Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 16 mars 2015 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret
Le compositeur islandais Ólafur Arnalds revisite Chopin en le mettant au goût du jour dans le but de démocratiser la musique classique et la mettre ainsi à la portée du public le plus large. Le génie de Chopin se suffisant à lui-même méritait-il une telle relecture ? Oui, devant la réussite de la démarche musicale qui n’était pas gagnée d’avance et grâce aussi à l’art de la musicienne allemande Alice Sara Ott.
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €27,49 €(53%)
CD11,49 €23,99 €(52%)

Classique - Paru le 21 octobre 2013 | Warner Classics International

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
Articulé sur des pièces aux climats variés selon l'époque et le style, ce programme habile et agréablement composé réunit le répertoire de bis du pianiste parmi lesquels on découvrira des raretés comme la Valse lente de Germaine Tailleferre ou Le Tourbillon d'Oscar Strasnoy. En égrénant librement les pages de son recueil personnel avec son élégance et son éloquence habituelles, Alexandre Tharaud nous offre un très bon moment de piano.
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 4 janvier 2010 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Gramophone Record of the Month - Le Choix de France Musique - Prise de son d'exception
Publié sous un titre réducteur et racoleur, c'est le genre de disque qui est véritable un casse-tête pour un disquaire ou pour la vente en ligne, à cause de la multiplicité des compositeurs et du manque de cohérence du programme. Et pourtant, le mélomane y trouve largement son compte, car voilà un album qui est à la fois un véritable projet éditorial en même temps qu'une nouvelle preuve du talent original du (très) jeune pianiste britannique. Sa 4e Partita de Bach est finement ciselée et coule avec évidence, son Chopin est chantourné, volubile et intime, son Granados, coloré et populaire et le reste à l'avenant. La sonorité de Grosvenor est claire et lisible, son art est empreint d'une simplicité qui fait du bien. FH
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
Catapulté en tant que "légende" après son unique récital donné en 2013 au célèbre Carnegie Hall de New York, à l'âge de 22 ans, le jeune prodige Daniil Trifonov possède, il est vrai, bien des atouts. Son jeu, dans la pure tradition romantique russe, est d'une très grande puissance expressive et ses moyens semblent illimités. Mais on peut légitimement se demander si cette opération de marketing n'est pas un peu prématurée. Laissons-le un peu vieillir et mûrir tout en appréciant une réelle personnalité qu'il faudra suivre avec intérêt. FH
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 septembre 2018 | Champs Hill Records

Hi-Res
C’est lorsqu’elle devint finaliste et lauréate des concours de piano de Leeds et d’Ecosse que la pianiste russe Katya Apekisheva se fit connaître en Europe et dans le monde, jouant en soliste avec les grands orchestres internationaux. En 2008, son premier album, consacré à des œuvres de Grieg que chérissait tant Sviatoslav Richter, est distingué par la presse et le public. Née à Moscou dans une famille de musiciens, elle a étudié à l'Ecole de musique Gnessin pour enfants exceptionnellement doués sous la direction d'Ada Traub et Anna Kantor (professeur d'Evgeny Kissin) et à l'âge de douze ans, Katya a interprété le Concerto n° 17 de Mozart avec le Gnessin School Orchestra qui a été enregistré pour la radio classique de Moscou. En 1992, la jeune pianiste a poursuivi ses études à la Rubin Music Academy de Jérusalem avec Irina Berkovich. Là-bas, elle a remporté une bourse de la Fondation Amérique-Israël et a reçu le deuxième prix au Concours des jeunes talents à Jérusalem. Ce nouvel album, astucieusement consacré à l’impromptu en tant que forme musicale, permet de mettre en miroir quelques pièces de Chopin qui reste, sinon l’inventeur du terme, du moins celui qui le fit passer à la postérité, avec celles éponymes de Gabriel Fauré et des 9 Impromptus du jeune Scriabine encore tout imbibé du romantisme qui l’a précédé. Le piano limpide, presque liquide, de Katya Apekisheva donne aux pièces de Fauré et de Scriabine, quasi contemporaines, une parenté étonnante qui est celle d’une époque où la musique de salon prenait une épaisseur nouvelle avant de se propager sur la scène de la salle de concert. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 avril 2012 | ATMA Classique

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
La pianiste canadienne Janina Fialkowska (née en 1951) est une artiste formidable, son jeu d'une clarté hors-du-commun lui confère une place à part dans le monde des grands pianistes, et surtout parmi les spécialistes de Chopin. Pour son nouvel album chez Atma Classique, elle propose un programme très personnel de valses, préludes, ballade et mazurkas de son compositeur favori.
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | BIS

