et dans la vie. » © François Hudry/Qobuz