Hi-Res Livret
La riche filmographie d’un des plus grands génies du cinéma mondial sert de prétexte au programme de cet album conçu par le pianiste Roland Pöntinen, avec la collaboration du violoncelliste Torleif Thedéen et du Quatuor Stenhammar – pour le deuxième mouvement du Quintette en mi bémol majeur de Robert Schumann. Ainsi détachée de l’image, cette succession de musiques n’a pas beaucoup de sens et l’on peut s’étonner de l’absence du Voyage d’hiver de Schubert qui irrigue pourtant un film aussi essentiel que l’avant-dernier opus bergmanien, En présence d’un clown, tourné en 1997 pour la télévision et qui représente la somme des réflexions d’Ingmar Bergman sur la vie, la folie et les rapports du théâtre par rapport au cinéma. Absence aussi de La Flûte enchantée qui reste un des plus beaux films d’opéra jamais tournés, dans lequel Bergman nous donne à voir l’universalité de Mozart ; on aurait par exemple pu profiter de la présence du violoncelliste pour présenter les Variations que Beethoven écrivit sur des motifs du célèbre opéra). Mais cet album imparfait dans son programme reste pertinent par la qualité des interprétations et dans le fait d’entraîner des mélomanes vers un cinéma que l’on dit difficile et qui n’est somme toute qu’une immense réflexion sur toute notre psyché humaine, tour à tour tragique (Cris et chuchotements, Sonate d’automne), joyeuse (Sourires d’une nuit d’été), psychanalytique (L’œil du diable, À travers le miroir), sentimentale (Musique dans les ténèbres), philosophique (Le Silence) ou encore autobiographique (Fanny et Alexandre, son ultime chef-d’œuvre pour le cinéma). © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 janvier 2018 | Instrumental Records

Hi-Res
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 7 avril 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 6 novembre 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 septembre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Voilà deux grandes sonates du répertoire pour violoncelle et piano qui, pourtant, ne sont pas si souvent données en concert ni enregistrées – si on les compare à d’autres du même niveau. La Sonate de Rachmaninov, de 1901, fut écrite en pleine euphorie après le triomphe du Deuxième Concerto pour piano, dans le plus pur premier grand style du compositeur, ample et lyrique. Un ouvrage magnifique, magnifiquement servi par la violoncelliste Alisa Weilerstein – qui fit sensation dès l’âge de treize ans avec les Variations Rococo avec rien moins que l’Orchestre de Cleveland – et son pianiste habituel (et pourtant ô combien inhabituel dans sa compréhension de l’œuvre !) Inon Barnatan. Le duo de choc poursuit avec la tardive Sonate pour violoncelle et piano de Chopin, un déchirant adieu à la vie qui déconcerta bien des observateurs en son temps par sa modernité et son refus des standards. En complément de programme, on pourra réentendre la célèbre Vocalise de Rachmaninov, une Étude de Chopin transcrite par Franchomme (qui créa la Sonate en 1847 avec Chopin au piano), et une Polonaise brillante, œuvre de jeunesse que Chopin estima, plus tard, n’être qu’une pièce brillante pour le salon. Si toutes les pièces de salon pouvaient arriver à la cheville de cette petite perle ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 12 octobre 2018 | Andante Spianato

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] En ce qui concerne la musicalité, le pianiste serbe n'a pas de leçons à recevoir. Il ne s'épanche pas inutilement dans les mouvements lents [...] Dans les pages les plus vives domine un sentiment de sobriété éclairée : rien n'est laissé dans l'ombre, mais rien n'est trop appuyé. Le jeu d'Eugen Indjic ne cherche pas l'épate. Sa puissance, ses colères, ses questionnements s'épanouissent dans une palette somptueuse. [...] C'est un voyage qui vaut vraiment la peine. [...] » (Diapason, décembre 2018 / Jérôme Bastianelli)
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 1 janvier 1968 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Concertos pour clavier - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
HI-RES13,49 €19,49 €(31%)
CD9,99 €13,99 €(29%)

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica - Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 août 2018 | Zefir Records

Hi-Res Livret
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 11 septembre 2015 | Mercury (Universal France)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Vainqueur du prestigieux Concours Chopin de Varsovie en 2000, à l’âge encore bien tendre de dix-huit ans, le pianiste chinois Li Yundi (appelé simplement « Yundi » sur la couverture, car c’est là désormais son nom d’artiste, comme Solomon Cutner s’est fait appeler Solomon tout court) a débuté une carrière des plus brillantes dans le sillage de cette distinction, plus particulièrement, il convient de le préciser, dans le répertoire de Chopin et Liszt. Artiste exclusif pour la Deutsche Grammophon Gesellschaft jusqu’en 2008, il est ensuite « passé » chez EMI où il caressait l’idée d’une intégrale Chopin. De précédents volumes sont parus chez EMI depuis cette période. Ici, dans ce nouvel album pour la DGG, ce sont les 24 Préludes qu’il caresse ici, auxquels il rajoute les deux Préludes individuels qui n’appartiennent pas au cahier que l’on connaît. Les foules en liesse se ruent lors des concerts de Yundi. À vous de jouer. © SM/Qobuz